Chu and Blossom

Chu & Blossom filmIl a un je-ne-sais-quoi de poétique ce titre avec son « Blossom » (« fleur » en anglais) alors que ce ne sont que deux noms de famille. Un petit côté fleur de cerisier. Et c’est exactement ce qu’il se dégage de ce petit film indépendant américain, un flot de poésie et des apparences trompeuses.

Chu & Blossom, c’est la rencontre improbable entre Joon le Coréen et Butch l’Américain. Entre un étranger qui intègre un lycée dans une petite ville américaine et un marginal en quête de son art. Deux cultures, deux manières de vivre, deux personnalités diamétralement opposées, deux conceptions de la vie.

Sous la créativité de Charles Chu et de Gavin Kelly accompagné de l’ami de Chu, Ryan O’Nan (son partenaire à l’écran) est né un petit film sans prétention regorgeant d’une rare sensibilité et délicatesse tout en traitant de sujets importants, forts et qui sont très ancrés dans notre société. Sous ses airs d’un humour franc et sans détour, Chu & Blossom dénonce cette capacité de l’Homme à s’imprégner de clichés et de « on dit » avec une facilité déconcertante et à ne pas s’en décrocher. Le Coréen est rejeté dans sa nouvelle classe, il porte le fardeau d’être nouveau et étranger, et puis, il a pour vocation d’être médecin, les Coréens sont soient docteurs, soient des génies de l’informatique, et rien d’autre, c’est bien connu ! L’Américain, lui, rejette le système, il vient d’une famille peu banale et s’inspire de ce que sa défunte mère lui a laissé comme héritage culturel. C’est un tourbillon d’émotions qui jaillit entre la simplicité, la capacité à voir du beau partout et l’extravagance, le choquant. Des différences extraordinaires au nom de l’amour, de la vie, du recueil, des valeurs, de l’art et de la beauté.

Le film de Chu et Kelly est une ode aux différences, où les clichés sont tournés au ridicule, où la mémoire des défunts est aussi importante que la parole des vivants, où l’art révèle les personnalités et les caractères. Il met un point d’honneur aux détails, à ouvrir le regard tel l’objectif de l’appareil photo s’ouvrant sur le beau, la simplicité et les petits moments de bonheur. Chu & Blossom est sans prétention, apportant des plans simples où seules se suffisent les séquences naïves, faisant ressortir la suggestion du beau, unique à chaque individu. La tendresse ressort également sur la famille, et surtout sur l’acceptation de la différence, assumer ce que l’on est et non se laisser formater par les autres. S’avoir s’ouvrir à l’étranger et à l’étrangeté.

Je ne peux que vous conseiller cette oeuvre légère, poétique, douce, pleine de bons sentiments, de messages forts, qui vous incitera à ouvrir votre coeur et votre regard plus souvent, que ce soit sur les autres, que sur les petites choses qui font la vie.

Sortie en salles le 28 octobre 2015.

Chu and Blossom (2014)

95 min|Comedy, Drama|28 Oct 2015
8.3Rating: 8.3 / 10 from 48 users
Joon Chu, a Korean exchange student, suffering from the loss of his brother, finds himself marooned in small-town USA, where he is irrevocably swept up into the brave new world and bizarre …
Rendez-vous sur Hellocoton !

4 commentaires

  1. Où est le « j’aime cet article » ? 🙂

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top