Hostiles de Scott Cooper

L’homme est un animal hostile pour l’homme.

Hostiles

Le pire ennemi que l’Homme ait connu, c’est lui même et son semblable. Hostiles aurait même pu être rebaptisé Red Dead Redemption (pour les amateurs de jeux). Un nouveau souffle au western apparaît avec Hostiles, loin de la poussière, des bottes d’herbes séchées qui roulent, loin de cette chaleur étouffante, et de la saleté. Loin du gentil et des méchants. Scott Cooper, le réalisateur et scénariste, repart du mythe du cowboy et de l’indien, pour l’emmener dans des contrées reculées, sauvages, repoussant chacun dans ses plus profonds retranchements. Le nouveau film de Christian Bale (et accessoirement, la troisième fois que l’on voit Timothée Chalamet cette année) est une aventure philosophique et morale, où l’ennemi n’a pas les apparences qu’on lui prête.

Dans des paysages naturels tous plus beaux et immenses que jamais, le silence rime avec danger. Chaque canyon, colline, arbre cache une flèche, une balle ou une lame meurtrière. Le capitaine de cavalerie traverse ces immensités sauvages pour escorter son ennemi juré, un vieil Indien proche de la mort, désireux de mourir sur ses terres entouré de sa famille. Il croisera sur son chemin une femme dont sa famille a été totalement décimée par les peaux rouges. Au fur et à mesure que les jours défilent, que l’ennemi rôde et que cette « randonnée » à cheval avance, l’hostilité ambiante, rancunière que chacun ressent disparaît au profit de la rédemption. Ce chemin de croix mortuaire apaise les esprits, les Hommes deviennent égaux. La haine du début s’évapore en poussière dans l’air chargé de cette odeur de sang. Chacun porte son fardeau, comme un boulet à la cheville.

La force d’Hostiles réside dans sa morale et le chemin parcouru et par le spectateur et par les personnages pour y arriver. Une puissante philosophie qui éclaire les visages des acteurs d’émotions silencieuses, enfouies, brutes, raidissant leurs traits. La colère s’entremêle à la tristesse, aux blessures, aux drames, ne laissant jamais s’échapper un peu de répit.

L’Homme est un ennemi pour l’Homme.

Sortie en salles le 14 Mars 2018.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

  1. « Le pire ennemi que l’Homme est connu »

    ==> « Le pire ennemi que l’Homme AI connu »

    « Le shérif traverse ces immensités sauvages pour escorter… »
    ===> ce n’est pas un shériff mais un gradé de l’armée.

    • Tant qu’à corriger ce qu’on appelle les fautes d’étourderie, autant le faire correctement :

      ==> « Le pire ennemi que l’Homme AI connu »

      – Le pire ennemi que l’Homme aiT connu »

      ===> ce n’est pas un shériff mais un gradé de l’armée

      – shérif ça ne prend qu’un F et tant qu’à corriger, c’est un capitaine de cavalerie si on veut être précis !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll To Top