Man of Steel

Miss Bobby_Man-of-Steel

Ils auraient pu l’appeler Superman, ils ont choisi l’homme de fer et c’est tellement plus classe, judicieux. Je parle de Zack Snyder (le réalisateur) et de Christopher Nolan (le producteur).

Ce matin, quand je suis sortie de la projection, je n’ai pas vu un film de super héros, je n’ai pas vu un mec qui découvre ses pouvoirs, s’amuse avec et décide enfin de sauver le monde. C’est normal me direz-vous, Clark Kent découvre ses pouvoirs au fur et à mesure qu’il grandit.

Man of Steel, c’est l’histoire d’un enfant, d’un adolescent, d’un homme solitaire, un peu perdu, n’ayant pas vraiment de but dans la vie et ayant un grand respect de la famille. Toute l’histoire est narrée depuis Krypton jusqu’aux grands pas qui formeront le mythe que nous connaissons tous, et ce, dans une suite logique : comment acquiert-il son costume par exemple ? Comment va-t-il devenir Superman ? Je me suis posée toutes ces questions au début du film et j’ai eu, fort heureusement, toutes mes réponses.

Man of Steel n’est pas un film sur Superman, c’est un film sur un homme qui va trouver une raison de vivre. C’est ce qui en fait sa force.

Visuellement, c’est beau, certains rediront sur la destruction de la ville, moi je dis il ne faut pas s’attendre à se casser que deux ongles quand on est Kal-El. La 3D n’est pas indispensable, comme d’habitude et on regrettera une image trop sombre (avec ou sans lunettes).

On a plaisir à voir Russell Crowe en papa gâteau, Kevin Costner trop peu présent et c’est bien dommage tant son personnage est fort et émouvant, Michael Shannon incarne un Zod tout en puissance. Enfin, le héros : carrure en V, yeux bleus, sourire de tombeur, cheveux de jais, il est extrêmement difficile de ne pas flancher en voyant Henry Cavill. Seul bémol : Amy Adams, bien gentille, mais pas assez charismatique pour incarner Loïs Lane.

Certains voudront le comparer à la trilogie Dark Knight de Nolan (puisqu’on sent la patte sur Man of Steel), à mon sens, il est trop tôt pour les comparer : Superman n’en est qu’à ses débuts, même si le héros est égratigné, le récit déstructuré et qu’on ressent une certaine noirceur, il est difficile de faire un rapprochement avec Batman, aussi parce que les psychologies du super héros sont différentes. Je laisse ce raisonnement pseudo pompeux aux analystes dédiés.

Oui vous en aurez plein la vue, oui vous aurez de l’action, de la cape, du symbolique, mais Man of Steel reste un film centré sur le personnage de Clark Kent, son évolution, sa personnalité, bien loin de l’univers Marvel beaucoup plus tape à l’œil. Pour tout ça, j’ai adoré le film !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top