New York Melody

Miss Bobby_New York_MelodyLe film de cet été qui va vous donner très envie de vous payer un voyage express pour la grosse pomme. Parce qu’il n’y a pas deux personnages principaux dans New York Melody, mais il y en a bien trois, même quatre : Gretta, Dan, New York et la musique. Tous omniprésents qu’il vous sera difficile d’en oublier un.

New York Melody fait partie de ces films discrets, un peu cachés, qui ne font pas parler beaucoup d’eux, qui n’entrent pas par de grands fracas dans le box office, mais qui méritent une attention particulière, car lorsqu’on soulève l’affiche et qu’on passe la bande-annonce (personnellement, j’ai succombé juste en ayant lu le synopsis et vu l’affiche) on y découvre une pépite.

Une histoire peu classique d’une fille au cœur brisé et d’un producteur au bout du rouleau, qui vont se rencontrer au moment où la vie les entraîne dans le creux de la vague. À eux deux va jaillir cette idée pour le moins farfelu : enregistrer un album dans les rues de New York. Le film vous embarquera dans les coins ignorés de la ville, parfois cachés sous un pont ou dans une ruelle. Ça m’a clairement rappelé mon voyage. John Carney, le réalisateur, a su retranscrire à l’écran l’atmosphère de cette ville à la fois étouffante et fascinante, en gardant l’essentiel : être hors de la cohue, tout en la laissant palpable.

Les acteurs sont d’une grande simplicité, ils dégagent cette émotion, cette sensibilité qui leur semble facile à trouver. Ils font partie d’une même partition, d’un même accord, de la même mélodie. Keira Knightley n’est pas agaçante et Mark Ruffalo…. C’est Mark Ruffalo, rien à redire dessus.

Gros bonus : New York Melody n’est pas convenu, c’en est surprenant. Et Adam Levine, pour les fans de Maroon Five.

Je reprends : deux personnages en accord parfait, une ode à la musique, une balade secrète dans New York, des moments précieux. J’aurais presque envie de le garder pour moi ce film.

Forcément, enregistrer un album comme celui-ci, vous n’aurez qu’une envie, écouter le résultat en rentrant chez vous ! Polydor sortira la bande originale le 28 juillet en version digitale.

Sortie en salles le 30 juillet

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

  1. Le film a mis un peu de temps à m’embarquer mais j’ai senti à un moment comme une substance qui traversait tout mon corps…n’ayons pas peur des mots…un shoot ! voilà c’est ça…hier…j’ai touché à la came pour le prix d’une place de cinéma. Le sourire et l’émotion tout du long quelle bonheur ! le film sans la musique n’aurait pas provoqué chez moi cet effet et l’histoire est aussi celle du pouvoir de la musique sur les êtres…protagonistes ou spectateurs…moi je dis que ce film est un très joli tour de magie et je dis merci.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top