Pitch Perfect 2

Miss Bobby_Pitch Perfect 2Helloooo Pitches (s’il n’y a pas un de vos amis qui ne vous la sort pas celle-là, vous êtes sauvés !) !

Je laisse de côté la logique qui veut que le premier s’appelle Hit Girls (pour le titre français, ce n’est pas évident à première vue) et celui-là Pitch Perfect 2, pour me concentrer sur le contenu qui est tout bonnement un pur moment de plaisir. Vous allez en ressortir avec une de ces bananes, en ayant la bougeotte et gonflés à bloc.

Second opus, même casting, changement de réalisateur, puisque c’est l’actrice Elizabeth Banks, connue pour son rôle de l’extravagante Effie dans Hunger Games ou pour avoir joué dans Hit Girls (justement) et Blackout Total, qui s’y colle. Choix surprenant à première vue et qui pourrait faire peur. Et la stupéfaction va d’autant plus loin que Pitch Perfect 2 est une réussite totale, laissant quasiment sur place le premier opus. Je suis sûre que vous ne pensiez pas que Banks avait un certain talent pour la réalisation, eh bien moi non plus, il faut dire que sa carrière d’actrice ne vole pas très haut. À suivre sur de prochains films…

À quoi devez-vous vous attendre ? À « plus » : plus trash, plus drôle, plus osé, plus travaillé, plus rythmé, plus de qualité, plus de chansons. Les vannes fusent, c’en est hilarant, et elles ne donneront aucun moment de répit à vos zygomatiques, allant jusqu’à vous laisser stupéfait dans votre siège. Oui, les limites de la décence et du politiquement correct s’envolent en même temps que le fuseau trop moulant de Rebel Wilson. Parlons-en, l’actrice Australienne qui continue de creuser son trou à Hollywood grâce à son autodérision et à ses manières décomplexées d’assumer ses formes, prend une belle place dans ce film au point de rendre les autres personnages presque moins intéressants. La blonde pulpeuse n’hésite pas à se mettre dans des positions inconfortables et vertigineuses, n’ayant absolument pas peur du ridicule. En même temps, pour ceux qui connaissent un peu sa filmographie, elle a fait de l’adage « le ridicule ne tue pas » son leitmotiv, et on ne va absolument pas s’en plaindre.

Plus de personnages aussi, Hit Girls se concentrait sur les Bellas et les Trublemakers, là viennent s’ajouter Das Sound Machine, super puissance allemande, imposant des mash-up remixés à la sauce techno sous la lumière des lasers. À vous en faire décoller votre dentier ma bonne dame ! C’est LA grosse concurrence des filles. On aurait aimé plus de Trublemakers comme dans le premier film, néanmoins à défaut de les entendre plus chanter, certaines têtes masculines participeront plus à l’intrigue.

Pitch Perfect 2, c’est 1h45 (d’ailleurs, il y a une scène dans le générique) de rires et de groove, c’est presque trop court et on en redemande encore ! La barre est haute pour le Pitch Perfect 3.

PS : je vous mets au défi de pas taper du pied ou de la main en rythme sur plusieurs chansons. IM-PO-SSIBLE !

Retrouvez les articles sur ma rencontre avec Elizabeth Banks et la rencontre avec Rebel Wilson.

Sortie en salles le 22 juillet.

Rendez-vous sur Hellocoton !

5 commentaires

  1. Surement j’aurai apprécié ce film en bonne compagnie , davantage, avec plus de rires et des sourires francs .
    Bon divertissement malgré quelques faiblesses digne de bon SECOND VOLET.

    une intrigue un peu longue à se developper, l’arrivée d’un personnage qui arrive comme par magie, previsible, de l’humour developpé trop vite dans une bande annonce, du coup on reste sur sa faim.
    le changement de casting ne m’a pas convaincu, ils auraient pu conserver les actrices initiales et developper davantage leur travers, leur qualité, leur presence avec humour.

    Humour justement par moment j’ai l’impression que c’est juste là, parce que c’est écrit sur le script et quelqu’un s’est apercu qu’il fallait faire quelque chose, alors soit on tombe dans le mélo poussif, la blague bien vaseuse qui ne fait plus son effet ou on fout Fat Patricia …Limite un menu Aca-Sushi …dommage

    Niveau chant, les actrices semblent avoir pris en assurance, la meme en danse : un GLEE sur grand écran.
    un choix de medleys et des arrangements interessants qui surfent sur les tubes du moment, heureusement qu’il y a ce final, qui a presque failli me faire couler une larme.

    ps: j’ai vraiment hate de voir les bonus , y’a moyen d’avoir un making off drole

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top