CEFF 2015 – Nasty Baby

Miss Bobby_Sebastián SilvaNasty Baby…

En cinq minutes d’intro, Nasty Baby démarre sur un mec gay en couple qui reçoit un galeriste pour lui présenter son projet qui va s’appeler Nasty Baby et qui le mettra en scène mimant le bébé, gestuel et bruits compris. Puis dans sa démonstration, le générique de quelques secondes vous saute dessus en mode clip de rap, NASTY BABY qui clignote et répété avec une grosse voix grave. Euh… qu’est-ce que c’est que ça ?? Là, déjà, l’inquiétude s’est lue sur nos visages de blogueurs : ça ne sent pas bon. En gros, Sebastián Silva, le réalisateur, a sorti sa caméra, a choisi quelques acteurs et a reconstitué sa vie à peu de choses près, à savoir : je suis en couple avec mon mec, je vis à Brooklyn, on essaie d’avoir un enfant grâce à ma meilleure amie Polly, et j’ai un voisin de quartier ultra chiant qui me réveille tous les matins à 7h. Dur, d’autant que mes journées sont difficiles, j’essaie de monter mon projet Nasty Baby. Voilà voilà.

Il faut vraiment aimer le genre « chronique quotidienne » destinée essentiellement à l’entourage du réalisateur et à ceux qui arriveront à entrer dans le film (ce qui ne fut pas mon cas). Parce que bon, sorti de la vie de hipster à Brooklyn, homo, en couple et désireux d’avoir un enfant avec sa meilleure amie, avec un voisin qu’on a envie d’égorger, il est difficile en tant que spectateur de se raccrocher à quelque chose. Le seul « meuble » à sauver, c’est Kristen Wiig qui sort son épingle du jeu (ou son jeu de l’épingle), qui apporte sensibilité, sympathie et empathie, là où les autres acteurs n’apportent aucune émotion. Se voulant indépendant, Nasty Baby se la joue pseudo cool en apportant un projet artistique fumeux sur la représentation du Moi adulte apposée sur la figure du Moi bébé, dans le but de… de je ne sais pas en fait. Freddy (Sebastián Silva) s’est engagé dans ce projet qu’il modifie continuellement, sans vraiment comprendre ce qu’il souhaite en ressortir (nous non plus). Personnellement, j’y ai vu quelqu’un qui cherche une sorte de but et un prétexte pour dire « je travaille, si si, je t’assure » alors que pas du tout !

Bref, Nasty Baby, c’est bien, si vous-même vous vivez le trip « je filme ma vie, mes potes et mes emmerdes pour en pondre un long-métrage », sinon, on passe son chemin. Merci.

Pas de date de sortie pour le moment.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top