Festival du cinéma américain de Deauville 2015 – Jour 9

Le Jour 9 tirait la révérence de ce 41ème Festival du cinéma américain de Deauville qui a fait venir pour son dernier jour l’actrice Patricia Clarkson et concluant mes 10 jours de films par Crazy Amy et Sicario en cérémonie de clôture.

CRAZY AMY

Une fois n’est pas coutume, j’ai écrit la critique en entier avant. Je ne ferai donc pas de résumé. Ma critique de Crazy Amy.

SICARIO

Il a reçu quelques avis mitigés à Cannes, Sicario a pu ajouter le mien malheureusement. Denis Villeneuve m’a habitué à des films beaucoup plus profonds et psychologiques que celui-ci. J’ai donc été bernée par la bande-annonce qui m’a vendu un film complètement différent de celui que j’ai vu, néanmoins pas mauvais, il faut bien le reconnaître. Sicario est un film qui balade le spectateur, lui offrant sur un plateau une histoire qui sera métamorphosée aux 3/4 du film et c’est en cela que je ne suis pas ressortie convaincu. Le film se divise en deux parties très inégales, une très grosse première partie, qui s’approche plus d’un thriller, orientée sur le personnage d’Emily Blunt. Celle-ci est bien plus travaillée, plus approfondie, elle pose bien l’action et la situation. La seconde est expédiée et vire sur le personnage de Benicio Del Toro, tout s’accélère et s’enchaîne trop vite, ne nous laissant que très peu de temps pour comprendre le virement. Enfin, les personnages manque de profondeur, Villeneuve nous a habitués à des personnages bien plus complexes, qui nous en révélaient beaucoup plus. Le film n’en reste pas moins intéressant, avec des séquences particulièrement prenantes.

Deauville 2015 - Jour 9 - Hommage Patricia Clarkson

PALMARÈS DE CE 41e FESTIVAL DE DEAUVILLE

Prix d’Ornado-Valenti : Les Cowboys de Thomas Bidegain

Prix du public : Dope de Rick Famuyiwa

Prix de la critique : Krisha de Trey Edward Shults

Prix Kiehl’s de la révélation : James White de Josh Mond

Prix du jury : Tangerine de Sean Baker

Grand prix : 99 Homes de Ramin Bahrani

Je retiendrai en films en compétition Dope et 99 Homes (je n’ai pas eu la chance de voir Krisha), qui m’ont vraiment plu. Si vous m’avez suivi, j’ai été déçue par la qualité des films proposés. J’ai néanmoins eu un gros coup de cœur pour Experimenter et Danny Collins (hors compétition). Je ne reviendrai pas sur le festival en lui-même, les privilèges, etc. Y-aura-t-il une troisième édition pour moi l’année prochaine ? Je ne sais pas. J’ai été bien refroidie.

Retrouvez l’ensemble du journal de bord de Deauville 2015.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top