Festival du cinéma américain de Deauville – Jour 7

Autant j’adore avoir cette impression d’être une journaliste et d’avoir accès à tout, autant je commence à être vraiment fatiguée. Et puis, j’en ai marre de manger des cochonneries (régime geek, voyez le genre : pizzas, frites and co). Le retour sera bien mérité.

C’était LA grosse journée. Trois bons films, une conférence de presse et ma survie. 9h démarrage en force avec Pierce Brosnan toujours aussi en forme dans November Man, suivi du film I Origins (où la difficulté fut de trouver des places dans une salle comble), déjeuner avant de terminer avec Whiplash.

Enfin, conférence de presse de Whiplash en présence de Damien Chazelle, le charmant Miles Teller (et accessoirement sa copine) et du coproducteur. Le réalisateur nous a raconté qu’il s’est inspiré en partie de sa vie, lui aussi était batteur et avait un professeur des plus « délicats ». Les États-Unis ont cette culture où l’on vous pousse toujours à aller plus loin dans votre jeunesse, tout en vous enfonçant lorsque vous êtes adulte. Miles Teller a pris des cours pendant six semaines pour le rôle, mais il avait déjà joué de la batterie, du piano et de la guitare surtout pour impressionner les filles. Une conférence plutôt sympathique et très intéressante où le traducteur n’a pas manqué de se tromper parfois (pas la seule à être fatiguée à ce que je vois), Miles n’a pas hésité à sortir quelques blagues, notamment sur le fait qu’il était le seul dans la salle à ne pas comprendre le français.

Miss Bobby_Miles_Teller_Damien_Chazelle_Deauville 2014

Retour sur November Man :

Pierce Brosnan en  » gros » dur classe pas du tout commode sur les bords et pas spécialement poli. Moi je dis oui ! Brosnan casse son image un peu lisse du James Bond so chic et c’est pour notre plus grand plaisir. Film d’action honnête, November Man est un bon divertissement qui apporte son petit lot de bonnes surprises.

Retour sur I Origins :

J’en suis ressortie toute retournée. I Origins est une envolée douce, parfois lyrique confrontant le monde de la science et celui de la spiritualité. Les atomes, le « destin », les connexions. Le film est un conte qui vous fera peut-être voir les choses différemment sur vos rencontres et les rapports humains. Filmé et joué avec beaucoup de justesse et de sensibilité sur une BO aussi douce qu’une caresse, il est très difficile de ne pas être séduit par I Origins.

Retour sur Whiplash :

Miles Teller continue son bonhomme de chemin hors des comédies pour ado et ça lui va très bien. D’autant qu’il est doué. Jeune prodige de la batterie, prêt à tout pour repousser ses limites, il incarne avec puissance un personnage à la fois déterminé et qui souffre du caractère tyrannique de son professeur (J.K. Simmons). Vous aurez le souffle coupé autant par le jazz que par la performance.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top