Les jeux vidéo : mon expérience auditive

Miss Bobby_Jeux vidéo_Alex Kidd

L’autre jour, j’écoutais une musique tirée d’un jeu et je me suis dit que j’aimerai bien partager avec vous mon expérience auditive autour des jeux, car c’est bien beau de parler des graphismes, mais j’ai également pas mal de souvenirs en stock sur des sons, des musiques, rendant certains jeux très identifiables. Donc je fais un petit article, je ne pense pas être la seule dans ce cas.

Je sais que vous savez que je suis comme Obélix, je suis tombée dans la marmite des jeux vidéo petite grâce au Premier Homme de ma vie, officiant sur Amstrad avec le jeu Paperboy et sur Sega Megadrive avec Sonic ou Alex Kidd in miracle world (cette musique, que de bons moments !!). Numerobis a d’ailleurs pris le même chemin que moi. Je me souviens qu’eux deux aimaient beaucoup jouer à Doom, un jeu que j’ai toujours détesté, car il me faisait peur et que je ne supportais pas voir la tronche du mec se décomposer au fur et à mesure que sa santé diminuait (c’est toujours le cas aujourd’hui, je ne peux pas). Doom est un jeu particulièrement significatif pour moi sur les sons : lorsque j’étais dans ma chambre, je savais tout de suite si Numerobis y jouait, car le fameux mec, quand sa vie en prenait un coup, se mettait à haleter et respirer comme un porc. Sans oublier les cris des bestioles (très très moches) lorsqu’elles mourraient. Je vous assure que c’est très particulier à entendre. En général, mon réflexe était d’aller fermer la porte de sa chambre ! Je ne supportais pas d’entendre ça. Eurk ! En plus, on voit sa tête de plus en plus ensanglantée à chaque fois qu’il se mange une attaque. Mais quelle horreur !

Autre jeu reconnaissable par sa petite musique d’ambiance auquel le Premier homme de ma vie jouait beaucoup : Transport Tycoon. Pas besoin de fermer la porte, ça ne me dérangeait pas, mais je reconnaissais très vite. Ça marche aussi avec les cris des gens dans les montagnes russes de Rollercoaster Tycoon (qu’est-ce que c’était bien, un des rares jeux de gestion que j’aimais bien. Il y avait Theme Hospital aussi, mais je finissais toujours pas perdre à cause du nombre improbable de vomis dans les couloirs).

Il y a bien sûr les cris de Lara Croft lors qu’elle mourrait (vous savez, quand vous vous disiez « mais si elle peut sauter cet immense fossé », non, c’est trop large !).

Plus tard, bien plus tard même, j’ai eu un gros coup de cœur musical avec Ezio et le second volet en trilogie d’Assassin’s Creed. A chaque fois que j’entends Home in Florence, je me revois courir dans les rues, bousculant les passants, leur piquant un peu de monnaie et escaladant les murs, avec Ezio bien sûr (moi j’ai arrêté l’entraînement il y a un moment). Un personnage auquel j’étais très accrochée et qui m’a attristée quand j’ai dû le quitter.

Autre musique que j’aime beaucoup, c’est celle du menu principal de Deus Ex. Très mystérieuse et à la fois futuriste.

Je ne vous parle pas des chansons connues choisies pour les Need For Speed ou les SSX (exemple parmi tant d’autres) qui quand je les écoute encore à l’heure actuelle me replonge dans les jeux.

Je pense que les joueurs assidus comprendront que le travail graphique est important, mais que l’identité sonore l’est tout autant. J’ai certainement oublié des souvenirs, mais je vous ai mentionnés les plus importants, ceux que je peux reconnaître entre mille.

Et vous ? Quels sont vos souvenirs sonores de jeux vidéo ?

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top