Depeche Mode

 

« Tutututu dutututu dutututu tu tu tu… «  Dire qu’ils ne l’ont même pas joué. Andy Fletcher a feinté en jouant les premières notes puis a enchainé avec Personal Jesus. Pas drôle !

C’est parti !

Les 19 et 20 janvier, Depeche Mode mettait le feu au Palais Omnisport de Bercy et je pèse mes mots.

Par où commencer ?

Le moins bon. La scène.

Vraiment, point de vue du décor, il y a du laisser-aller ! Autant sur le Touring the Angel, il y avait une petite recherche cosmique, sur l’espace, le vaisseau, autant là, c’est plutôt un écran géant, une demie boule et emballé c’est pesé ! Vraiment, déçue.

Le beaucoup mieux. Les chansons.

Essentiellement de vieilles chansons (inconnues pour ma part, puisque je n’ai que quelques albums), les grands classiques : Personal Jesus, Enjoy the Silence, Never let me Down Again, It’s no Good et I Feel You. Quelques-unes du dernier album évidemment tel que Wrong, In Chains ou encore Hole to Feed. Aussi bien point de vue son, que point de vue vocal, rien à redire. Tout était bien calibré, ils ont fait des modifications sur certains titres, les rendant plus longs, ce qui n’était pas pour nous déplaire. Je n’ai pas aimé la version de Martin Gore de Freelove, trop lente (comme à chaque fois qu’il chante), alors qu’elle est vraiment belle à l’original.

Le vraiment bien. Dave Gahan.

Doit-on encore douter de lui ? Non. Réellement présent, à danser, sauter, occupant toute la scène. Je ne sais pas comment il fait pour tenir le coup, tout en sueur, torse nu (oui, il enlève son petit gilet) avec tous ses tatouages… Bien foutu ! Mais là, je divague ! Il arrive à motiver la foule, que tout le monde se réveille et bouge. Impressionnant une telle énergie. Il a dit quelques phrases que je n’ai pas réussi à déchiffrer toutefois.

La bonne surprise. Le public.

Là, pour le coup, j’en ai rarement vu d’aussi bon. Très actif, n’hésitant pas à suivre les gestes de Gahan, créant une super ambiance. Chapeau. Et voir tous ces gens (balcons, gradins et fosse) dans le même rythme, même ceux du fond, c’était vraiment très beau à regarder.

En conclusion, pour ceux qui doutent encore que D.M. (pour les intimes) ne soit plus un grand groupe de pop électro, vous vous trompez largement ! Faire salle comble (y compris les stades) à chaque concert n’est pas donné à tout le monde ! Allez les voir en concert avant qu’il ne soit trop tard !

Pour une autre version, c’est sur Pixiel que ça se passe!

2 commentaires

  1. dans les classics y a-t-il eu black celebration et the pain that i’m used to ?

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll To Top