Mi-laine, mi-coton

Alors ? Vous avez deviné ?

Jour : 11 septembre 2009

Lieu : Stade de France

Heure : 21h15

Artiste : Mylène Farmer

Durée : 2h

Eh oui ! Mylène Gautier ! Je confirme, je ne suis toujours pas une fan, mais vous savez, on me propose, je dispose !

Première partie, une troupe de danse, très dynamique, dansant sur des percussions, puis sur de l’électro. Très motivant. Le groupe s’appelle Balé de Rua. Je vous les conseille, on a eu un bref aperçu de leur performance et cela vaut le coup.

En ce qui concerne notre amie Mylène, qui aurait dû commencer à 21h et qui s’est fait désirer. Surprenant ? Pas vraiment. Le thème de la soirée un peu macabre : des squelettes, des corps tout en muscles (et quand je dis cela, c’est la peau en moins. D’ailleurs, son costume d’entrée essayait de reproduire ce côté-là… pas très sexy), des têtes de mort, des mannequins de vitrines nus ; la Mylène Farmer faussement gothique et adolescente, jusque dans ses tenues très courtes.

Au point de vue de l’écoute, mis à part les deux coupures de son des organisateurs (qui m’ont soumis l’idée qu’elle pourrait chanter en playback), rien ne m’a choquée, pas de fausses notes, de la très bonne musique surtout les parties électroniques (voudrait-elle se faire aimer des djeuns ?). Bien sûr, elle a chanté ses classiques et quelques nouveautés, heureusement pour moi, peu. Elle a pleuré évidemment.

Niveau spectacle, j’ai toujours cru que c’était justement spectaculaire, eh bien non ! Une entrée rien d’original, on est loin de Johnny Hallyday quand même (celle-là est à voir absolument), beau jeu de lumière, les chorégraphies très simples, des danseurs mimi.

Mes petits bémols : le stade de France, au milieu (ou ailleurs, sauf devant) on ne voit rien, on distingue des mini pouces sur scène, sur les écrans (tournés vers les gradins) ce n’est pas mieux, mal de pieds et au dos. Un homme a fait une crise d’épilepsie…  eh bien quand on n’est pas habitué, cela surprend et ça choque. Les coupures de son bien sûr. Et un accompagnateur qui m’a laissée toute seule.

Conclusion : les accros de Mylène (il n’y a pas que des homos je vous rassure, d’ailleurs, il y avait un couple de gays juste à côté de moi, charmant, mais ça me rendait triste, bah oui, même homo, les amoureux me rendent « jalouse ». Et l’un deux m’a raconté une blague, bref) vont l’adorer, c’est certain. Moi j’ai apprécié bien que je n’étais pas à fond dedans, forcément, ce n’était pas Placebo non plus (on en reparlera le mois prochain). Pour ceux que cela intéresse, ma chanson préférée est l’Instant X, allez savoir pourquoi !

Bye bye les libertins !

Rendez-vous sur Hellocoton !

7 commentaires

  1. Le concert de Mylène vu de chez moi.
    Ma fille y était hier soir avec un ami à moi du fait qu’un à elle, s’est désisté au dernier moment. J’ai donc pu assister à l’avant spectacle par SMS et à l’après par la route. Pendant, j’y étais pas.
    L’avant pour eux : attente devant l’entrée du stade durant des heures debout ou assis par terre sous le soleil (ils voulaient être dans les premiers dans la fosse). Là, c’était leur choix et le bon plan, ils étaient bien placés. Mis à part la fatigue et le mal au dos, bonheur total, ils ont aimé le spectacle, pris des photos, tout bien quoi !
    Sauf que voilà le bémol pour moi après le spectacle.
    Ils avaient le RER B à rejoindre. Jusque-là, tout va bien. Sauf que devant une foule montrueuse (par le nombre paraît-il) et indisciplinée, la police a interrompu l’accès du RER B. Coincés dans la foule, ils se sont vus propulsés vers le RER C. OUI oui, le C au lieu du B et là… allo maman.
    A une heure du matin, je partais les récupérer dans une gare du Val d’Oise. Retour 2 heures. Pfff… bon anniversaire Mylène.

  2. Comme quoi les supporters de foot/rugby sont bien plus disciplinés que les fans de Mylène Farmer. Etant allé plusieurs fois au stade pour des matchs (ou U2, oui j’ai dit U2 prosternez vous tous devant ma toute divine puissance) je n’ai jamais eu de soucis autre que le monde dans le RER (pas plus qu’a 9h du matin en pleine semaine).

  3. Moi je n’ai que ça à dire :

    Puisqu’il faut choisir
    A mots doux je peux le dire
    Sans contrefaçon
    Je suis un garçon (…)

    Héhé oui il fallait que je la fasse, c’était plus fort que moi ! Puis moi Mylène, je me suis arrêté aux années 80, un peu comme pour Madonna, bah oué! Mais l’instant X est pas mal ceci dit… 😉

  4. Bah à Metallica au Stade de France pour le RER ça marchait nickel… Aprés j’sais pas s’il faut déduire que c’est du aux spectateurs 😀

    Mais bon Mylène sans moi 😀

  5. Bonsoir à tous,

    Déjà, toutes mes excuses pour m’être trompée dans la descripion du bémol de là haut ! C’était pas la ligne C du RER mais la D. Il est vrai que je ne prends plus le RER qu’exceptionnellement alors… je me suis perdue dans l’alphabet.
    Effectivement Mike, c’était du aux spectateurs extrêmement nombreux à la sortie du stade de France en même temps. Finalement, ils n’avaient pas franchement le choix. Cela prouve aussi que Mylène déplace de plus en plus de monde.

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top