Placebo au Zenith – II

 

C’est parti pour la deuxième partie ! J’ai vu qu’il y avait des impatientes, je ne les fais pas plus languir.

Après moins d’une heure d’attente et l’arrivée d’un autre photographe, on m’autorise enfin à entrer dans la cage aux lions. Quelle fierté de passer devant toute la première rangée du public, la poitrine bombée, le sourire aux lèvres. Pour une fois que je suis de l’autre côté de la barrière entre les fils, les mecs de la sécurité et les enceintes. Je profite de ce moment, je regarde le panorama que m’offre la salle, le vide des places qui disparait et les demoiselles qui attendent devant (peu de jeunes hommes en pôle position). Je discute avec le photographe et celui de Patrol que je connais, on déconne, je pose des questions, on me précise de faire attention aux cameramen ainsi qu’aux câbles sur le sol. À bien compter, nous serons que trois photographes, au moins, nous n’allons pas nous battre.

En pleine discussion, les lumières s’assombrissent, le public hurle, je sors en quatrième vitesse mon appareil et la première, première partie débute et c’est United aux commandes (déjà vu également en première partie de Depeche Mode il y a 3 ans). Je vous avouerai que j’étais plus focalisée sur les photos et les réglages, que sur la musique. Trois titres sans flash, c’est assez long, j’ai eu pleinement le temps de sortir mon appareil numérique personnel pour faire quelques clichés. Le temps écoulé, on nous propose gentiment la sortie. Je constate ce que les deux autres photographes font et je décide de faire pareil : je regarde ce que j’ai pris et ce n’est pas trop mal (vous constaterez par vous-même). J’attends sur le côté la fin, en essayant d’écouter (faut dire que j’ai la tête ailleurs). J’écris un petit sms à la Meilleure, entre deux mots, je lève la tête et qui passe devant moi, ni vu, ni connu je t’embrouille, accompagné d’un garde du corps ? Steve ! Oui, oui, le blondinet ultra tatoué, aussi grand que moi (même un peu plus petit je crois), tout fluet, en marcel, bonnet vissé sur la tête, la frange dépassant. Il est choupinou !

Fin de United. Pause pipi.

Je reviens, rebelote direct dans le couloir de la vie (ah bah oui, pas de la mort oh !). Papotage, déconnage, j’obtiens mon laissé passé pour toutes les soirées à l’Élysée Montmartre ainsi que pour les personnes qui m’accompagneront (c’est pas génial ça). Noir complet et c’est Expatriate qui prend la relève (première fois qu’il y a deux premières parties… ma foi). Je shoote autant que je peux, toujours en étant placé sur la gauche de la scène (en plus, je les vois arriver par la droite), limite j’ai mes habitudes !! Je passe de l’autre côté et là, OH punaise ! Musique s’il vous plait : « chabadabada chabadabada lalala… ». Waouh ! Le guitariste d’Expatriate ! Où est-ce que je signe ? Super mignon. En plus, il m’a repérée aussi, vois que je le bombarde et frime un peu. Assez marrant qu’il se prenne au jeu, me jetant quelques regards discrets. Je vous aurais bien dit que les photos parlent d’elles-mêmes, mais Dave (oui, j’ai fait des recherches) est mieux en vrai !

Retour à la case départ après les trois chansons, j’écoute plus concentrée ce coup-ci, la musique est bonne. Bye bye Expatriate ! Vous pouvez aller les voir prochainement au Nouveau Casino.

On attend. Je suis assez calme bizarrement, la pression est retombée vu que j’ai pris mes marques. On m’a précisé que la lumière sera bien meilleure pendant Placebo et par conséquent, meilleure visibilité. Ok.

Dernière fois que je rentre au pied de la scène. Le public est calme et je discute avec une fille qui n’ose pas prendre de photos parce qu’apparemment, Monsieur Molko aurait viré une personne utilisant le flash quelques jours auparavant au Zenith de Strasbourg. Charmant le garçon. Je lui indique qu’elle peut essayer sans le flash, Brian ne restera pas fixé sur elle.

L’audience se réveille enfin, il est presque 21h15, j’ai la bougeotte, l’appareil qui attend bien sagement autour de mon cou. Alllllleeeezzzzz !!! Et boum ! Noir, public en folie, j’allume l’appareil, musique douce face à ce grand… voile ? Drap ? Il s’abat sur le sol dans un nuage de lumières, les premières notes de For what it’s Worth retentissent, Brian et Stefan s’avancent. J’ai le cœur qui bat la chamade, les mains qui ne tremblent pas. Je shoote autant que je peux, je fais mes réglages rapidement parce que, comme prévu, il y a TROP de lumière ! Je m’arrête quelques secondes et je regarde Brian qui chante. Mon Dieu ! Je suis aux pieds du chanteur de mon groupe favori. Je me remets « au travail » mais j’ai eu le temps de voir que Molko était plutôt bien habillé, pas très bien coiffé, que son fard à paupières n’est pas vraiment noir. Dans un élan de rafales photographiques, Brian me regarde (j’ai gardé la photo qui est floue bien entendu. La seule où il me regarde en plus) et je remarque qu’il n’est pas là. Son regard est vide : aucune joie, aucun sourire, aucun pétillement. Serait-il stressé ? Je passe de l’autre côté, face à Stefan, très concentré. Qu’est-ce qu’il est grand et mince dans son costume à la Claude François. Il bouge beaucoup, trop, c’est flou ! Et là, panique à bord : mon appareil fait la mise au point, mais ne se déclenche plus. J’ai chaud. Tu vas y aller oui ?! Je tremble. Ok. Je souffle, je recule et il repart. Ouf ! Merci, j’ai perdu des secondes précieuses. Je continue les tours et détours. J’entrevois Steve qui se déchaine, pas facile de l’immortaliser.

La deuxième chanson se termine. Quoi ? Déjà ?! Je n’ai même pas eu le temps d’utiliser mon petit appareil. J’espère de tout cœur que ça soit trois titres au lieu de deux, mais non. Direction la sortie, je regarde Stefan en passant. Je ne sais pas si c’est parce que je n’ai pas vu le temps passé (à contrario des premières parties) ou si c’est parce que leurs chansons sont courtes, mais c’était beaucoup, beaucoup trop court.

On m’arrache mon badge (que je n’ai pas pu garder en souvenir), je range l’appareil et je file directement dans la fosse voire le reste du concert.

Après ce long article (j’avais prévenu que je détaillerais), suite et fin demain !

PS : les liens vous amènent directement à mes photos, sinon, c’est dans Mes Essais Créatifs, en haut!

Rendez-vous sur Hellocoton !

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Scroll To Top