Pitch Perfect 2 : Rencontre avec Rebel Wilson

Il y a quelques mois, nous avions eu la chance d’interviewer Rebel Wilson, la réalisatrice du second volet de Hit Girls : Pitch Perfect 2. Elle revient sur cette grande aventure, sur le défi de faire mieux que le premier (totalement réussi) et d’être à la fois actrice et réalisatrice.

Retrouvez ma critique de Pitch Perfect 2.

Retrouvez notre rencontre avec Elizabeth Banks.

Et en plus, l’interview a été filmée :

Qu’est-ce que vous aimez le plus dans le personnage de Fat Amy et avez-vous des points communs avec elle ?

Rebel Wilson : Ce que j’aime chez elle, c’est qu’elle a une immense confiance en elle, ce qui apporte beaucoup d’éléments comiques. Elle est très culottée, aussi. Quand elle chante dans le film, elle est très exubérante. Elle ne chante jamais avec douceur et tendresse, ce qui est très fun. Le personnage de Fat Amy n’a pas été écrit en fonction de ma personnalité à la base, déjà elle est américaine, mais quand le réalisateur du premier Pitch Perfect, Jason Moore, m’a demandé de mettre un peu de ma propre personnalité dans le film, j’ai pu improviser plein de choses. Ce qu’on peut avoir en commun ? Je pense que je suis beaucoup plus sensible dans la vie mais comme elle, parfois je peux avoir une grande confiance en moi.

Dans la série Super Fun Night et encore dans Pitch Perfect 1 et 2, vous avez souvent recours à l’autodérision. Est-ce que c’est l’une de vos forces ?

R. W. : Je pense que quand vous faites des comédies, si vous arrivez à vous moquer de vous-même en premier lieu, alors c’est plus facile de faire ensuite des blagues sur les autres, parce qu’à la fin de la journée, vous vous êtes surtout moqué de vous-même. Parfois, je crois que je préfère faire des blagues sur moi, en fait.

Pourriez-vous nous parler de votre entrée fracassante et hilarante dans le film ? Il paraît que vous vous êtes entraînée avec le Cirque du Soleil ?

R. W. : Oui. Avant d’aller à Bâton Rouge en Louisiane pour le tournage, je me suis entraînée pendant 5 semaines juste pour ce moment de 45 secondes. Et ma coach, Alicia, a été très cool, elle avait l’habitude de ce genre de performance. En fait, ils voulaient déjà savoir si j’étais capable de le faire. Ils m’ont fait passé un test, le premier jour. Et si je ne réussissais pas à le passer, ils avaient prévu quelque-chose de totalement différent pour l’ouverture. Et j’ai insisté en disant « Non, je veux le faire, ça a l’air très drôle ». Je devais me raccrocher dans les airs, être à l’envers, être très flexible… On allait s’entraîner pour ça mais en tout cas, j’ai passé ce test le premier jour. Après, on a donc commencé l’entraînement pendant cinq semaines. C’était beaucoup d’étirements donc il fallait se protéger le dos et tout. Mais je suis fière de moi d’avoir réussi à le faire parce qu’il n’y avait pas de doublure à ma taille pour faire des acrobaties comme ça à Hollywood !

Miss Bobby_Rencontre Rebel Wilson

Vous avez une voix impressionnante dans le film. Vous avez une expérience du chant ?

R. W. : Oui. Bon, je ne suis pas Adèle non plus. J’étais dans un groupe de chant a-capella quand j’étais au lycée. Mais c’était très différent des Bellas, on chantait à des mariages et à des funérailles. Ce n’était pas aussi bien que dans Pitch Perfect. J’ai aussi participé à des représentations à l’époque. Mais j’ai passé toute ma scolarité à chanter sans arrêt, je rendais tout le monde fou à chanter les chansons des Disney. Mais bon, je n’ai jamais eu d’entraînement pour être une vraie chanteuse.

Vous avez un autre très grand moment dans le film, c’est la scène sur le bateau. Vous pouvez nous en parler un peu ?

R. W. : J’aime bien le fait que Fat Amy ait une love story dans ce second film. Pour l’anecdote sur le tournage de cette scène, ce jour-là, il faisait 40 degrés et je transpirais beaucoup. Et on s’est rendu compte que mon pantalon était un peu trop transparent. Du coup, il y a une grande partie de cette séquence qui a dû être coupée au montage parce que c’était un peu trop osé. Mais, ce jour-là, ça m’a rappelé le bon vieux temps avec Adam DeVine (ils se connaissent depuis plusieurs années et Rebel Wilson avait même fait un caméo dans sa série Workaholics – ndlr). On a beaucoup rigolé. Mais c’était horrible, il faisait tellement chaud, on suait à grosses gouttes, c’était dégoûtant. Et puis là aussi j’étais fière de moi d’avoir réussi à tenir debout aussi longtemps dans ce bateau en ramant. Parce que j’ai pagayé un bon moment, ça n’a pas l’air comme ça, mais c’était une sur bonne distance, tout en chantant parce qu’en plus, cette chanson a été faite en live. La plupart des chansons en groupe ont été préenregistrées mais pas celle-là parce qu’entre l’action, les différentes prises et les différents angles, ça ne pouvait pas marcher au montage, donc du coup, il a fallu chanter en live, en plus. Même la partie en duo avec Adam DeVine a été chantée en live et au final, c’est assez harmonieux et plutôt pas mal. C’était vraiment fun à faire en tant que comédienne.

Miss Bobby_Rencontre Rebel Wilson

Et pour les chorégraphies, vous les avez travaillées d’abord séparément et ensuite ensemble, ou toujours toutes ensemble ?

R. W. : Non, on a travaillé ensemble. On a eu un boot camp de quatre semaines en Louisiane, après mes 5 semaines de travail sur la scène d’ouverture. Toutes les Bellas étaient là, on travaillait les chorégraphies le matin, et les chansons l’après-midi, que l’on enregistrait dans un studio. En tout cas, on a tout fait ensemble. On avait un chorégraphe, A.J. (Aakomon Jones – ndlr) qui est très talentueux. Il a bossé avec Justin Bieber, Usher… Il nous faisait faire des exercices physiques comme des pompes, courir. Une vraie torture.

Quelle était l’ambiance sur le tournage, vous chantiez sans arrêt en dehors des prises ?

R. W. : Oui, on chantait souvent. En fait, avec toutes les filles, on est toutes très différentes et on a des rôles très différents mais on s’entend vraiment bien. Bon, après, parfois on tournait 16 heures dans la journée sur ce deuxième volet, donc il pouvait y avoir quelques tensions. Mais ça ne durait pas parce qu’on s’aime beaucoup et qu’on aime travailler ensemble.

Vous avez cette romance avec Adam DeVine dans le film. Ça s’est bien passé, vous ne vous faisiez pas des petites blagues de temps en temps, genre manger de l’ail ou ce genre de choses ?

R. W. : Oh non. En fait, l’assistante maquilleuse avait des bonbons à la menthe justement pour les scènes de baisers. Non, parce que je mange beaucoup de trucs avec de l’ail, j’adore l’ail ! En plus, dès fois, vous oubliez complètement que vous avez des scènes de baisers à tourner et vous devez passer votre journée à vous embrasser. Sauf qu’il faut bien manger à un moment, et l’ail, c’est vraiment très bon ! Donc, il fallait que j’aille me brosser les dents, en plus des bonbons.

Miss Bobby_Pitch Perfect 2

Et vous commencez à avoir un palmarès de baisers plutôt conséquent au cinéma, Adam DeVine, Ben Stiller, Sasha Baron Cohen. Dès fois, vous ne rêvez pas un peu de George Clooney, Brad Pitt… Vous y étiez presque avec Channing Tatum dans un sketch pour les MTV Movie Awards (voir ici)

R. W. : Oui… Channing Tatum a touché mes seins une fois… Il lui a fallu du courage pour ça. Mais oui, c’est vrai, j’ai eu pas mal d’action à l’écran. C’est assez fun, en effet, et pourtant je suis une fille plutôt pudique dans la vie. Je joue des personnages qui ont souvent une grande confiance en eux et dès fois, il faut y aller. Bon, par contre, dans le film avec Sasha Baron Cohen (Grimsby – ndlr), ce n’était pas moi la fille nue. C’était une doublure. Non parce qu’embrasser, ça va, mais la nudité, ça, c’est un peu trop pour moi. En tout cas, c’était tous de très bons « embrasseurs ». Tous, très professionnels. Et Adam DeVine est avec une autre Bellas à un moment et je surveillais que leur baiser ne soit pas trop passionné, quand même (rires) !

Vous avez joué essentiellement des personnages drôles jusque-là, seriez-vous tentée par des rôles plus dramatiques à l’avenir ?

R. W. : Oui, pourquoi pas. J’ai joué des rôles plus dramatiques au théâtre, en Australie. Mais j’ai viré à 100% vers la comédie quand je suis venue aux États-Unis. Je pense que c’est parce que j’ai senti assez vite que c’était vraiment ma force. Mais j’aimerai bien faire des films plus sérieux. Déjà parce que, quand j’étais jeune, j’avais ce rêve d’avoir un Oscar un jour. Et même si je me régale à faire des films comme Pitch Perfect, je n’aurai pas d’Oscar avec eux ! (rires) Donc, il faudra que je joue, je ne sais pas, peut-être une tueuse en série ou un truc du genre. Ce que je ferai ! Les gens seront probablement déroutés car ils me voient comme quelqu’un qui chante et qui fait des comédies. J’essaierai mais ce qu’il y a de bien actuellement à faire des comédies, c’est que c’est très fun.

Vous aviez dit que vous aviez parfois improvisé sur le premier Pitch Perfect. Est-ce qu’il y a eu aussi une part d’improvisation sur le tournage de Pitch Perfect 2 ?

R. W. : Oui… Adam DeVine et moi, on a des parcours un peu similaires dans la comédie, on a fait du stand up et des sketches avec beaucoup d’impro. Et du coup, ça nous a apporté cette capacité à improviser. Avec les comédies actuelles, si vous n’improviser pas un peu à chaque prise, ça peut vite devenir un peu ennuyeux. Donc, on suivait tout le temps le script parce que Kay Cannon (le scénariste – ndlr) avait écrit des personnages très drôles avec de super blagues mais après, pour ne pas s’ennuyer et pour égayer un peu le tournage, vous essayez de customiser un peu les scènes, de faire rire le réalisateur et du coup, j’essayais d’apporter un peu de nouvelles blagues à chaque prise pour pas que ça s’évente.

Le tournage de Pitch Perfect 2 a été différent avec Elizabeth Banks en tant que réalisatrice cette fois ?

R. W. : Oui, c’était différent pour plein de raisons en fait. Déjà, parce qu’on a tourné le deuxième en plein milieu de l’été et il faisait très très chaud. Et sur le premier, Jason Moore était un peu comme un réalisateur « grand frère ». Sur le deuxième, Elizabeth a apporté une énergie différente. Et puis forcément, il y avait plus d’attentes autour du second volet donc, de fait, plus de pression et on ne voulait pas décevoir.

Capture d’écran 2015-07-11 à 13.12.36

Vous avez annoncé un Pitch Perfect 3

R. W. : Oui, accidentellement…

Et tout de suite la toile s’est enflammée…

R. W. : Je n’étais pas censée dire quoique ce soit ! Mais parfois, en tant qu’australienne, je parle un peu trop. Du coup, j’étais là « non, mais c’est pas à 100% sûr… » Plus sérieusement, je pense qu’on va déjà voir les réactions suite à ce deuxième film avant de finaliser quoique ce soit (depuis, Pitch Perfect 2 a été un gros succès, jugé très bon de surcroît, et un 3eme volet a été acté – ndlr). Mais je ne sais pas ce que les filles pourront faire cette fois, peut-être se présenter aux championnats intergalactiques ou quelque-chose comme ça, elles pourront chanter contre des Aliens… (rires). Mais je pense qu’on a passé tellement de bon temps à tourner ces deux films et les fans sont tellement gentils avec nous, qu’on adorerait en refaire un, d’autant qu’il y a plein d’histoires encore à raconter.

Et ça pourrait devenir une franchise même, qui durerait encore longtemps, genre Pitch Perfect 10

R. W. : Ouais, un truc à la Fast & Furious. On pourrait même mettre des voitures dans le prochain film, et Vin Diesel aussi. Qui sait, peut-être qu’il sait chanter… C’est tellement fun à faire, que parfois on n’avait même pas l’impression d’être en train de travailler !

Retranscription par Mondocine.

Un grand merci à Universal.

Rendez-vous sur Hellocoton !

Un commentaire

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top