Sorcerer – Le Convoi de la peur : Rencontre avec William Friedkin

À l’occasion de la ressortie en salles de Sorcerer – Le convoi de la peur de William Friedkin le 15 juillet prochain, le réalisateur, grand comique dans l’âme, nous a fait l’honneur au début du mois d’une masterclass hilarante, surprenante et passionnante. Ne vous laissez pas rebuter par la longueur de l’article, je peux vous assurer que c’est très drôle (même si en vrai, c’était encore mieux). Et puis, je ne peux que vous conseiller de la lire ne serait-ce que pour le passage sur Benicio Del Toro qui vaut son pesant d’or.

William Friedkin est entré, il est resté debout durant 1h30 (l’art de faire le show) et il s’est introduit en précisant qu’il était Charles Trenet et qu’il allait chanter. Le ton est donné.

Vous avez dit de ce film adapté du roman culte de Georges Arnaud Le Salaire de la Peur, que c’était étonnamment l’un de vos films les plus personnels. Comment vous êtes-vous approprié ce roman et en quoi est-il un film personnel ?

William Friedkin : Je trouvais que l’idée et le thème central à la fois du livre et du film de Clouzot, était un thème qui m’était extrêmement proche. D’abord, j’ai voulu rencontrer Clouzot parce que je considérais que son film était un chef d’œuvre. Et je lui ai dit « Votre film est un tel chef d’œuvre que je ne vais pas essayer de refaire la même chose. Je ne veux pas faire un remake ». C’est comme Hamlet. Énormément de productions théâtrales ont été faites autour de Hamlet mais à chaque fois, il ne s’agit pas de remake mais de nouvelles versions, de nouvelles visions originales. Et c’est ce que j’ai voulu faire avec Le Salaire de la Peur, car je considérais que ce thème était éternel. L’idée que quatre personnes qui sont de parfaits étrangers, qui ne s’aiment pas particulièrement, doivent absolument coopérer s’ils ne veulent pas en quelque sorte exploser, je trouvais qu’à l’époque et encore bien plus aujourd’hui, c’était un thème extrêmement important et contemporain. Parce que c’est un peu comme la situation dans le monde finalement, avec toutes ces nations qui se menacent entre elles. Comme les Etats-Unis qui, je crois, ont menacé à peu près tout le monde. Si l’on ne s’entend pas davantage, si l’on ne coopère pas davantage, on va finir par exploser. Et pour moi, c’est ça l’essence du Salaire de la Peur.

W. F. : Au passage, je voudrais vous remercier tous d’être venus ce soir. Je vois beaucoup de jeunes gens parmi vous… Bon, pas vous monsieur qui n’êtes pas si jeune (à un journaliste plus âgé pas loin de nous – ndlr). Je voulais vraiment vous remercier d’être là car il y a tant de choses à faire le soir sur Paris ! Et n’hésitez pas à me suivre sur Facebook ou Twitter. Vous pouvez me trouver facilement. J’adore ces réseaux sociaux et je réponds souvent à plein de gens. Je prends du temps chaque jour pour voir ce que les gens sur ces réseaux sociaux aiment, ce qui les intéressent. En tout cas, je suis très heureux que vous soyez venus ce soir. C’est un honneur d’être ici, dans une ville qui est probablement l’une des plus belles villes du monde. Et j’aime Manuel Chiche de chez The Jokers, qui va ressortir et distribuer Le Convoi de la Peur au cinéma. Ça va, je vous tiens éveiller pour le moment, vous tenez bon ? Je peux éventuellement parler moins fort si je vous empêche de dormir… Et d’ailleurs, si vous n’aimez pas le film, vous pouvez aussi me le dire sur twitter « Comment vous avez pu faire une merde pareille ? » Comme ça, j’aurai de quoi me marrer avant d’aller me coucher, d’autant que c’est mon heure là, en temps normal !

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

Aujourd’hui, 28 ans après, quel sentiment prédomine quand vous repensez au Convoi de la Peur qui s’apprête à être redécouvert en salles ? De la fierté, de la joie, un sentiment de justice ?

W. F. : Quand j’y pense, mon esprit se tourne immédiatement vers Vincent Van Gogh. Non, ne riez pas… Il a peint près de 3000 toiles. Et pourtant, il n’a jamais réussi à en vendre une seule de son vivant, peut-être une éventuellement. Pendant dix ans, son frère, qui représentait les impressionnistes, a tout essayé, c’était son revendeur, mais il n’a jamais réussi à vendre un de ses tableaux. Et aujourd’hui, il faut être millionnaire pour se payer un Van Gogh. Pourquoi ? Qu’est-ce qui a changé ? Les peintures sont pourtant toujours les mêmes. Est-ce que la sensibilité des gens qui achètent ces toiles aujourd’hui est aussi radicalement différente de celle des gens de l’époque qui les rejetaient ? Voilà, rassurez-vous, c’est la dernière fois où vous entendrez mon nom et celui de Vincent Van Gogh dans la même phrase ! (rires). En tout cas, c’est peut-être un peu la même chose au sens artistique du terme avec Le Convoi de la Peur. Quand il est ressorti, qu’on a fait le Blu-ray, quand des gens comme Manuel Chiche y ont cru et alors qu’il va être revu un peu partout dans le monde, je me suis dit que c’était un peu comme une deuxième vie soudainement. Une deuxième vie comme Van Gogh n’en a jamais connu car il n’a jamais vu de son vivant, le jour où son œuvre a été acceptée. C’est extraordinaire. Je pense qu’il savait sûrement à l’époque que son travail était bon, sinon, pourquoi aurait-il persévéré. Il devait le savoir, vous ne pensez pas ? Quand Le Convoi de la Peur est sorti, il a été rejeté de la même manière. Il a été mis à l’écart. Le voir revivre aujourd’hui, donne un sentiment de rédemption. Van Gogh est aujourd’hui l’un des plus grands artistes de tous les temps. Mais si vous croyez à l’idée d’une seconde vie, à la réincarnation, dans quelque-chose après la mort, peut-être êtes-vous trop cartésiens je ne sais pas, mais moi, je me dis que peut-être Van Gogh est là, quelque-part, en train de sourire, et que son esprit vit à travers son œuvre. Pour revenir au Convoi de la Peur, s’il y a bien un film auquel je tiens et auquel je pense de cette manière, c’est bien celui-ci. J’ai fait une quinzaine de films en 50 ans de carrière, mais c’est le seul dont je me sente aussi proche car il fait écho à ma propre attitude vis-à-vis de la vie, la vie qui est faite d’espoirs, de désillusions, de tout ce qui fait notre quotidien, mais aussi une vie qui fait que nous allons peut-être aimer des choses, peut-être avoir des enfants, des amis certainement, mais où nous pouvons être sûr d’une chose, c’est qu’un jour, la mort viendra frapper à notre porte. Et c’est de ça dont parle ce film. De la mort qui arrive. Je voudrais citer Sylvester Stallone, qui est un ami. Il m’a dit un jour « Chaque jour de ma vie, je pense que quelqu’un va venir frapper à ma porte et me dire, voilà, c’est fini. Ta carrière, tes enfants, tes tapis, tes tableaux, hop, c’est terminé. On t’enlève tout. » Et ça vient de quelqu’un qui a une carrière absolument extraordinaire. Mais voilà, malgré le succès, quelle était sa peur existentielle. Et il m’a dit que pour lui, Le Convoi de la Peur, évoquait tout ça.

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

Vous évoquiez cette soirée (dans le cadre de la promo de L’Exorciste – ndlr) où vous aviez rencontré Clouzot. Pourriez-vous nous donner des détails sur cette rencontre ? Etait-il heureux, fier, mécontent ? Comment cela s’est-il passé ?

W. F. : Oh oui, il était tellement heureux qu’il a donné une grande fête ! Tous ses amis sont venus avec des chapeaux rigolos, des sifflets, des cotillons… (rires) J’ai rencontré Clouzot chez lui en 1974, quelques années avant de commencer ce film. Il n’était déjà pas très en forme. Il n’avait plus beaucoup d’énergie, il se déplaçait difficilement et en réalité, il ne lui restait que deux ans à vivre. Je lui ai expliqué ce que je souhaitais faire, quelle était ma vision. Et il a compris mon projet. Il n’a pas dit que c’était formidable etc… Il savait que son film, lorsqu’il était sorti aux États-Unis, était devenu un film culte parce qu’il n’avait pas été vu par le grand public. Il n’avait été distribué que dans des salles d’art et essai dans les très grandes villes. Mais je lui ai dit à quel point j’avais été inspiré par ce film. Je lui ai dit qu’il aurait un pourcentage sur les recettes et que son nom apparaîtrait à l’écran. Ce que j’ai respecté d’ailleurs au générique de fin. Mais il est mort avant de voir le résultat. Cela dit, il ne possédait pas les droits de l’histoire. Les droits appartenaient à Georges Arnaud, qui était toujours vivant, lui. Je savais qu’ils ne s’adressaient pas la parole à cette époque. J’ai souvent pensé pendant des années à comment je me sentirai si quelqu’un venait me voir en me disant – et c’est arrivé pas mal de fois d’ailleurs – « Je voudrais faire un remake de French Connection ». Ou Police Fédérale Los Angeles. Ou un autre de mes films. Je me sentirai comme un père dont le fils partirait découvrir le monde. Quelqu’un tomberait amoureux de ce fils, et ils se marieraient et il aurait sa propre vie. Je n’aurais pas de ressentiment à ce niveau-là mais j’aimerai juste que le nouveau film soit respectueux de mon travail et aussi, que ce nouveau film ait une patte originale. Bon, je ne donnerai pas non plus une fête pour ça mais je comprendrais. Et je crois sincèrement que Clouzot n’a jamais eu de ressentiment envers ce que je voulais faire, il comprenait. Par exemple, un réalisateur français a fait un film sur le côté français de la French Connection. Je n’ai pas vu ce film mais c’est bien. Pourquoi vous riez tous ? Le résultat ressemble à une comédie ou quoi ?! Je n’ai pas vu le film mais je n’ai aucun problème avec ça. Car French Connection est ce qu’il est. Comme Le salaire de la Peur est ce qu’il est. Et c’est un chef d’œuvre. Il vivra éternellement. Et le fait que j’ai tourné Le Convoi de la Peur ne causera pas la moindre cicatrice à sa réputation et à sa grandeur.

Pourriez-vous nous parler du choix de Bruno Cremer dans la distribution ?

W. F. : Je l’avais découvert dans un film réalisé par Claude Lelouch dont je ne me rappelle plus le titre (Les Bons et les Méchants – 1976 – ndlr)… Personne ne voit ? Et on se dit « cinéphile »… (rires) Et j’avais un ami qui s’appelle Alain Resnais… Vous voyez tous qui est Alain Resnais au moins ? Auquel cas, tirez-vous d’ici tout de suite ! (rires) Il m’avait parlé de Bruno Cremer et m’avait présenté son directeur de casting habituel. Et elle m’a arrangé une rencontre avec lui. Je ne l’avais vu que dans un film. D’ailleurs, c’est aussi grâce à un film de Lelouch que j’avais découvert Amidou, qui joue également dans Le Convoi de la Peur. C’était un film qui s’appelait La Vie, L’Amour, La Mort. Vous l’avez vu ? Vous devriez. C’est génial. Et avec un très grand Amidou. Je les avais rencontré tous les deux à peu près à la même époque et j’étais assez impressionné. Je ne les ai pas fait auditionner. C’est pas mon truc les auditions, je n’auditionne pas mes acteurs en fait. Je les rencontre et tout se fait au feeling, selon l’impression qu’il me donne, si je les imagine dans mon film ou pas. Je ne leur fais même pas lire un bout de scénario. C’est comme ça que ça s’est passé.

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

Quelle était l’atmosphère sur le tournage ? Il paraît vous vous êtes un peu comme un « sorcier maudit » sur les plateaux…

W. F. : Hein ? Un quoi ? Sorcier maudit ? Qu’est-ce que ça veut dire ça ?? Bon, d’abord, l’atmosphère… A votre avis ? Tendu, selon vous ? C’était ça, très tendu. Vous n’avez pas idée. Est-ce que c’était fun ? Non, pas du tout. Un tournage n’est pas censé être fun de toute manière. Peut-être si c’est une comédie éventuellement, mais le métier de réalisateur, c’est pas censé être fun. Pour l’histoire du « sorcier maudit », qui a dit ça ? Ça sort d’où ? Je veux des noms et des numéros de téléphone de qui a dit ça…

Je ne me souviens plus qui avait dit cela…

W. F. : Vous ne savez plus ? J’espère que vous ne dirigez pas votre blog comme ça ! (rires) Parce que vous ne citez… personne en fait ! Un tel a dit que… Vous savez qui est untel ? Non ? Bah comment vous voulez que je le sache moi !! (L’assistance est écroulée de rire). Je plaisante bien sûr. Je serai considéré comme un sorcier maudit. Sorcier… Je pense que c’est un compliment en fait, même si je ne sais pas qui remercier pour ça ! En tout cas, l’ambiance sur le plateau était très tendue car tout ce que vous voyez à l’écran a été réellement fait sur le plateau. Tout est vrai, il n’y a pas d’effets spéciaux, d’ordinateurs, de fonds vert, de miniatures etc… Tout est authentique. Aujourd’hui, dans le cinéma, les gens volent dans l’espace et tout. Le cinéma américain actuel, ce sont des gens irréels qui font des choses irréelles comme voler avec un masque, un costume et une cape, pour régler les problèmes du monde entier. Voilà la définition du cinéma américain actuel. Superman, Batman, Iron Man, Avengers, Crétin-man… Le Convoi de la Peur a été l’un des derniers films fait sans technologie. Et chaque plan du film, en ville ou dans la jungle, est terrifiant de véracité. Beaucoup de gens sur le tournage ont été malades. Moi-même, j’ai contracté la malaria. J’avais perdu près de 30 kilos, je ressemblais à la mort. Je ressemblais un peu à lui, là (montrant un jeune blogueur très maigre – ndlr). Super casquette au passage. Un vrai hipster ! Je vous la pique… Elle me va bien, j’adore ! (rires) On savait tous qu’on pouvait être blessé voire mourir. Pratique cette casquette. Pour mon prochain film, je vais lancer une campagne sur Kickstarter. Combien vous me donnez pour cette casquette, elle est à vendre… 1€ ici. 2€, 3€ maintenant ! Trois euros, on peut faire un film. Quelqu’un proposerait 4 euros pour cette casquette ? 4€ là-bas. Combien coûte cette casquette ? Quoi, 30 euros ??? (Il rend prudemment la casquette au jeune homme – ndlr).

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

ATTENTION SPOILER sur Le Convoi de la Peur

Je voudrais revenir sur une chose. Vous avez dit que le film était à propos de la cohésion entre les personnages. Que c’est en étant soudés que les personnages pourront éviter l’explosion. Mais il y a quelque-chose de très ironique dans le film. Les personnages sont tous très distants, ils ne s’aiment pas beaucoup les uns les autres, et curieusement, le seul moment où deux personnages se confient, parlent, s’ouvrent un peu l’un à l’autre, c’est justement le moment où ils explosent…

W. F. : C’est très juste. C’est dans cette scène entre Amidou et Bruno Cremer, quand Bruno Cremer parle de sa vie à Paris, de sa famille. C’est le seul passage où il y a une connexion humaine entre deux personnages, le seul passage où ils parlent d’autre chose que de leur mission. Et boum… Merci de l’avoir remarqué.

FIN DU SPOILER

En 2003, des années après Le Convoi de la Peur, vous êtes retourné dans la jungle, vers une nature sauvage, avec Traqué. Est-ce que c’était la même approche ? Pourquoi ce retour ?

W. F. : J’ai fait Traqué uniquement parce que j’aimais l’histoire de ces deux personnages et que j’avais l’occasion de travailler avec deux grands acteurs, Tommy Lee Jones et Benicio Del Toro. Deux grands acteurs qui travaillent totalement différemment. Je peux vous raconter si vous voulez. J’ai fait deux films avec Tommy Lee Jones. C’est un acteur extrêmement professionnel. Quand il accepte un rôle, il ne cherche pas à savoir le sens profond de l’histoire, le passé du personnage, quelles sont ses origines, ses relations de jeunesse avec son père, sa mère, son oncle ou je ne sais quoi. Il comprend le personnage immédiatement en arrivant sur le tournage. Pour un réalisateur, ça donne… (Moment d’anthologie quand il nous rejoue la scène – ndlr)

  • « Tommy, tu rentres par cette porte, tu viens ici, tu prends ce micro, tu parles à ces gens, tu t’assoies, tu parles avec cette dame, tu te lèves, tu remercies tout le monde et tu pars. »

Tommy Lee Jones, il vous regarde et vous dit…

  • « Attends de voir si j’ai bien compris, je rentre par cette porte, je viens ici, je prends ce micro, je parle à ces gens, je m’assoie, je parle avec cette dame, je me lève, je remercie tout le monde et je pars. »

Je lui que c’est ça, il y va, on tourne la scène, une prise, c’est dans la boîte, suivante. Benicio Del Toro maintenant…

  • « Ok Benicio, tu rentres par cette porte… »
  • « Attends une minute… Peut-être que je suis en train de mourir par terre, pourquoi je dois marcher depuis la porte ?
  • « Parce que Benicio, tu dois venir de cette porte. »

Et là, il va falloir lui expliquer pourquoi il arrive par cette porte.

  • « Bon, après, tu viens ici et tu dis quelque-chose à ces gens. »
  • « Hein ? Pourquoi ? Pourquoi je dois leur parler ? C’est quoi leur rôle dans l’histoire ?
  • « Ensuite, tu te lèves et tu t’en vas. »
  • « Pourquoi je dois partir ? Pourquoi je peux pas mourir ici, sur cette chaise ? »

Et vous, vous lui expliquez tout ça. « Tu ne meurs pas là parce qu’il y a d’autres scènes derrière » ! Et là, il vous sort…

  • « Et sinon, qu’est-ce que je ressentais pour mon oncle quand j’avais 12 ans ? »
  • « Mais qu’est-ce que j’en sais bordel, moi ! » Je lui répondais… « Je m’en fous de ton oncle quand tu avais douze ans ! C’est pas dans le script, pourquoi tu veux que j’invente des conneries ?! »
  • « Je sais pas, dis-moi ce que tu penses de mon personnage, comment tu le vois quand il était jeune ? »

Alors j’inventais un tissu de conneries. Il écoutait… Il s’asseyait, il réfléchissait. Et d’un coup, il te sortait « Ok, c’est bon, je suis prêt. » Deux styles de jeu complètement différents. Les deux sont très bons mais ils ont des processus opposés. L’une des actrices les plus géniales avec qui j’ai travaillé, c’était Linda Blair à douze ans sur L’Exorciste. Vous avez tous vu L’Exorciste ? Sinon, la porte est là (rires). Je lui disais…

  • « Linda, ce matin, tu prends ce crucifix, et tu te le plantes dans le vagin ».
  • « Oh, ok Billy, pas de problème… »

Elle avait l’innocence de l’enfance. Quand vous bossez avec un acteur, vous devez justement toujours essayer de retrouver leur part d’enfance qui sommeille en eux. Linda Blair n’a jamais compris l’implication de ce qu’elle faisait. Elle ne comprenait pas le sens de tout ça, elle n’a jamais compris qu’elle était le démon du film. Pour elle, c’était comme un jeu. Elle me faisait confiance, sa mère était sur le plateau et elle faisait les choses car je lui disais de les faire. Imaginez deux secondes le bazar…

  • « Benicio, tu prends ce crucifix… »
  • « Pourquoi ?? »
  • « Tu te le plantes… »
  • « Où ? »

Dieu merci, j’ai eu Linda Blair.

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

Concernant la fin du Convoi de la Peur dont la mise en scène est très particulière. Est-ce qu’il y avait une volonté de rechercher une forme de psychédélisme et si oui, il y avait-il des influences ?

W. F. : La dernière séquence a été tournée sur un lieu sacré des tribus Navajo, dans un endroit appelé Farmington, au Nouveau-Mexique. C’est un paysage surréaliste, presque lunaire. A ce moment du film, le personnage interprété par Roy Scheider a complètement perdu le sens du réel, il est presque fou et prêt à mourir. J’ai trouvé que ce paysage était parfait pour ça. Et d’ailleurs, aucun autre film n’a pu être tourné sur ces terres sacrées, depuis.

Comment en êtes-vous venu à choisir Tangerine Dream pour la musique ?

W. F. : Quand L’Exorciste est sorti en Allemagne, je suis allé dans plusieurs villes pour la promo. Un jeune homme de la Warner Bros m’a parlé de ce trio de musiciens qui allait faire un concert ce soir-là dans une église abandonnée au milieu de la Forêt Noire. Ça m’a paru intéressant. Le concert était à minuit, dans l’obscurité de la forêt. Il n’y avait aucune lumière dans l’église. C’était plein de jeunes comme vous, enfin sauf monsieur là, et ils ont joué pendant 4 heures sans lumière. Les seules lumières étaient celles des instruments électroniques. La musique était hypnotique. Pas de chansons, juste de la musique avec des sons et une rythmique. Je les ai rencontrés après le concert. Le leader s’appelait Edgar Froese, qui est mort il y a quelques mois. Je leur ai dit que je ne savais pas quel serait mon prochain film, mais que je voulais leur musique dedans. Je leur ai dit que je leur enverrai le script et que je leur dirai de quoi ça parle, les thèmes et ma vision etc… Je leur ai dit que je n’allais pas leur demander d’écrire une musique à partir des images une fois le film terminé mais d’écrire une musique avant le tournage, qui inspirera les images. Ils m’ont envoyé des heures de musique. Ils m’ont envoyé des tonnes de K7 qu’ils appelaient « des impressions musicales à partir de ce que je leur avais dit et à partir du scénario ». Mais ils n’ont jamais vu le film avant la version finale avec les choix que j’avais fait dans leurs heures de musique. Il y a un album qui existe de cette musique. Ils ont même enregistré un live avec les musiques qu’ils avaient composées pour le film, dont plein que je n’ai même pas utilisées. Et ils ont fait des tournées et l’an dernier, je les ai vu en concert à Copenhague. Et j’ai entendu toute la musique du Convoi de la Peur !

Le film affiche une grande cinéphilie et notamment à la fin, avec ces teintes bleutées, on a l’impression d’un renvoi au cinéma muet… De même, on pense aussi un peu au Trésor de la Sierra Madre de John Huston…

W. F. : Non, pas du tout ! Je rigole, j’ai pas compris la question, faut me la traduire d’abord ! (rires)

Quand j’ai fait L’Exorciste, je me souviens d’avoir vu la version du film en Thaïlande. Ils n’avaient pas assez d’argent pour faire le doublage ou pour mettre des sous-titres. Du coup, toutes les 5 ou 10 minutes, un homme venait avec un micro. Ils arrêtaient le film et le mec racontait ce qui venait de se passer. Et je m’étais dit que le prochain film que je ferai, je ne veux pas d’un mec qui viendrait expliquer ce qui se passe à l’écran ! Je voulais un film où l’on comprenne visuellement. Je vous jure que c’est vrai.

Miss Bobby_William Friedkin_Sorcerer

Je voudrais vous parler rapidement de votre dernier film, Killer Joe, et notamment de la fameuse scène culte du poulet… Comment avez-vous créé cette scène et comment les acteurs ont réagi ?

W. F. : Je n’ai pas traité cette scène différemment. Les acteurs sont des adultes consentants, on l’a fait normalement. C’est sans doute la chose la plus dégoutante qu’un homme puisse faire en terme de manque de respect à une femme. La plus humiliante possible. Mais c’était pour moi important de montrer la folie meurtrière de Killer Joe. Je voulais souligner l’irrespect absolu, il n’y avait aucune connotation sexuelle. Je vais vous dire une chose sur comment faire un film. Certains d’entre vous ont déjà fait du tricot ? Vous faites un point, puis deux, puis un, puis deux… C’est comme ça qu’on fait un film. Vous faites un plan après l’autre. Et après, tout se joue au montage. Dans Le Convoi de la Peur, la scène du pont a l’air très dangereuse. Mais en réalité, tout est une question de montage. Vous tournez image par image puis vous assemblez. Les images d’abord, puis le son ensuite, que vous ajoutez. Le truc, c’est que vous devez voir le film tout entier dans votre tête avant. Tous les films que j’ai fait, les bons comme les mauvais, c’était ça. Je les voyais dans ma tête, dès l’écriture, avant de les tourner. Et si je ne les visualisais pas, alors je ne les faisais pas. Le montage est ce qu’il y a de plus important. C’est comme le tricot, vous avez juste des aiguilles et de la laine. Mais à la fin, on a un beau tricot. L’autre chose importante pour tout cinéaste, c’est la communication. Et pour communiquer quelque-chose au public, la chose fondamentale, c’est de déjà communiquer avec son équipe et ses acteurs. Leur donner vos idées et aussi entendre les leurs. Et à la fin, la meilleure idée gagne. J’ai toujours essayé de regrouper autour de moi des gens qui m’aideront à donner corps à ma vision. La réalisation est l’art le plus collaboratif qui soit. Parce qu’un peintre est seul face à sa toile. Un écrivain est seul face à son ordinateur, un compositeur est seul face à sa feuille de musique. Le réalisateur, lui, travaille avec un crayon de 10 tonnes.

W. F. : Ce qui est important pour moi, c’est que nous sommes tous ici, ensemble. Et nous partageons tous une chose, nous aimons le cinéma. C’est pour ça que vous êtes là, c’est pour ça que je suis là. On aime tous le cinéma et on partage. Et personne ne se dispute, personne n’essaie de faire du mal à un autre. Je vous regarde et je ressens de la compassion pour vous tous. J’ai toujours pensé que le meilleur moyen de pousser les gens du monde entier à communiquer et à se comprendre, ce serait de réunir tout le monde dans une salle obscure et de regarder une comédie ensemble. Du Jacques Tati peut-être. Ou du Buster Keaton. Ou du Benicio Del Toro… Non, peut-être pas lui. (rires). J’ai toujours pensé que si l’on pouvait réunir tout le monde, Iraniens, Irakiens, Syriens, juifs, catholiques, musulmans, Chinois, gays, hétéros, transformistes… Tous dans une pièce et au lieu de se mettre autour d’une table pour s’écharper et se réclamer des choses… Que tous regardent un film de Jacques Tati, par exemple. Et ils seraient alors dans une humeur parfaite pour discuter et profiter de la compagnie d’autrui. Ma motivation sur le tout premier film que j’ai fait, un documentaire, c’était pour sauver la vie d’un afro-américain condamné à la chaise électrique pour meurtre. Dès le début, ma motivation première était de sauver la vie de quelqu’un. Et ça avait marché. Je pensais alors que faire un film était son dernier recours, sa dernière tribune. Et c’est comme ça que j’ai commencé ma carrière de cinéaste. Bon, après, je suis parti à Hollywood et tout s’est évaporé… [rires]

Retranscription (de folie) de Mondociné.

Merci à The Jokers.

Rendez-vous sur Hellocoton !

2 commentaires

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top