J’avais promis mes impressions sur la Panik au Social Club, certes, elles arrivent un peu tard, mais comme dirait Sid, ch’est touzours mieux que rien. Le topo ne sera pas long, car j’ai déjà expliqué le concept de la Panik ici, seul le lieu change… entre autres.

Alors le Social Club, connu auparavant pour être le Triptyque (ne m’en demandez pas plus, apparemment, c’était connu) n’est pas un endroit immense, tout noir aux lignes blanches, surplombé de néons, agrémenté de fauteuils, d’un petit espace pour danser. Ce que nous avons retenu, c’est le type de population qui rôde dans les couloirs, plutôt bourgeoise – « m’as-tu-vu ? », bien loin des gens habituels de la Panik de l’Élysée Montmartre. Il ne fallait pas s’attendre à un mélange culturel et social. Ne l’oublions pas, nous ne mangeons pas les mêmes rillettes ! Un vrai défilé de mode.

Niveau zic, bah la Panik ! Un coup c’est bien, un coup ça l’est moins. 5 minutes où le mix était bon, mais il n’y avait pas foule sur la piste de danse, 5 minutes où ça passait bien et il y avait du monde, puis c’était fini. Nous sommes parties à 2h30, un exploit !

Contrairement à K., j’ai trouvé que le lieu ne se prêtait pas à ce genre de manifestation, trop de tours et détours, alors que tout le monde face à une scène donne plus d’impact, plus de regroupements et par conséquent, de rapprochements. Il serait toutefois intéressant de revenir au Social Club pour une autre soirée, organisée par la boite. Bref, j’ai eu de meilleures Panik !

À retenter…

Social Club

142 rue Montmartre

75002 Paris

 

 

12 octobre 2009

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*