DVD_7 jours pas plus

7 jours pas plus ou l’art du couchsurfing !

DVD_7 jours pas plus7 jours pas plus, c’est le film qui est passé totalement inaperçu, au point que j’ai cru que c’était une sortie directe en vidéo. Point du tout, il est passé sur nos écrans fin Août. Pour sa sortie en vidéo, j’ai mis le nez dedans sans connaître le synopsis, juste en sachant qu’il y avait Alexandra Lamy et Benoît Poelvoorde. L’association ainsi que la jaquette m’ont fait un peu peur. Et puis le film démarre, on voit l’intervention d’un Indien qui ne parle pas du tout le français, faire face à un Poelvoorde particulièrement austère et là, on se dit : ça y est ! Encore une comédie à la Clavier, bien grasse du chapeau, qui va nous balancer ses clichés tels des sceaux de peinture sur une toile blanche. Et advienne que pourra.

Et en fait… Non ! 7 jours pas plus n’est pas un ramassis de préjugés (même s’il y en a quelques-uns), ce n’est pas non plus un comique de bas étage qui va dézinguer l’étranger à coups de gros sabots, et ce n’est pas non plus une amourette mièvre. En fait, 7 jours pas plus est une bonne petite surprise. Pas de quoi être inoubliable à vie, mais une histoire pleine de mélancolie et de solitude causées par une grosse blessure qui a fait des dégâts. Ce sont la naïveté ainsi que le sourire de Pito Bash qui vont venir lentement, avec fragilité et innocence, remuer tout ça. Tout déplacer. La petite trace de doigt non voulue au maniaque qui va lui apprendre à arrêter de la faire disparaître.

7 jours pas plus, c’est mignon, c’est touchant, c’est aussi un peu convenu. Ce n’est pas ce que l’on croit et des petits films français sans prétention, parfois, quand ils sont aussi sympa que celui-ci, ça fait du bien.

Sorti en vidéo depuis le 03 Janvier 2018.

by missbobby
Marie-Francine_Lemercier

Marie-Francine_LemercierJe ne vais pas y aller par quatre chemins, je ne porte pas Valérie Lemercier dans mon cœur, qui, à mon sens, en fait toujours dix tonnes, et ça me gonfle. J’ai quand même suivi les conseils de Mondociné qui m’a dit que le film était plutôt bien. Et j’ai eu raison de l’écouter. On prend le même principe que Retour chez ma mère avec Alexandra Lamy et on recommence, en mieux.

Marie-Francine a 50 ans, son mari la plaque pour une minette de 32 ans et elle perd son emploi par-dessus le marché. Retour à la case départ, ne touchez pas 20 000€. Et quel départ! Le moins qu’on puisse dire, c’est que ses parents sont sacrément gratinés. Interprétés par Hélène Vincent et Philippe Laudenbach, ils cassent aussi bien la tête à notre héroïne, qu’à nous, donnant des moments à la fois énervants et drôles. Valérie Lemercier s’est octroyée un personnage en retrait, réservé, qui subit les autres. Elle va croiser sur son chemin Patrick Timsit alias Miguel, la très bonne surprise du film (mais ça ne tient qu’à moi).

La salle a beaucoup ri et il y a de quoi, mais pas moi. J’étais plutôt subjuguée par le rôle de Timsit, un homme sincère, tendre (cuisinier en plus), plein d’humour, de simplicité et de spontanéité. J’étais plongée dans le lien qu’était en train de créer ces deux personnages et ça m’a suffit. C’était drôle, mais ça glissait sur moi. Ce n’est pas grave, Marie-Francine m’a plu pour d’autres raisons du coup.

Lemercier ne prend pas son film pour ce qu’il n’est pas, il y a une certaine franchise mélangée à de la pudeur qui s’en dégage, on prend autant de plaisir à voir le couple de parents, que les galères de M-F ou le rayonnement de Miguel. Marie-Francine est une comédie légère et agréable.

Sortie en salles le 31 Mai 2017.

by missbobby
l'embarras du choix_film

l'embarras du choix_filmAlexandra Lamy nous revient en forme dans la comédie romantique L’Embarras du choix. Quarantenaire qui n’arrive toujours pas à se décider entre fromage et dessert, entre le jour et la nuit, le soleil et la pluie. En gros, sa moman ne lui a jamais vraiment appris à faire des choix, son leitmotiv c’est : « je sais pas ! ». Même au resto, elle ne sait jamais quoi choisir ! Pas évident de prendre des décisions. Alors imaginez le jour où elle doit choisir entre deux hommes ! L’angoisse ! Cela dit, je la comprends, qui choisir entre le Français cuisinier plutôt viril, et le beau gosse Ecossais romantique qui ferait fondre tout l’Antarctique avec son accent. Je n’aurais pas voulu être à sa place.

L’Embarras du choix est une comédie vraiment sympathique et rigolote, qui vient de temps en temps taquiner du cliché. Elle n’est cependant pas convenue, on s’attendrait à voir une histoire toute tracée, avec ses codes, comme dans toute bonne rom-com qui se respecte, mais non ! Elle est plutôt fraîche et spontanée, sans partir dans LA comédie incontournable de cette année. Même si elle est mignonnette, elle se traine un facheux défaut et pas des moindres : Alexandra Lamy qui joue avec sa cargaison de sabots, tombant souvent dans le comique burlesque. C’est dommage d’en faire des caisses comme ça, à renfort de mimiques appuyées, virant parfois au clownesque (et non au Clooney, rien avoir).

Pour du français, L’Embarras du choix vous fera passer un agréable moment, vous soulèvera quelques rires et puis bon, faut bien l’avouer, si vous avez l’âme d’un romantique, elle fait très bien son boulot !

Sortie en salles le 15 Mars 2017.

by missbobby
Miss Bobby_De toutes_nos forces

Miss Bobby_De toutes_nos forcesAvant de commencer, pour ceux qui ont vu la bande-annonce et qui ont pensé : « encore un mélo », je vous arrête tout de suite, vous vous méprenez fortement.

Je vais reprendre les mots très justement utilisés par Nils Tavernier, le réalisateur, lors de la rencontre post-projection : De toutes nos forces est un film « pudique et réaliste ». C’est exactement ce que l’on ressent en voyant le film. De prime abord, on pourrait croire que le film parle de sport et de handicap, mais comme son titre l’indique, De toutes nos forces mentionne le dépassement de soi, face au handicap, face à la vie, face à la peur (que l’on soit handicapé ou non) et puis surtout, c’est un film sur l’amour filial.

Les acteurs sont criant de vérité, Jacques Gamblin est magnifique comme d’habitude (non, je ne dirai pas que je le trouve très séduisant), je me suis réconciliée avec Alexandra Lamy, qui se révèle en subtilité. Mais la révélation du film est bien Fabien Héraud, pas du tout comédien à la base, qui a su faire preuve de rapidité pour apprendre à jouer (et c’est réussi) et s’adapter au tournage. Je souligne qu’il était présent avec toute l’équipe, c’est un jeune homme plein de vie (à l’image du film) et d’humour.

Je le recommande à ceux qui sont parents, qui ne le sont pas, qui ont des difficultés physiques, un coup de mou au moral, qui sont sensibles, qui débordent d’amour.

Sortie en salles le 26 mars


by missbobby