Films 2018

Films 2018

Quasiment même introduction depuis 2013 : à l’heure des tops et flops cinématographiques, je publie plutôt mes émotions filmiques de 2018 (parce que je ne serais pas capable de classer les films).

Je simplifie les statistiques cette année :

152 films vus, revus, en salle ou à la maison. Chiffre correct.

C’est parti !

On ne change pas les bonnes habitudes, avec le fond du panier.

Un raccourci dans le temps

Tomb Raider

Kursk

Venom

Mortal Engines

Game Night

Cinquante nuances plus claires

Et les films qui m’ont marquée pour diverses raisons.

La romance homosexuelle dans laquelle tout le monde s’identifie :

Call me by your name

L’amour même à 70 ans :

L’échappée belle

La mère forte qui veut rendre justice à sa fille :

3 Billboards

Les comédies françaises de haut niveau :

Tout le monde debout

Le Grand Bain

Mauvaises herbes

Bécassine !

Je ne suis pas un homme facile

Le film français chou comme tout :

Pupille

Les petits films français qui ne payent pas de mine, mais très sympathiques :

Les étoiles restantes

L’amour flou

Roulez jeunesse

Le film qui fait danser :

Bohemian Rhapsody

Le petit film danois original :

The Guilty

Le film bourré de références pour les amateurs des années 80 :

Ready Player One

Le western pas comme les autres :

Hostiles

Pour les amis des bêtes et des chiens :

L’île aux chiens

Le film de super-héros qui secoue un peu le cocotier :

Avengers 4 – Première partie

Les films venus de nulle part et qui furent une bonne surprise :

Extinction

Upgrade

Une histoire d’androïdes et d’intelligence artificielle :

Zoe

Le documentaire qui vous révèle l’existence d’une grande dame :

RBG

Le film d’animation (avec beaucoup de cris dedans) :

Yéti et Cie

La bourgade anglaise touchante qui plonge dans les livres :

The Bookshop

Le film qui donne du galon à Lady Gaga :

A star is born

Hors catégorie

Les films chiants :

Lady Bird

Plaire, aimer et courir vite

La grosse déception :

Les animaux fantastiques 2

Le super-héros mi-figue, mi-raisin :

Aquaman

Call me by your name

Un premier amour c’est comme un voyage en Italie, on s’en souvient toute sa vie !

Call me by your nameCall me by your name est un départ direct pour des vacances en Italie, entre chaleur accablante, balades à vélo, robes légères et fruits frais gorgés de sucre à croquer dedans comme une belle histoire d’amour. Une bouffée de fraîcheur portée par deux comédiens irrésistibles, Armie Hammer et la nouvelle coqueluche qui fait des ravages à Hollywood, Timothée Chalamet (notez bien ce nom, vous allez en entendre parler).

Call me by your name est un bonbon sucré et doucement acidulé. Une amourette fulgurante sous le soleil italien durant les vacances d’été entre un adolescent et un homme proche de la trentaine. Le début des premiers émois pour l’un, l’Amour avec un grand A, et ce goût d’interdit. En effet, l’amour entre deux hommes dans les années 80 est encore une chose tabou, sans mentionner la différence d’âge qui peut laisser penser à de la pédophilie. Pourtant il n’en est rien. La beauté et la tendresse qui se dégage de cette découverte amoureuse et sexuelle est simple, douce comme une caresse, jamais vulgaire, jamais choquante, pure de tout soupçon. C’est également l’application du regard des autres pour l’autre, l’acceptation de son homosexualité face à cette société qui n’est pas encore prête à l’assumer.

Même si Call me by your name propose une vision d’une amourette homosexuelle, tout le monde se reconnaîtra dans cette adolescence à la fois un peu paumée et fougueuse, dans sa sensibilité, dans sa manière de vivre les choses intensément, dans sa facilité à se projeter loin. On ne peut passer à côté du film de Luca Guadagnino sans un pincement au cœur, sans retomber dans ses propres souvenirs… Et puis ce générique de fin, criant de vérité sans même un dialogue, comme si le film avait écrit selon notre histoire.

Allez vous réchauffer avec Call me by your name, replongez dans vos souvenirs, savourez l’instant présent, goûtez aux joies des fruits juteux, laissez-vous aller. Respirez. Aimez. Susurrez le prénom de votre moitié.

Sorti en salles depuis le 28 Février 2018.

by missbobby