L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Films-2017.jpg.

Comme chaque année, l’heure est aux tops et flops, et moi, à mes émotions cinématographiques. Je ne change pas. J’ai repris un peu plus le chemin du cinéma (même s’il s’est tassé en fin d’année pour cause de changement de carrière), mais j’ai tenu mes comptes.

Les statistiques :

Films vus et revus en projection ou au cinéma : 80 (67 en projections et 13 au cinéma).

Films vus et revus chez moi : 100 (dont certains peuvent compter comme projections, car je les ai vus avant leur sortie).

Un petit total de 180 films, bien moins qu’en 2015, mais je pense plus que 2016.

Cette année, je pense que j’ai eu un bon gros « blasage » de derrière les fagots, car aucun film ne m’a marquée. Oh mon dieu, horreur et trahison, les cinéphiles se retournent dans leur canapé (dans leur tombe ça ne marchait pas). J’ai vu de jolies choses, mais pas de quoi me laisser coite. Ça me rend aussi triste que vous..

Commençons dans le vif du sujet avec le mauvais :

Fantastic Birthday

Cinquante nuances plus sombres

Gangsterdam

Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar

Everything, Everything

Justice League

Et dans les bons films à voir.

La comédie musicale qui a fatigué tout le monde par sa musique (bien qu’avec le recul, je la trouve surcôtée) :

La La Land

Les blockbusters avec beaucoup de singes, mais pas que :

Kong : Skull Island

La planète des singes : Suprématie

Wonder Woman

Les films d’époque qui font découvrir une histoire méconnue :

Confident Royal

Les figures de l’ombre

Les comédies françaises qui m’ont bien fait rire :

Rock’n Roll

Alibi.com

Le sens de la fête

L’histoire de fantôme pas comme les autres :

A ghost story

Les petits films tout mignons qui font un bien fou :

Mary

Wonder

L’histoire d’amour pas toute rose :

Monsieur et Madame Adelman

Le biopic chantant :

Dalida

La suite tant attendue (bien qu’avec le recul décevante) :

Kingsman : Le cercle d’or

Le film tendre sur la ménopause :

Aurore

Le film qui n’est pas si con qu’il en a l’air :

Problemos

Hors catégorie

Les plus improbables :

Swiss Army Man

Colossal

La trilogie qui se termine mal :

Pitch Perfect 3

Le film testament :

Lucky

by missbobby
Dalida_film

Dalida_film​Derrière chaque icône médiatique se cache un homme ou une femme, avec ses qualités, ses défauts, ses fêlures. Dalida, c’est l’histoire d’une femme, propulsée sur le devant de la scène, une femme qui n’en demandait pas tant, une femme devenue étoile de la chanson et qui a eu à son actif un nombre incroyable de tubes qui ont marqué les générations et que tout le monde connait.

Le biopic est un exercice assez périlleux pour un réalisateur en général : faire le choix entre retracer une vie ou un morceau, être judicieux sur les moments importants, avoir de la matière pour ne pas ennuyer le public. Je partais vierge de connaissances sur le sujet, je connaissais bien évidemment ses chansons, comme tout le monde, mais rien à sa vie, à ses amours et ses chagrins. J’avais quelques craintes que Dalida soit une personne « démodée » pour en faire une œuvre filmique, je me suis trompé et c’est tant mieux.

La réalisatrice, Lisa Azuelos, a rendu une nouvelle fois hommage à la femme (après LOL), car il s’agit bien là d’un film sur une femme au destin peu commun, à la vie personnelle aussi riche que professionnelle, blessée et meurtrie tout au long de sa vie par les hommes qui ont croisé son chemin. Iolanda aka Dalida, cette femme qui rêvait d’être comme toutes les autres, de fonder une famille, de ressentir le grand Amour. La réalisatrice dépeint avec beaucoup de justesse et énormément de sensibilité le destin fabuleux de cette chanteuse qui n’en demandait pas tant, les obstacles par lesquels elle est passée, la mort qui n’a eu de cesse de l’entourer, via une réalisation soignée, faisant attention à ne pas dériver de son sujet, à savoir Iolanda plus que Dalida. N’oublions pas que le film ne serait rien sans l’interprétation des acteurs, aussi doués les uns que les autres, révélant la talent d’une inconnue Sveva Alviti, habitée par Dalida, ne faisant plus qu’un avec elle.

Dalida, c’est l’histoire de cette chanteuse qui n’a pas eu le destin heureux qu’elle aurait voulu.

Sortie en salles depuis le 11 Janvier 2017.

http://www.imdb.com/title/tt5039860/?ref_=nv_sr_1

by missbobby