Les Tuche 3

Tuche ensemble, Tuche ensemble, Tuche !

Les Tuche 3Des frites ! Des frites, des frites, des frites !

J’assume entièrement et sans honte aucune que, oui, j’adore Les Tuche ! À un moment difficile de ma vie où j’ai eu besoin de rire, ce sont Les Tuche que j’ai trouvés et ce sont eux qui m’ont fait me tordre de rire (moins dans le 2, qui était sans plus). Du coup, je ne pouvais passer à côté de ce troisième et dernier volet (tristesse). Olivier Baroux a dépassé Les Tuche 2 pour nous faire un 3 aussi bon que le premier. Je suis toujours en pour-parler avec moi-même pour savoir lequel a ma préférence. Il faudrait que je revois le premier.

Mes amis, Les Tuche 3 investissent L’Elysée ! Jeff Tuche Président (eh oui ma Cathy !). Rien n’est impossible pour cette famille de Bouzolles, dont le paternel prône le laxisme et le chômage. Imaginez toute la responsabilité présidentielle entre les mains du rouquin frisé le plus connu de France ?

Alors on va crier à la bouse, au cinéma populos, franchouillard, bas de plafond. Mais moi, je défendrai haut et fort que je me suis encore marré comme une baleine ! Et ui ! J’ai de la tendresse pour cette famille qui n’est certes pas très futée sur les bords (et au milieu aussi), mais je préfère appeler ça, dans ce cas précis, plutôt de la naïveté. Parce que Les Tuche, qu’ils aient des millions en poche ou qu’ils atteignent l’Elysée, ils restent eux-mêmes ! C’est Jeff qui tond la pelouse du palais, ils mangent toujours autant de frites (et on ne déconne pas avec la pomme de la terre), la Chicorée fait toujours ses machines à laver. Et c’est tout ça qui est drôle. Des phrases et des blagues redondantes qui font mouche à chaque fois, une boutade bien sentie et de la débilité attachante. Je me suis accroché aux personnages (sauf au fils aîné, je n’en peux plus de sa voix nasillarde et je n’aime pas le personnage), à leur manière de voir la vie, à leur loyauté, leurs bons principes.

Voilà, Les Tuche 3, c’est tout ça. On y va pour une franche rigolade, on se prend au jeu et on se rend compte qu’ils ne sont pas si différents que nous, bien au contraire. La France bien moyenne qui accède à la France d’en haut sans pour autant perdre son authenticité, sa franchise, son amour et ses valeurs. Je vote pour Jeff Tuche Président !

Sortie en salles le 31 Janvier 2018.

by missbobby
Le sens de la fête_film

Le sens de la fêteToujours avides d’originalité, le duo de réalisateurs Olivier Nakache et Eric Toledano reviennent avec leur nouveau film, Le Sens de la Fête qui, pour une fois, vous montrera l’envers/l’enfer du décor d’un mariage, par les yeux du traiteur et de son équipe. Le duo a réussi à se faire une place de choix dans le panorama des comédies françaises avec des films sensibles, toujours bien écrits et jouant sur la finesse.

Entrez dans le monde mystérieux des traiteurs, vous savez, ceux que l’on attend avec beaucoup d’impatience lors des événements, qui vont embellir votre soirée/fête en remplissant comme il se doit votre estomac et par conséquent, marquera en grosse partir la réussite – ou non – de ce moment festif. Parce qu’en vrai, on est tous venus pour manger et boire à l’œil, non ?! Nous suivons le chef Bacri entouré de sa belle brigade pendant une journée, du matin jusqu’au le lendemain dans les préparatifs d’un mariage en passant par l’exécution. Un beau portrait d’un métier de l’événementiel qui pourrait presque refroidir le premier novice/naïf venu voulant se lancer dans l’aventure. Parce que bon, quand on est invité, généralement tout se passe bien : les serveurs sont à disposition, on ne manque de rien pour remplir notre gosier, tout va pour le mieux. Mais derrière, cela ne se fait pas tout seul en un claquement doigt ! Le Sens de la fête nous fait une sorte de fiche métier très détaillée :

  1. Le client est roi : toujours l’écouter, lui faire plaisir, répondre à ses demandes, même les plus extravagantes ou celles de dernière minute et surtout, essayer de ne pas l’étrangler. Calme.
  2. Gérer son équipe : les retardataires, les absents qu’il faut remplacer au pied levé, les incompétents, les lents, les têtes en l’air, les égocentriques, les mésententes, et toujours essayer de ne pas en prendre un pour taper sur l’autre. Zen.
  3.  Faire face aux imprévus : un plat raté, un aliment avarié, un problème technique et tout fout le camp ma bonne dame ! Il faut donc être réactif, inventif et sortir le plan de secours. On garde son sang froid.
  4. Avoir de l’humour, beaucoup d’humour, quitte à ce que ça vire au cynisme comme Max (Jean-Pierre Bacri), ce n’est pas grave, c’est une manière subtile de se défouler.
  5. En cas d’extrême urgence : jetez l’éponge si vous êtes entouré d’incompétents finis !

Le rôle de « chef d’orchestre » va comme un gant à Bacri qui vous fera mourir de rire par ses répliques blasées. Vous rirez encore plus avec l’ignorance inouïe de Samy (Alban Ivanov) – les professionnels ayant déjà rencontré ce genre de spécimen rigoleront peut-être moins, vaut mieux l’avoir dans un film que dans sa brigade. Attendez, ça ne s’arrête pas là avec le kéké de service, joué par Gilles Lellouche, Mister DJ comme disait Madonna. Et plein d’autres encore (le casse-pied Benjamin Laverhne, Vincent Macaigne qui sort un peu de son registre d’homme « passible », Jean-Paul Rouve qui collabore pour la troisième fois avec les réalisateurs) !

Le Sens de la Fête est une très bonne comédie, sur un sujet original, jonglant entre un humour subtil et un peu pataud (mais ça fonctionne très bien) avec une belle équipe de bras cassés.

Sortie en salles le 04 Octobre 2017.

by missbobby
Le sens de la fête_film

Le sens de la fête_filmAprès l’immense succès que fut Intouchables et Samba, le duo de réalisateur, Toledano – Nakache, reviennent avec une nouvelle comédie à se tordre de rire : Le Sens de la fête.

Synopsis

Max est traiteur depuis trente ans. Des fêtes il en a organisé des centaines, il est même un peu au bout du parcours. Aujourd’hui c’est un sublime mariage dans un château du 17ème siècle, un de plus, celui de Pierre et Héléna. Comme d’habitude, Max a tout coordonné : il a recruté sa brigade de serveurs, de cuisiniers, de plongeurs, il a conseillé un photographe, réservé l’orchestre, arrangé la décoration florale, bref tous les ingrédients sont réunis pour que cette fête soit réussie… Mais la loi des séries va venir bouleverser un planning sur le fil où chaque moment de bonheur et d’émotion risque de se transformer en désastre ou en chaos. Des préparatifs jusqu’à l’aube, nous allons vivre les coulisses de cette soirée à travers le regard de ceux qui travaillent et qui devront compter sur leur unique qualité commune : Le sens de la fête.

Pour avoir la chance d’aller découvrir en salles Le Sens de la fête, je vous propose un petit concours pour gagner 5×2 places. Pour cela, il vous suffit de répondre aux questions suivantes en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 04 Octobre pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

Miss Bobby_Les Pingouins de Madagascar

Miss Bobby_Les Pingouins de MadagascarJ’adore la franchise Madagascar. Les dessins ne sont pas tops, mais on finit par s’y habituer. J’aime retrouver les voix françaises (Marina Foïs, Jean-Paul Rouve, José Garcia et Anthony Kavanagh), l’humour et les personnages secondaires, notamment les pingouins. Les mecs sont quand même maîtres en espionnage, infiltration et savent se sortir de toutes les situations. Et puis ils ont de ces noms : Commandant, Soldat, Rico et mon préféré, Kowalski. Non, mais Kowalski ! Il aurait fait le Vietnam qu’on ne serait pas étonné.

Du coup, bonne ou mauvaise idée d’avoir fait un film dérivé de Madagascar en se focalisant sur les pingouins amateurs de dynamite ? Bonne !

Le film commence où le dernier volet de Madagascar s’était arrêté. Ils en ont ras le bol de suivre le groupe de la savane new yorkaise et décide d’aller vivre leurs propres aventures (sinon il n’y aurait pas eu de film). Et c’est de la bombe bébé ! Confrontés à une méchante pieuvre édentée, pas du tout adepte d’Internet, et du Vent du Nord, organisation secrète, ultra entraînée, concurrents directs des pingouins, le film promet des gags et des situations très premier degré que j’affectionne tout particulièrement, me faisant mourir de rire.

Ces pingouins d’élite vous feront entrer dans leurs missions d’espionnage, vous prouvant qu’ils peuvent (j’allais écrire qu’ils pieuvrent, mais bon, je n’avais pas envie de me recevoir des tomates) se sortir de n’importe quelle embrouille avec humour. Ne vous inquiétez pas si vos enfants se mettent à se rouler par terre, c’est normal. Passez sur la 3D, elle n’est pas nécessaire.

J’ai deux regrets : ils auraient pu pousser le vice plus loin dans l’humour, un tout petit peu, pour donner des situations encore plus hilarantes et surtout, plus nombreuses. Et une partie du film s’apparente beaucoup à Moi, Moche et Méchant 2, vous verrez par vous-mêmes, laissant un vague goût de déjà-vu.

À défaut d’avoir un Madagascar 4, un Pingouins 2 peut-être, histoire de faire durer cette franchise plus longtemps ? Les Pingouins de Madagascar est le dessin animé à se procurer en Blu-Ray se fendre la poire en famille !

Bonus (définitivement pour mettre de l’ambiance avec vos enfants) :

– Le guide top secret pour devenir un agent d’élite (4 minutes) : les 11 qualités pour être un agent d’élite.

– Clip vidéo « He is Dave » (3 minutes)

– Bougez et chantez avec Flipper (2 minutes) : Riverdance, polka bavaroise et la nouvelle chanson « Dis donc toi » sous forme de karaoké.

– Clip vidéo « Celebrate »/Pitbull (3 minutes)

– Apprenez le Penguin Shake avec tWitch (3 minutes) : explication de la chorégraphie par tWich, puis mise en place.

– Les meilleurs moments de Madagascar (3 minutes) : vidéo sur des séquences autour des Pingouins dans la trilogie Madagascar.

– Spot pub « Chizzy Dibbles »

– Galeries : 27 photos

– Film annonce

– Le monde de DreamWorks : Shrek le meilleur des ogres (clip vidéo « I’m a believer »), Madagascar en folie (clip vidéo « I like to move it »), Encore plus de courses et de dragons! (clip vidéo « Fly high »), Le monde selon Po (clip vidéo « King Fu Fighting »), Tous dans la grotte avec les Croods (clip vidéo « Shine your way »), Turbo le mollusque le plus rapide du monde (clip vidéo « The snail is fast »).

Sortie en vidéo le 17 avril.

by missbobby
Miss Bobby_Les Souvenirs

Miss Bobby_Les SouvenirsJean-Paul Rouve revient avec son troisième film adapté de l’oeuvre de David Foenkinos : Les Souvenirs. Un film et un livre multi-générationnel sur la vie et le temps.

Chacun mène sa vie en suivant une ligne, plus ou moins définie, plus ou moins sinueuse. L’avenir droit devant ou le regard vers le passé. C’est la fuite vers son passé que Madeleine va faire réagir ses proches : son fils embourbé dans la monotonie et fraîchement retraité, son petit-fils qui court vers l’Amour et les questions. Une vie qui ne demande qu’à être tracée, une qui change et une autre qui s’achève. Jean-Paul Rouve s’interroge sur les décisions à prendre et celles prises. Cette vieille dame, jouée admirablement par une Annie Cordy métamorphosée, qui se retrouve en maison de retraite malgré sa bonne volonté, la poussant à retourner sur les traces de son existence, en contant ses choix, son parcours, les décisions qui se sont imposées à elle en pleine guerre. Son petit-fils va la suivre pour finalement faire connaissance avec elle, en apprendre davantage sur son histoire et indirectement, lui donner des pistes sur sa propre vie. Quant au père (Michel Blanc) lui continue de s’enfoncer et de se perdre, préférant céder à la panique et aux grandes envolées dramatiques, plutôt que de tenter de comprendre l’éloignement de sa femme et de sa mère. Très pratique les œillères…

Pour faire plus vrai que nature, Jean-Paul Rouve a insisté pour utiliser que de véritables décors, pour suivre les dialogues sans être dépendant et laisser libre cours à l’improvisation, révélant ainsi à son film Les Souvenirs une grande authenticité. Il ne nous dupe pas, au point que malheureusement le jeu de Michel Blanc a cruellement manqué de directives rendant un jeu d’acteur très passable. Heureusement qu’Annie Cordy dévoile un potentiel immense tout en justesse et sensibilité, accompagnée de Mathieu Spinosi (son petit-fils), offrant un joli duo générationnel.

Les Souvenirs se veut être un message sur la vie, sur l’amour quel qu’il soit, sur la famille, la proximité, les relations, sur l’avenir et le passé. Il vous donnera envie de passer du temps avec votre grand-mère, à l’écouter raconter des anecdotes et des histoires des heures durant. Il vous fera réfléchir sur vos moments passés et ceux qu’il vous reste encore à prendre, pour ne pas passer à côté de votre vie et de vous-même.

Sortie en salles le 14 janvier.

by missbobby
Miss Bobby_Les Pingouins de Madagascar

Miss Bobby_Les Pingouins de MadagascarJ’adore la franchise Madagascar. Les dessins ne sont pas tops, mais on finit par s’y habituer. J’aime retrouver les voix françaises (Marina Foïs, Jean-Paul Rouve, José Garcia et Anthony Kavanagh), l’humour et les personnages secondaires, notamment les pingouins. Les mecs sont quand même maîtres en espionnage, infiltration et savent se sortir de toutes les situations. Et puis ils ont de ces noms : Commandant, Soldat, Rico et mon préféré, Kowalski. Non, mais Kowalski ! Il aurait fait le Vietnam qu’on ne serait pas étonné.

Du coup, bonne ou mauvaise idée d’avoir fait un film dérivé de Madagascar en se focalisant sur les pingouins amateurs de dynamite ? Bonne !

Le film commence où le dernier volet de Madagascar s’était arrêté. Ils en ont ras le bol de suivre le groupe de la savane new yorkaise et décide d’aller vivre leurs propres aventures (sinon il n’y aurait pas eu de film). Et c’est de la bombe bébé ! Confrontés à une méchante pieuvre édentée, pas du tout adepte d’Internet, et du Vent du Nord, organisation secrète, ultra entraînée, concurrents directs des pingouins, le film promet des gags et des situations très premier degré que j’affectionne tout particulièrement, me faisant mourir de rire.

Ces pingouins d’élite vous feront entrer dans leurs missions d’espionnage, vous prouvant qu’ils peuvent (j’allais écrire qu’ils pieuvrent, mais bon, je n’avais pas envie de me recevoir des tomates) se sortir de n’importe quelle embrouille avec humour. Ne vous inquiétez pas si vos enfants se mettent à se rouler par terre, c’est normal. Passez sur la 3D, elle n’est pas nécessaire.

J’ai deux regrets : ils auraient pu pousser le vice plus loin dans l’humour, un tout petit peu, pour donner des situations encore plus hilarantes et surtout, plus nombreuses. Et une partie du film s’apparente beaucoup à Moi, Moche et Méchant 2, vous verrez par vous-mêmes, laissant un vague goût de déjà-vu.

À défaut d’avoir un Madagascar 4, un Pingouins 2 peut-être, histoire de faire durer cette franchise plus longtemps ? Les Pingouins de Madagascar est le dessin animé de Noël à aller voir pour définitivement se fendre la poire en famille !

Sortie en salles le 17 décembre.

Miss Bobby_Les Souvenirs

Miss Bobby_Les SouvenirsJe vous mets au défi de reconnaître Annie Cordy dans la bande-annonce du nouveau film de Jean-Paul Rouve, Les Souvenirs. Personnellement, je ne l’avais pas reconnue.

Synopsis

Romain a 23 ans. Il aimerait être écrivain mais, pour l’instant, il est veilleur de nuit dans un hôtel. Son père a 62 ans. Il part à la retraite et fait semblant de s’en foutre. Son colocataire a 24 ans. Il ne pense qu’à une chose : séduire une fille, n’importe laquelle et par tous les moyens. Sa grand-mère a 85 ans. Elle se retrouve en maison de retraite et se demande ce qu’elle fait avec tous ces vieux.
Un jour son père débarque en catastrophe. Sa grand-mère a disparu. Elle s’est évadée en quelque sorte. Romain part à sa recherche, quelque part dans ses souvenirs…

Jetez un œil par vous-mêmes :

En prime, j’ai reçu un petit cadeau à  l’heure du numérique et des technologies. Un appareil photo jetable, avec une mollette, sans écran, pas tactile (enfin tactile, si, il faut tourner la mollette avec son pouce). Le genre de petites choses que les moins de 20 ans ne connaissent pas. À moi les photos surprises, eh oui, on ne voit pas le résultat de la photo avant le développement. Chouette idée n’est-ce pas ?! Les Souvenirs sortira en salles le 14 janvier 2015.

Miss Bobby_Les Souvenirs_Buzz Kit

Merci à Cartel et à UGC.

Regarder Poupoupidou, c’est se laisser envahir par l’hiver, par l’étendue de la neige, par la douceur du visage de Sophie Quinton. En somme, c’est être bercé par la pureté.

Allociné range ce film dans la catégorie policier et comédie. J’ai dû rater le genre comique, à moins que les films français soient tellement pathétiques en général, qu’ils sont direct estampillés comiques. Je ne sais pas.

Ce n’est pas le cas avec ce film, ni pour le pathos, ni pour le comicos.

Il rejoint ma catégorie ou plutôt MES catégories : sans prétention, simple, non surjoué. Quand je regardais Jean-Paul Rouve, je me suis d’abord demandé s’il était maquillé, tant on voyait les marques de sa vie. Et puis, ajouté au côté blasé/dépressif du personnage, pourquoi finalement ajouté du superficiel sur le visage. Quant à Sophie Quinton (déjà vu dans Avril en bonne sœur), à qui aurait pu-t-on associer ce nom de personnage autrement qu’à elle ? Candice Lecoeur. Une beauté fragile, hivernale et poétique. Un visage aussi doux ne méritait qu’un grand destin, aussi grand et tragique que celui de Marilyn Monroe.

Effectivement, c’est un policier, car nous suivons une enquête peu commune, menée par un écrivain en mal d’inspiration perdue dans le fin fond du Jura. Aucune cascade. Aucune arme. Simplement des gens touchés par la mort de leur personnalité locale. Et finalement, c’est triste.

Poupoupidou c’est l’histoire de deux vies qui se ratent.

PS : Ne vous fiez pas à la bande-annonce qui peut paraître un peu kitch.

PS 2 : On n’entend pas assez AVA!

PS 3 : J’ai aussi vu Somewhere, mais je n’ai pas du tout aimé (comme pas mal de monde), donc je n’écrirai rien à ce sujet.

by missbobby