L’attribut alt de cette image est vide, son nom de fichier est Films-2017.jpg.

Comme chaque année, l’heure est aux tops et flops, et moi, à mes émotions cinématographiques. Je ne change pas. J’ai repris un peu plus le chemin du cinéma (même s’il s’est tassé en fin d’année pour cause de changement de carrière), mais j’ai tenu mes comptes.

Les statistiques :

Films vus et revus en projection ou au cinéma : 80 (67 en projections et 13 au cinéma).

Films vus et revus chez moi : 100 (dont certains peuvent compter comme projections, car je les ai vus avant leur sortie).

Un petit total de 180 films, bien moins qu’en 2015, mais je pense plus que 2016.

Cette année, je pense que j’ai eu un bon gros « blasage » de derrière les fagots, car aucun film ne m’a marquée. Oh mon dieu, horreur et trahison, les cinéphiles se retournent dans leur canapé (dans leur tombe ça ne marchait pas). J’ai vu de jolies choses, mais pas de quoi me laisser coite. Ça me rend aussi triste que vous..

Commençons dans le vif du sujet avec le mauvais :

Fantastic Birthday

Cinquante nuances plus sombres

Gangsterdam

Pirates des Caraïbes : la vengeance de Salazar

Everything, Everything

Justice League

Et dans les bons films à voir.

La comédie musicale qui a fatigué tout le monde par sa musique (bien qu’avec le recul, je la trouve surcôtée) :

La La Land

Les blockbusters avec beaucoup de singes, mais pas que :

Kong : Skull Island

La planète des singes : Suprématie

Wonder Woman

Les films d’époque qui font découvrir une histoire méconnue :

Confident Royal

Les figures de l’ombre

Les comédies françaises qui m’ont bien fait rire :

Rock’n Roll

Alibi.com

Le sens de la fête

L’histoire de fantôme pas comme les autres :

A ghost story

Les petits films tout mignons qui font un bien fou :

Mary

Wonder

L’histoire d’amour pas toute rose :

Monsieur et Madame Adelman

Le biopic chantant :

Dalida

La suite tant attendue (bien qu’avec le recul décevante) :

Kingsman : Le cercle d’or

Le film tendre sur la ménopause :

Aurore

Le film qui n’est pas si con qu’il en a l’air :

Problemos

Hors catégorie

Les plus improbables :

Swiss Army Man

Colossal

La trilogie qui se termine mal :

Pitch Perfect 3

Le film testament :

Lucky

by missbobby
Kong skull Island_film

Kong skull Island_filmÀ première vue, quand on regarde la bande-annonce, on hésite entre film bourrin ou vieux nanar. Moi je suis là pour vous pousser au vice (et je ne suis pas payée pour) en vous disant que quitte à mettre 10€ dans une place de cinéma, mettez la dans Kong. Vraiment ! C’est de la jouissance visuelle en barres ! Vous voulez du spectacle ? Eh bah vous allez en avoir !

Kong : Skull Island, il faut le prendre tel qu’il est, à savoir un gros divertissement. Ni plus, ni moins. Le film est un défilé de plans spectaculaires trempés dans la sauce Apocalypse Now et franchement, on prend son pied tellement c’est beau. Il y a une vraie mise en valeur de la bébête : entre les ralentis, les plans qui montrent toute sa puissance et sa majestuosité, vous en prendrez plein les mirettes pendant 2h !

Côté scénario, on va dire que vous n’irez pas voir Kong pour cet aspect, et encore moins pour ces acteurs. Scénar des plus banals où les militaires américains sont des boeufs qui veulent tout raser, tout faire péter et tout tuer. Mère Nature, Mère qui ? Ils y vont à la truelle ! C’est fin, délicat et poétique. Ce n’est pas du tout original, c’est du déjà vu. Je trouve que sur ce point, le film ne se prend pas au sérieux, en appuyant bien sur le militaire beauf qui débarque avec ses rangers pleines de boue et dont la gâchette lui démange.

Quant aux acteurs, on aurait pu les supprimer sans problème ! D’une part, ils jouent comme des pieds et d’autre part, on s’en fiche royalement ! On veut du gorille géant, on veut de la bête, ET-C’EST-TOUT !

Ne boudez pas votre plaisir, et allez voir Kong : Skull Island, il est formaté pour le grand écran, vous risquerez d’y perdre sacrément au change devant votre téléviseur, ça serait dommage ! Vous m’en direz des nouvelles !

Sorti en salles depuis le 08 Mars 2017.

by missbobby