Archives Tag: Métro

Souscrire au flux

Le mâchouilleur du métro

Parce qu’on l’a tous croisé…

Pour une fois que c’est pas une nana, même si j’en ai croisées quelques-unes, mais là, on tape dans le champion du machage de chewing-gum, olympique avec un niveau pareil. Et plusieurs fois médaillé d’or.

À peine assise, j’ai senti que j’avais commis une erreur fatale, quand j’ai entendu ce bruit parvenir à mes oreilles en plus de voir le bout de gomme sortir de la bouche de l’énergumène. Parce qu’il y a ceux qui mâchent bruyamment, mais le chewing-gum reste dans la bouche, mais lui, il s’amuse à le faire sortir ! L’esthétisme couplé au son délicat. Dire que j’ai envie de lui caler une gifle sur sa barbe de pseudo puceau est un doux euphémisme. J’aurais rêvé qu’il l’avale son chewing-gum !

Bonus grande classe : le jean troué et la tâche sur le t-shirt (en plus de la coupe pourrie et d’une tronche patibulaire).

Un p’tit merdeux quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

La frustrée du métro

Parce qu’on l’a tous croisée…

Scène quotidienne : ligne 13, archi blindée en heure de pointe.

Solution de secours : tenter de trouver une petite place dans le coin VIP à 6 places, là où vous pourrez échapper au mode sardine. Cela implique de se faufiler parmi elles pour atteindre l’air « respirable ».

Accident : malheureusement, ce matin, les sardines étant peu coopératives à se pousser, j’ai un peu bousculé avec mon sac et j’ai écrasé le pied d’une nana. Je me suis confondu en excuses, je sais que ça fait mal. Et j’ai eu le droit en réponse : « y a pas de place là-bas ! » sur un ton plus sec que le vent du nord (j’avais une autre comparaison, mais la décence m’oblige à la censurer). Je lui ai dit « qu’apparemment si, il y en avait, la preuve », suivi d’un « vive l’amabilité ». J’ai aussitôt dégainé mon téléphone pour retranscrire la gentillesse de cette cruche mal … réveillée. Euhm.

Comble : un autre banc de sardines est entré et devinez quoi, elle a réussi à se frayer un chemin vers mon carré VIP. Je croyais qu’on ne rentrait pas c******* ?! Et quand elle est sortie, madame a bousculé tout le monde, en criant un pardon, toujours sur le même ton de frustrée. On s’est tous regardés et on a tous compris.

Une bonne femme qui devrait se trouver un amant quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le summum de l’impolitesse n’importe où 

Parce qu’on l’a tous croisé(e)…

Prenez un mec ou une nana accompagné(e) avec un ami, son chéri, peu importe pourvu qu’il y ait suffisamment de proximité pour constater qu’il existe un lien et une conversation qui va au-delà du « vous pouvez m’indiquer le chemin svp ». Ils discutent sauf que l’un d’eux porte ses écouteurs. S’il y a bien une chose qui me dépasse totalement, c’est pourquoi continuer à écouter de la musique alors qu’on est en pleine discussion avec quelqu’un (de proche qui plus est) ? Je veux bien accepter qu’on puisse être mélomane, mais quand même, c’est quoi ces manières ?! On me ferait ça, je me demanderais si je ne suis pas chiante. Alors forcément, quand j’ai revu ce cas dans le métro où blondie avait ses écouteurs vissés aux tympans pendant que sa racaille de copain essayait de lui tenir un peu près un langage, je me suis dit qu’il fallait sortir le lance-flammes.

Aujourd’hui on discute avec la musique directement dans les oreilles et demain ça sera quoi ? Vas-y parle et ça ne te dérange pas si je regarde un film sur mon téléphone en même temps ?!

La politesse c’est pour les chiens quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

L’impolie du métro 

Parce qu’on l’a tous croisée…

Tout partait du bon pied, en l’occurrence le mien. Je portais des spartiates, le métro était en mode sardines, jusque-là, rien d’anormal. Quand soudain j’ai ressenti une douleur incroyable partant du pied et remontant dans la jambe. Je venais de me faire marcher sur le pied, mais bien comme il faut, vous savez, au point de vous faire swinguer (rien d’anormal non plus). J’ai eu un réflexe de base (naïve que je suis) : je me suis retourné pour accueillir avec bravoure un « pardon », voire un « excusez-moi, je ne vous ai pas fait mal ? » (pour les plus bavards). À la place, j’ai eu un moment de surprise : « tiens ? J’ai marché sur quoi ? Un gros caillou ? », un léger regard dédaigneux et… un silence. OH ! T’as cru que tu étais à la plage ?! C’est mon pied que t’as écrasé, pas un p***** de galet ! Et l’excuse est vendue en option m**** ?! Est-ce que quelqu’un pourrait me dire à combien est côtée l’excuse pour que les gens en soient aussi avares ? Ça ne coûte rien et ça évite aux personnes comme moi de les fustiger sur le net ! Pas possible ! Et l’autre abruti qui se marrait en me voyant sautiller. J’ai mal duc** ! La civilité et la politesse, ça s’apprend et c’est facile.

Une c******* quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le pseudo graffeur en milieu urbain 

Parce qu’on l’a tous croisé…

Attention, il est furtif celui-là. Il faut avoir l’œil toujours bien ouvert. Je ne parle pas du graffeur qui réalise de superbes œuvres. Non, mais bien de celui qui va, en plein jour et lorsqu’il y a du monde, apposer sa signature de merde au marqueur sur un mur dans le métro. Tout ça pour quoi ? Laisser sa « marque ». Elle est moche ta marque, mec !

Repéré durant la nuit, celui qui va « graffer » sa signature (de merde donc) à la bombe et accompagné de son assistante/crétine de copine qui le suit en portant un carton plein d’aérosols. Ils avaient l’air d’avoir un parcours de recoins prédéfinis « là, le quartier ne m’appartient pas, donc faut que je m’impose ». Va t’imposer ailleurs, mec ! Merci aux nettoyeurs d’avoir virer sa bouse du square !

Faut-il être c** !

Les mecs qui n’apportent rien à la société quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !

Le mec énervé dans le métro 

Parce qu’on l’a tous croisé…

Et il fait flipper celui-là. Il passe le tourniquet en décrochant au passage le battant (parce qu’il est énervé, je vous le rappelle). Il fait les cent pas sur le quai de manière énergique au point que vous craignez que dans un accès de colère, il ne vous pousse sur les voies (si, si). Quand soudain, il décide de passer un appel téléphonique. Je ne sais pas si vous avez déjà entendu un mec énervé au téléphone, il en fait profiter toute la station (je pèse mes mots). Vous et quelques autres personnes lui lancez des regards que si vous aviez des pouvoirs magiques… Le pauvre… Je préfère ne pas expliquer, le résultat est assez moche. Comme le mec ne comprend pas vos regards de tueur, votre imagination se met en route et vous vous dites : « et s’il tombait sur les voies par mégarde ?! Oups ! Ma foutue maladresse… ». Discrètement, d’un léger coup de coude, comme dans cet extrait.

Un gros c** quoi !

À éradiquer au lance-flammes !

Rendez-vous sur Hellocoton !
Scroll To Top