Spider-Man Homecoming_film

Spider-Man Homecoming_filmQu’il est choupinou le Spidey nouveau ! C’te bouille de 21 ans fraîchement sorti du lycée, son sourire enjôleur et sa jovialité. Il est craquinou ! On a envie de lui donner sa chance, il est tout naïf en plus ! Après Tobey Maguire, après Andrew Garfield, voici le petit chou Tom Holland et son Spider-Man Homecoming. Bon alors ? Ça donne quoi ?

Ça donne que c’est mitigé ! Vraiment mi-figue, mi-raisin. Il y a des choses qui m’ont plu, d’autres beaucoup moins, certaines m’ont énervée. Il est compliqué ce Spider-Manounet ! C’est difficile en voyant ce nouveau « reboot » de ne pas penser à la trilogie de Sam Raimi (étonnamment, je n’ai pas pensé une seule seconde à The Amazing Spider-Man, le pauvre). Sam Raimi, c’était les bases : l’origine, la construction, l’évolution pour devenir l’homme araignée suprême. Là… Bah là déjà on le découvre dans Avengers 3 Captain America : Civil War, le minet arrive comme un cheveu sur la soupe, presque super doué, limite « je sais tout faire ». D’accord. Donc on reprend là dans Spider-Man Homecoming, avec une scène d’intro très sympathique replaçant l’histoire dans le contexte en reprenant depuis Captain America, vue par un ado de seconde. Ici, point de « attends je vais t’expliquer en détails comment j’ai eu ces nouvelles facultés », on nous glisse au détour d’une seule et unique petite phrase comment ça lui est tombé dessus. Je veux bien que l’on ne nous explique pas la genèse de ce gosse pas comme les autres, on n’a pas que ça à faire, seulement, on en est à se demander s’il a vraiment été mordu par une araignée tellement tout le travail est mâché par Tony Stark (aka Iron Man) ! On perd totalement l’authenticité et la naïveté qu’on avait dans les précédents films, vous voyez ? Quand il découvrait ses nouvelles habilités, qu’il commençait à créer son costume et à s’entraîner. Vous vous souvenez ? Là, que dalle ! Monsieur Stark arrive tout fric dehors, « tiens voici ton costume moulant, tu verras qu’il y a plus d’options que sur la dernière voiture dernier cri couplée à la meilleure technologie d’Apple, et débrouille-toi ! ». CA-M’ÉNERVE ! Où se trouve le plaisir de s’amuser avec sa toile, quand en fait c’est un produit chimique ?! Vous me comprenez les puristes ? Résultat la grosse question est : t’es sûr que tu t’es fait piqué par une araignée ? J’ai de sérieux doutes.

Mis à part ce coup de gueule, introduction d’une facilité mainte fois vue dans les films : pourquoi les adultes n’écoutent jamais les jeunes ?! Ça aussi ça m’énerve ! Exemple (qui n’est pas dans le film je vous rassure) : l’ado pas boutonneux va dire qu’il y a des méchants avec une bombe et l’adulte je-sais-tout non seulement ne va pas l’écouter, mais en plus, va lui dire de retourner jouer avec ses jouets (je caricature mon propos). POUR-QUOI ? J’espérais que Stark et Happy (Jon « Teddy Bear » Favreau est de retour !) allaient être moins bêtes que ça, bah non ! « ‘Scuse- nous petit, mais on a des choses de grands à faire, bien plus importantes que ta petite vie de lycéen » ! Argh !

Mettons de côté que Spidey est assisté et qu’on ne lui fait pas confiance, j’ai apprécié que Marvel propose un rapport avec le méchant différent : celui-ci est déjà très humanisé par ses convictions, mais également par sa « transformation ». D’aucuns diront que c’est un adversaire à la hauteur du petit jeune, oui, cependant, il y a ce coup de frais dans le rapport de force. Marvel et les Avengers nous ont tellement habitué à tout détruire sur leur passage avec leurs gros sabots qu’on peut enfin se dire « tiens, ça a changé… un peu » ! Faudrait pas qu’ils sortent trop de leur moule non plus ! Cette fraîcheur qu’amène Tom Holland et cette sympathie qu’on a direct envie de croire en lui et le soutenir, tant dans son costume de Peter Parker/Spider-Man, que dans sa future insertion auprès des mastodontes Avengers ou dans sa carrière de jeune acteur (pour ceux qui l’avaient raté, voici son passage à l’émission Lip Sync Battle – rien que pour ça on lui fait plein de cœurs avec les doigts).

Avec Spider-Man Homecoming, il faut savoir mettre de côté toute la mythologie sur Spider-Man, faire fi des précédents films (et ça, ce n’est pas facile), accepter sans s’énerver (pas comme moi quoi) qu’il y a des erreurs scénaristiques qui auraient pu être évitées si Marvel s’en était donné la peine, que c’est un film qui vient s’insérer dans une bande de héros déjà bien établie (mon Dieu que j’ai peur pour Avengers – Infinity War… 70 personnages !!!!). On lui donne sa chance avec la même naïveté qu’il dégage, on croit en lui et en son futur, en espérant qu’il restera un peu à part de Thor et compagnie. J’oubliais pour le débat sur la présence de Zendaya en promo : le personnage ne sert à rien, sauf si vous avez un ami mieux au fait de l’histoire de Spider-Man auprès de vous (coucou M.) qui vous explique le détail qui fait qu’elle sera utile APRES. Et non, je ne me lancerai pas dans ce débat sur « pourquoi faire apparaître un personnage utile juste à la fin et en faire quelqu’un de poids en promo ? ».

Sortie en salles le 12 Juillet 2017.

by missbobby
Miss Bobby_Blu-Ray_Birdman

Miss Bobby_Blu-Ray_BirdmanBirdman, c’est comme une fresque murale représentant une bataille ou une scène particulièrement forte : de loin, vous pouvez apprécier le tableau dans sa globalité, le travail titanesque, et de près, votre œil se balade dans tous les sens pour tenter d’accrocher tous les axes de lecture, tous les personnages distincts, chacun ayant leur propre action, leur propre histoire, leur propre impact sur cette grande épopée. Et puis, c’est aussi apprécier le travail méticuleux du peintre, sa précision, ses coups de pinceau, sa technique, son génie.

Ouvrez grand vos yeux pour décortiquer l’oeuvre magistrale de l’oiseau fou : Birdman.

Synopsis

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…
S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

Freud aurait adoré Birdman pour sa quintessence sur le surmoi. L’être aux prises par sa perception de la réalité, le bon et par sa propre fiction, le mal, paradoxalement imagé par l’oiseau synonyme de liberté. Alejandro González Iñárritu a dessiné sous le prisme de Birdman ce qui sommeille en tout à chacun, avec un degré de folie plus ou moins élevé : le masque que l’on porte dans ce grand théâtre que l’on appelle la vie.

Quoi de mieux que le comédien pour illustrer le fil du rasoir ? Être complexe partagé entre sa personne, son ego, son image, son succès, son profond mal-être, sa solitude.  Birdman dépeint des portraits de comédiens coincés entre la scène et la réalité, au point de fusionner avec ce masque de l’illusion. Aucun n’y échappe, chacun reflète une image erronée de lui-même, mis en exergue dans le jeu de cadrage avec les miroirs des loges par exemple, qui montre bien cette mise en abyme, ces différentes couches – le personnage, le reflet, la caméra et enfin le spectateur – tous les niveaux de lecture qui nous sont offerts incitant notre œil et notre compréhension à analyser cette oeuvre toute aussi complexe et riche que ses personnages. Que ce soit l’actrice (Naomi Watts) voulant accéder à Broadway, synonyme d’apologie pour fuir son manque de caractère, cet acteur (Edward Norton) à l’ego sur-gonflé sans cesse dans le paraître pour cacher les dysfonctionnements de sa sensibilité, l’avocat (Zach Galifianakis) assoiffé par l’argent et le rendement pour se donner une stature, la fille (Emma Stone) complètement paumée cultivant son côté rebelle pour se faire remarquer. Et enfin, le maître de cérémonie, le metteur en scène (Michael Keaton), qui tente de mener sa propre valse en marchant pieds nus sur des bris de verre.

Michael Keaton… quand l’absolu génie d’Iñárritu s’applique dans ce fabuleux « détail » repoussant les interrogations du public à son paroxysme par la fusion parfaite de la réalité et de la fiction : l’acteur s’entremêle étroitement avec son rôle. À l’instar de son personnage, Michael Keaton s’est envolé dans les hautes sphères de la célébrité grâce à Batman pour ensuite retomber dans l’oubli en tentant de maintenir sa carrière à flots. Comme Keaton, Riggan a explosé le box office avec son rôle dans Birdman, s’étiquetant au fer rouge sur le front du titre de super-héros. Comment faire oublier cette marque visible, reconquérir le public (et la critique qui s’est faite une idée de vous bien pitoyable sans pour autant avoir eu un aperçu de tout votre talent), se convaincre soi-même et les autres de la profession de notre talent dans un registre totalement différent ?

S’il n’y avait que ça… Relancer sa carrière, se surpasser alors qu’il y a toujours cette ombre qui plane au-dessus de vous : l’affiche est superbe en ça. Les démons qui surplombent, toujours au-dessus de la tête, gardant un certain périmètre de « sécurité » entre le monde qui vous entoure et votre folie, prêts à bondir pour vous garder dans votre bulle.

Je ne peux pas terminer cette critique sans vous parler de la réalisation, fabuleux plan séquence de deux heures (petit jeu : amusez-vous à dénicher les coupes) concentré dans un quasi huis-clos, dans ce labyrinthe qu’est ce théâtre, figure de style à lui tout seul, embarquant le spectateur dans un tournis incessant (au rythme d’une musique répétitive, tambourinant votre cerveau au point de vous rendre aussi dingue que les personnages), vous faisant monter, descendre, partir, repartir, appuyant sur votre condition de physique et votre souffle, engageant votre esprit dans des millions de choses à penser (mes problèmes, ma pièce, les acteurs à gérer, ma copine, mon ex-femme, ma fille, ma popularité, etc.). Que vous le vouliez ou non, vous allez être pris dans la même spirale que Riggan, dans ce ballet psychotique. Vous serez enfermés dans ce théâtre, pratiquement à l’abris de la cohue extérieure.

Birdman est en fait la rencontre de plusieurs arts : la peinture, le théâtre, le cinéma. L’explosion talentueuse par la réalisation, l’écriture, l’interprétation, les lectures. J’aurais voulu prendre 4h pour vous écrire deux feuilles doubles sur le film pour vous mentionner le succès et la reconnaissance recherchés par l’acteur alors qu’ils peuvent être atteint différemment, ne serait-ce que par les réseaux sociaux. J’aurais aimé vous parler de cette sensation d’être toujours au bord du gouffre (idéalement imagé à l’écran). J’aurais aimé vous parler de l’aspect médiatique, sur ce qui construit et déconstruit une personnalité reconnue, l’attente du public, en complète opposition avec le talent.  J’aurais aimé vous parler des scénettes dans ce plan séquence. J’aurais aimé vous parler de la folie de Times Square face au huis-clos.

Parler de chef d’œuvre avec Birdman ne sera pas de trop.

Prenez votre envol avec Birdman. Lâchez prise. Tout va bien se passer.

Miss Bobby_Birdman

Bonus :

– Birdman : les coulisses (33 minutes) : On se rend compte avec ce segment à quel point les acteurs et toute l’équipe étaient constamment sous pression durant le tournage, à avoir peur de se tromper ou de faire capoter la scène. Des scènes particulièrement complexes et millimétrées, qui ont demandé beaucoup d’heures de répétition.

– Conversation avec Michael Keaton et Alejandro G. Inarritu (14 minutes) : la vision du tournage par le réalisateur et l’acteur principal, leurs explications sur le scénario qui vous permettra peut-être de mieux le comprendre ou de vous apporter soit un autre point de vue, soit un complément à votre compréhension, voire même à vous conforter sur les différents niveaux de lecture qu’est Birdman.

– Galerie : les photos de Chivo sur le plateau : très belles photos prises sur le tournage par Emmanuel « Chivo » Lubezki (directeur de la photographie).

Sortie en vidéo depuis le 08 juillet.

by missbobby
Miss Bobby_Birdman

Miss Bobby_BirdmanBirdman, c’est comme une fresque murale représentant une bataille ou une scène particulièrement forte : de loin, vous pouvez apprécier le tableau dans sa globalité, le travail titanesque, et de près, votre œil se balade dans tous les sens pour tenter d’accrocher tous les axes de lecture, tous les personnages distincts, chacun ayant leur propre action, leur propre histoire, leur propre impact sur cette grande épopée. Et puis, c’est aussi apprécier le travail méticuleux du peintre, sa précision, ses coups de pinceau, sa technique, son génie.

Ouvrez grand vos yeux pour décortiquer l’oeuvre magistrale de l’oiseau fou : Birdman.

Synopsis

À l’époque où il incarnait un célèbre super-héros, Riggan Thomson était mondialement connu. Mais de cette célébrité il ne reste plus grand-chose, et il tente aujourd’hui de monter une pièce de théâtre à Broadway dans l’espoir de renouer avec sa gloire perdue. Durant les quelques jours qui précèdent la première, il va devoir tout affronter : sa famille et ses proches, son passé, ses rêves et son ego…
S’il s’en sort, le rideau a une chance de s’ouvrir…

Freud aurait adoré Birdman pour sa quintessence sur le surmoi. L’être aux prises par sa perception de la réalité, le bon et par sa propre fiction, le mal, paradoxalement imagé par l’oiseau synonyme de liberté. Alejandro González Iñárritu a dessiné sous le prisme de Birdman ce qui sommeille en tout à chacun, avec un degré de folie plus ou moins élevé : le masque que l’on porte dans ce grand théâtre que l’on appelle la vie.

Quoi de mieux que le comédien pour illustrer le fil du rasoir ? Être complexe partagé entre sa personne, son ego, son image, son succès, son profond mal-être, sa solitude.  Birdman dépeint des portraits de comédiens coincés entre la scène et la réalité, au point de fusionner avec ce masque de l’illusion. Aucun n’y échappe, chacun reflète une image erronée de lui-même, mis en exergue dans le jeu de cadrage avec les miroirs des loges par exemple, qui montre bien cette mise en abyme, ces différentes couches – le personnage, le reflet, la caméra et enfin le spectateur – tous les niveaux de lecture qui nous sont offerts incitant notre œil et notre compréhension à analyser cette oeuvre toute aussi complexe et riche que ses personnages. Que ce soit l’actrice (Naomi Watts) voulant accéder à Broadway, synonyme d’apologie pour fuir son manque de caractère, cet acteur (Edward Norton) à l’ego sur-gonflé sans cesse dans le paraître pour cacher les dysfonctionnements de sa sensibilité, l’avocat (Zach Galifianakis) assoiffé par l’argent et le rendement pour se donner une stature, la fille (Emma Stone) complètement paumée cultivant son côté rebelle pour se faire remarquer. Et enfin, le maître de cérémonie, le metteur en scène (Michael Keaton), qui tente de mener sa propre valse en marchant pieds nus sur des bris de verre.

Miss Bobby_Birdman

Michael Keaton… quand l’absolu génie d’Iñárritu s’applique dans ce fabuleux « détail » repoussant les interrogations du public à son paroxysme par la fusion parfaite de la réalité et de la fiction : l’acteur s’entremêle étroitement avec son rôle. À l’instar de son personnage, Michael Keaton s’est envolé dans les hautes sphères de la célébrité grâce à Batman pour ensuite retomber dans l’oubli en tentant de maintenir sa carrière à flots. Comme Keaton, Riggan a explosé le box office avec son rôle dans Birdman, s’étiquetant au fer rouge sur le front du titre de super-héros. Comment faire oublier cette marque visible, reconquérir le public (et la critique qui s’est faite une idée de vous bien pitoyable sans pour autant avoir eu un aperçu de tout votre talent), se convaincre soi-même et les autres de la profession de notre talent dans un registre totalement différent ?

S’il n’y avait que ça… Relancer sa carrière, se surpasser alors qu’il y a toujours cette ombre qui plane au-dessus de vous : l’affiche est superbe en ça. Les démons qui surplombent, toujours au-dessus de la tête, gardant un certain périmètre de « sécurité » entre le monde qui vous entoure et votre folie, prêts à bondir pour vous garder dans votre bulle.

Je ne peux pas terminer cette critique sans vous parler de la réalisation, fabuleux plan séquence de deux heures (petit jeu : amusez-vous à dénicher les coupes) concentré dans un quasi huis-clos, dans ce labyrinthe qu’est ce théâtre, figure de style à lui tout seul, embarquant le spectateur dans un tournis incessant (au rythme d’une musique répétitive, tambourinant votre cerveau au point de vous rendre aussi dingue que les personnages), vous faisant monter, descendre, partir, repartir, appuyant sur votre condition de physique et votre souffle, engageant votre esprit dans des millions de choses à penser (mes problèmes, ma pièce, les acteurs à gérer, ma copine, mon ex-femme, ma fille, ma popularité, etc.). Que vous le vouliez ou non, vous allez être pris dans la même spirale que Riggan, dans ce ballet psychotique. Vous serez enfermés dans ce théâtre, pratiquement à l’abris de la cohue extérieure.

Birdman est en fait la rencontre de plusieurs arts : la peinture, le théâtre, le cinéma. L’explosion talentueuse par la réalisation, l’écriture, l’interprétation, les lectures. J’aurais voulu prendre 4h pour vous écrire deux feuilles doubles sur le film pour vous mentionner le succès et la reconnaissance recherchés par l’acteur alors qu’ils peuvent être atteint différemment, ne serait-ce que par les réseaux sociaux. J’aurais aimé vous parler de cette sensation d’être toujours au bord du gouffre (idéalement imagé à l’écran). J’aurais aimé vous parler de l’aspect médiatique, sur ce qui construit et déconstruit une personnalité reconnue, l’attente du public, en complète opposition avec le talent.  J’aurais aimé vous parler des scénettes dans ce plan séquence. J’aurais aimé vous parler de la folie de Times Square face au huis-clos.

Parler de chef d’oeuvre avec Birdman ne sera pas de trop.

Prenez votre envol avec Birdman. Lâchez prise. Tout va bien se passer.

Sortie en salles le 25 février.

by missbobby