concours_transformers_the last knight

concours_transformers_the last knight

Concours : Transformers – The Last Knight

Le dernier Transformers – The Last Knight arrivera dans vos salons le 02 novembre 2017. Vous avez intérêt à faire de la place, tout le monde ne rentrera pas !

Synopsis

The Last Knight fait voler en éclats les mythes essentiels de la franchise Transformers, et redéfinit ce que signifie être un héros. Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n’est plus là… La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l’on se doit de faire la différence. Dans Transformers: The Last Knight, les victimes deviendront les héros. Les héros deviendront les méchants. Un seul monde survivra : le leur… ou le nôtre.

Pour sa sortie en vidéo, je vous propose un joli concours :

2 DVD

concours_tranformers_the last knight

2 Blu-ray™

concours_transformers_the last knight

1 Blu-Ray 4K

concours_transformers_the last knight

Pour tenter votre chance, il suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 16 Novembre pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

 © 2017 Paramount Pictures. Tous Droits Réservés.

by missbobby
Transformers - the last knight_film

Transformers - the last knight_filmBon, on en est au combien là ? Cinquième c’est ça ? Je commence à avoir du mal à suivre. À mon grand regret, ça y est, mon engouement (et mon amour) pour Transformers s’essouffle. Un peu comme une relation qui s’éteint doucement. Quoi qu’on puisse dire sur cette franchise, je l’aimais bien avec Shia – j’ai pété un câble en cours de route – Labeouf. Il y avait une certaine innocence dans le premier volet et puis c’était la découverte, les premiers émois avec Bumblebee (pour le coup, je suis toujours amoureuse de Bumblebee même si la Camaro choisit pour The Last Knight a beaucoup moins de gueule). Revenons à nos moutons, enfin à nos robots.

Autobots contre Decepticons, ça ne change pas. Il aurait été judicieux de revoir les films précédents, car il me semblait que Megatron était mort à un moment donné, non ? Corrigez-moi si je me trompe. Pourquoi cette perte d’amour dans cette relation qui dure depuis 10 ans ? Eh bien c’est un peu le fouillis quand même ! Normalement, si mes souvenirs sont bons, les robots débarquent sur Terre dans le premier film. C’est bien cela ? Là, on apprend que les mecs étaient déjà là depuis un petit moment, notamment auprès d’Arthur et les chevaliers de la table ronde, que Bumblebee a fait la guerre (ah bon ?). Je vous spoile un peu, mais ça n’a pas vraiment d’importance dans la manière où je vous tourne ça. D’accord, en fait, on nous ment depuis le début en somme ! Une fois que vous aurez raccroché tous les wagons (et il est long le train !), vous pourrez apprécier 2h30 de spectacle son et lumière. L’installation est longue, très longue, je devrais même dire les installations. On nous lance sur une piste d’un gros sujet en plein au milieu du film, qui en fait ne sera jamais traitée. C’est juste une ouverture pour le film qui suivra. C’est douteux. Soit. Comme d’habitude, les ¾ des personnages ne servent à rien, quoi que non ! Mauvaise langue que je suis : l’actrice, Laura Haddock, n’est pas qu’une potiche ! Hourra ! Bravo Michael (Bay), il était temps après cinq films ! Sinon les autres…humpf. On parle d’Anthony Hopkins dans Transformers ou il n’y a que moi que ça « choque » ? Toujours trois tonnes de robots, néanmoins, on se mélange moins les pinceaux. Ca pète toujours autant dans tous les sens (manquerait plus que Michael Bay perde sa patte).

En fait, Transformers – The last Knight n’a rien d’innovant, ne repousse pas les limites de l’incroyable, il mélange les quatre précédents films pour en faire un cinquième : vous verrez qu’il y a plein de références cinématographiques, mais également aux derniers volets. On aurait pu raccourcir, 2h30 de Transformers en Imax 3D, ça fatigue les yeux et la tête (bonjour, je m’appelle Michael, et je vous bourrine le crâne). Accordez-vous une petite sieste après le film, vous l’aurez bien mérité. J’oubliais, ça reste un divertissement sympathique.

PS : Pour ceux qui le verront en VOSTFR, prêtez bien attention aux voix des robots, un acteur français bien connu s’y cache !

Sortie en salles le 28 Juin 2017.

by missbobby
Miss Bobby_Blu-Ray - TRANSFORMERS L'AGE DE L'EXTINCTION

Miss Bobby_Blu-Ray - TRANSFORMERS L'AGE DE L'EXTINCTIONBumblebeeeeeee mon robot chouchou par excellence que j’attendais avec impatience de retrouver dans Transformers : L’Âge de l’extinction. C’est chose faite. Comment se sont passées les retrouvailles ? Était-ce enflammé ? Passionné ? Je vais tout vous révéler (Voici, sort de ce blog !).

Il y a des filles qui sont toutes excitées à l’idée de s’acheter un sac Vuitton, moi, je suis dans le même état avec Transformers. Je fais partie de ces personnes qui aimeraient s’offrir une Camaro (au prix du joujou, vaut mieux un sac Vuitton, mais je trouve ça moins joli). Et dans mes rêves les plus fous, ma voiture se changerait en Transformers pendant que je la conduis, le tout dans un ralenti de malade, et…. Aaaahhh. Michael (Bay) qu’as-tu fait de moi ?! Je suis un monstre !

Pendant ce temps-là, sur Terre…

Passons ce léger moment d’égarement (vraiment léger) pour en venir aux faits. Par où commencer ? Je laisse de côté mon manque total d’objectivité lorsqu’il s’agit d’Autobots pour me concentrer sur les défauts, car malgré mon amour inconditionnel pour la bande à Optimus Prime, j’ai trouvé des choses qui m’ont déplue (serai-je en voie de guérison ?).

L’extrême générosité de Michael Bay est une qualité qui lui a fait défaut. Ainsi ce Transformers : L’Âge de l’extinction aurait pu être largement scindé en deux films, d’une part à cause de sa longueur et d’autre part, pour son nombre de problématiques. Il y en a trop, certaines trop travaillées, d’autres pas assez, du coup, Michael fini par nous perdre et fatalement on décroche. C’est le souci quand on veut en donner beaucoup (Michael, serais-tu un amant exceptionnel ?!) et c’est dommage.

Pour ma part, j’aimais ce lien qui liait Sam Witwicky à Bumblebee : c’était sa première voiture, il y était très attaché, toujours présente quand il le fallait, il y avait même ce respect entre lui et Optimus. Je ne l’ai pas retrouvé dans le film, peut-être à cause de la trame qui veut que ce soit les Transformers contre les humains, pourtant Cade (Mark Wahlberg) prouve bien qu’il est du côté des robots. Mais rien ne se passe, même si chacun sauve les miches de l’autre, le lien ne prend pas. Je vais leur apprendre ce que c’est que d’aimer sa voiture, tu vas voir !

En ce qui concerne les changements, adios Shia Labeouf, bonjour Mark Wahlberg qui nous fait du Wahlberg, pas de quoi se retourner le cerveau. Comme d’habitude, on a toujours des personnes qui ne servent à rien et la cruche de service est toujours là. Faut bien des enjeux pour papa Wahlberg, quasi inutiles pour les spectateurs. Les mecs se rinceront l’œil, voyons le bon côté des choses.
Bumblebee a subit quelques améliorations, aussi bien esthétiques que caractérielles : il est plus foufou et plus drôle, mais moins présent à l’image (on ne peut pas tout avoir). Michael Bay se lâche sur les explosions tout au long du film.

En gros, un film qui aurait pu en faire deux, trop d’intrigues, des plans un peu brouillon parfois, un Bumblebee pas assez présent. Mais bon, je lui pardonne à Michael, parce que ça déchire les Transformers.

Bonus :

– Bay en action

– L’évolution dans l’extinction : making of en 8 parties

– Juste un film énorme de plus

– Une touche de design

– T.J. Miller : hippie fermier

– Bandes-annonces

Il est fou Michael Bay, il est fou ! Déjà trois heures de bonus, vous ne risquez pas de vous ennuyer, vous serez ensuite incollable sur les robots. Monsieur Bay fait partie de ses réalisateurs qui préfèrent recréer le vrai plutôt que de passer par le numérique. À un moment, il y passe, il est bien obligé (oui, j’ai été déçue d’apprendre que Bumblebee n’existait pas sous sa forme robot, mais seulement en version Camaro). Il recrée tout, transforme tout : les voitures sont modifiées pour leur donner une réelle personnalité en fonction du robot qu’elle « incarne », les décors sont monumentaux (recréer Hong Kong en plein Detroit , bien sûr !), il fait tout péter… en vrai, il inonde tout… en vrai, il fait exploser des passerelles… en vrai (à la demande de la ville en plus : « vous pouvez filmer à cet endroit et si vous pouviez détruire ces passerelles au passage s’il vous plaît. Merci »). La phrase qui revient souvent de la bouche de l’équipe de tournage : « encore un autre jour dans le monde de Michael Bay ». Des bonus fascinants sur la construction d’un énorme blockbuster.

Sortie en vidéo le 26 novembre

Transformers : L'Âge de_l'extinctionBumblebeeeeeee mon robot chouchou par excellence que j’attendais avec impatience de retrouver dans Transformers : L’Âge de l’extinction. C’est chose faite. Comment se sont passées les retrouvailles ? Était-ce enflammé ? Passionné ? Je vais tout vous révéler (Voici, sort de ce blog !).

Il y a des filles qui sont toutes excitées à l’idée de s’acheter un sac Vuitton, moi, je suis dans le même état avec Transformers. Je fais partie de ces personnes qui aimeraient s’offrir une Camaro (au prix du joujou, vaut mieux un sac Vuitton, mais je trouve ça moins joli). Et dans mes rêves les plus fous, ma voiture se changerait en Transformers pendant que je la conduis, le tout dans un ralenti de malade, et…. Aaaahhh. Michael (Bay) qu’as-tu fait de moi ?! Je suis un monstre !

Pendant ce temps-là, sur Terre…

Passons ce léger moment d’égarement (vraiment léger) pour en venir aux faits. Par où commencer ? Je laisse de côté mon manque total d’objectivité lorsqu’il s’agit d’Autobots pour me concentrer sur les défauts, car malgré mon amour inconditionnel pour la bande à Optimus Prime, j’ai trouvé des choses qui m’ont déplue (serai-je en voie de guérison ?).

L’extrême générosité de Michael Bay est une qualité qui lui a fait défaut. Ainsi ce Transformers : L’Âge de l’extinction aurait pu être largement scindé en deux films, d’une part à cause de sa longueur et d’autre part, pour son nombre de problématiques. Il y en a trop, certaines trop travaillées, d’autres pas assez, du coup, Michael fini par nous perdre et fatalement on décroche. C’est le souci quand on veut en donner beaucoup (Michael, serais-tu un amant exceptionnel ?!) et c’est dommage.

Pour ma part, j’aimais ce lien qui liait Sam Witwicky à Bumblebee : c’était sa première voiture, il y était très attaché, toujours présente quand il le fallait, il y avait même ce respect entre lui et Optimus. Je ne l’ai pas retrouvé dans le film, peut-être à cause de la trame qui veut que ce soit les Transformers contre les humains, pourtant Cade (Mark Wahlberg) prouve bien qu’il est du côté des robots. Mais rien ne se passe, même si chacun sauve les miches de l’autre, le lien ne prend pas. Je vais leur apprendre ce que c’est que d’aimer sa voiture, tu vas voir !

En ce qui concerne les changements, adios Shia Labeouf, bonjour Mark Wahlberg qui nous fait du Wahlberg, pas de quoi se retourner le cerveau. Comme d’habitude, on a toujours des personnes qui ne servent à rien et la cruche de service est toujours là. Faut bien des enjeux pour papa Wahlberg, quasi inutiles pour les spectateurs. Les mecs se rinceront l’œil, voyons le bon côté des choses.
Bumblebee a subit quelques améliorations, aussi bien esthétiques que caractérielles : il est plus foufou et plus drôle, mais moins présent à l’image (on ne peut pas tout avoir). Michael Bay se lâche sur les explosions tout au long du film.

En gros, un film qui aurait pu en faire deux, trop d’intrigues, des plans un peu brouillon parfois, un Bumblebee pas assez présent. Mais bon, je lui pardonne à Michael, parce que ça déchire les Transformers.

Sortie en salles le 16 juillet.

by missbobby

Miss Bobby_Optimus Prime

C’était l’événement cette nuit, la première bande-annonce du quatrième opus des robots-voitures : Transformers : l’âge de l’extinction, avec toujours aux commandes Michael Bay.

Adieu veaux, vaches, cochons et Shia Labeouf ! Bonjour Mark Wahlberg !

Pas la peine de vous dire que j’ai hâte de retrouver Bumblebee et Optimus Prime.

Bande-annonce de folie quand même !

Va falloir être encore patient, parce que ça sortira le 16 juillet !

by missbobby

Ami(e)s des belles carrosseries,

ÇA Y EST !!!!!! J’ai revu mon Bumblebee ! Oui, dingue la nana, je sais, c’est normal ! Il y a des moments dans la vie d’une femme où elle rêve de ressembler à Trinity et d’avoir un Neo comme Keanu Reeves tout en conduisant un Bumblebee (je vous aurais bien dit un Optimus mais c’est plus délicat pour les créneaux). Eh bah c’est moi !

Transformers 2 la Revanche en IMAX, juste les yeux larmoyants de « Bee » et moi. Si vous allez le voir, vous ne pourrez pas résister, impossible. Il y en a qui craquent devant des caniches, bah moi c’est devant une Camaro 2007 (je craquais aussi quand il était en version 1977) qui se transforme en robot géant. Que voulez-vous ?!

Je le verrai bien dans mon salon!

Je le verrai bien dans mon salon!

Je vous refais un p’tit topo du principe actif : avant on faisait plutôt dans l’alien visqueux, maintenant, c’est démodé. Les extra-terrestres sont des maxis robots. La guerre a éclaté sur leur charmante planète et c’est devenu l’anarchie avec Megatron, le chef des Decepticons. Vous me suivez là ? Ok, je continue. Megatron qui veut retrouver son cube appelé plus communément le Allspark (cela claque mieux en anglais hein), qui est une source de vie pour les robots (je vous la fais courte), va se retrouver face à notre super Optimus Prime et les Autobots, qui eux sont là pour protéger la Terre de la « gentillesse » de Megatron. Enfin, pour passer inaperçus, ils prennent l’apparence de véhicules : voitures, camions, motos, avions, pelleteuses, etc.

Transformers 2, on prend les mêmes et on recommence, mais en pire. Ce coup-ci, il y a The Fallen (on reste dans l’anglicisme non passif hein), vieux robot croûton qui vient emmerder Sam Witwicky (je ne m’y ferais jamais à ce nom. On dirait wistiti). Je ne vais pas vous développer plus l’histoire au risque de vous dévoiler des choses du premier et pour ceux qui ne l’ont pas vu, ça serait dommage. Mais si cela s’appelle La Revanche, c’est qu’il y a une raison !

Comment ne pas craquer?!

Comment ne pas craquer?!

Si mon impression vous intéresse, vous vous en doutez, j’ai absolument adoré. Comme disait Max dans sa critique sur Filmgeek, 80% du film sont des scènes d’action. On rit avec des répliques comiques. On pleure, enfin… on transpire des yeux, je ne vous dis pas pourquoi. On est attendri par le regard de Bumblebee au début. On est impressionné par les effets spéciaux qui sont, disons-le, très bien réussis et par l’action époustouflante. Le scénario est pour ma part recherché : on en apprend plus sur Optimus, sur leur Histoire, les ancêtres. Très intéressant.

Petit conseil : allez le voir en IMAX si vous le pouvez ! Comme l’a précisé Max, vous verrez Mr Prime grandeur nature. Je confirme. J’avais envie de lui caresser sa joue métallisée !

Bises fraîcheur gazole !

 

by missbobby