Santa & Cie

Santa & Cie : Mettez-vous au vert !

Santa & CieS’il y a bien un réalisateur dont on attend toujours les films depuis qu’il a su faire d’Astérix une comédie française culte, c’est bien Alain Chabat. L’ex Nul a su se démarquer dans le paysage cinématographique français grâce à une plume fine et acérée. Avec Santa & Cie, qui sort aujourd’hui, il s’attaque à un monstre mythique du ciné : le film de Noël. Alors ça donne quoi le vieux barbu façon Chabat ?

Eh bah c’est pas mal. On est loin d’Astérix et Cléopâtre, mais quand on prend un film qui doit plaire aussi bien aux grands qu’aux petits, difficile de se permettre toutes les facéties.

Santa & Cie se veut un film qui lorgne vers les comédies américaines de fin d’année, les beaux contes, les beaux personnages, la magie, s’ajoute à cela la patte comique d’Alain Chabat : les jeux de mots, les contrastes entre le son et l’image, le premier degré. L’opposition magie et monde réel crée de nombreuses occasions pour rire, d’autant que Chabat s’amuse avec l’image Coca Cola de Noël contre le vert du costume d’antan. Le confort de la comédie est saupoudré de faits de société : l’homosexualité, l’importance que l’on donne à l’apparence, les clichés.

Si l’on passe un très bon moment avec Santa & Cie, j’ai tout de même ressenti une légère retenue dans l’écriture de Chabat. On est loin de son Astérix où chaque séquence était un flot de blagues, de jeux de mots et de vannes. En souhaitant toucher un vaste public, a-t-il mesuré ses propos ? J’aurais voulu qu’il lâche les rennes, enfin les chevaux. C’est mon seul regret, comme un petit goût de déception de derrière les fagots, m’voyez ? Un Chabat qui n’a pas mis les gaz quoi !

Mais bon, on ne va pas lui en vouloir, Santa & Cie c’est la comédie de fin d’année à voir en famille, où chacun y trouvera son compte : la féérie pour les enfants, la rigolade pour les grands (l’inverse marche aussi). Moi je dis que c’est mieux que la messe de Noël !

Sortie en salles le 06 Décembre 2017.

Vendeur_film

Vendeur_filmBienvenue dans le monde des commerciaux et des discours bien rôdés dans Vendeur. J’ai toujours trouvé ce métier fascinant pour en avoir parlé des heures durant avec le Premier Homme de ma vie. J’en attendais beaucoup de ce film, justement pour en apprécier les pratiques et techniques, mais aussi l’évolution d’un novice, qui n’y connait absolument rien. Vendeur, c’est Pio Marmaï qui perd son restaurant et qui reprend contact avec son père Gilbert Melki, roi de la vente, pour gagner de l’argent. Seulement voilà, n’est pas commercial qui veut.

Partant de ce constat, on était en droit de voir le Pio-Pio galérer, évoluer pour atteindre les hautes sphères des discours commerciaux vous prouvant que vous avez besoin de deux cuisines au lieu d’une. Ça, c’est ce qu’on aurait voulu, sur l’écran, ce n’est pas franchement ce qu’on a eu.

Pour son premier long-métrage, le réalisateur Sylvain Desclous a dirigé son sujet, le vendeur, vers un road trip solitaire manquant souvent de consistance, divisant son film inégalement entre Serge (Gilbert Melki) vieux loup qui n’a plus rien à apprendre du métier, rôdé entre ses ventes et les kilomètres engloutis à sillonner les routes seul. De l’autre, son fils Gérald (Pio Marmaï), restaurateur à la faillite qui rejoint le monde des commerciaux, pas doué pour un sou et qui finalement va se découvrir un nouveau talent… En un claquement de doigts. Desclous s’éparpille sans jamais prendre le temps de s’arrêter sur un point ou quand il décide de gratter, il s’y attarde trop. Un coup, c’est sur son personnage de cador de la vente, un autre sur le fils, rarement sur le métier. Il introduit la relation père-fils comme un cheveu sur la soupe, les conséquences qui amènent le fils à orienter sa carrière sont floues, les rouages de l’emploi ne sont pas creusées et mieux, Pio apprend le métier comme s’il avait eu une révélation divine.

Au final, Vendeur ne touche pas vraiment à l’essence même du métier de commercial, il traîne des pieds pour présenter un personnage qui n’en demande pas tant et ne s’attarde pas assez sur celui qui en demanderait davantage. Le film est lent et la fin trop courte pour ne pas dire expédiée. Il y avait vraiment de la matière à faire un bon film à la fois sur la réalisation, que sur les enjeux très intéressants… Bon, il est passé complètement à côté. Les acteurs auraient pu sauver la mise si Gilbert Melki n’était pas perdu entre un bon jeu et un jeu théâtral et si Pio Marmaï n’était pas en roue libre. J’ai oublié de mentionner la bande-originale, qui n’a ni queue, ni tête, passant de musique des années 80 à de la batterie façon Whiplash ou Birdman, sorte de foutraque qui ne s’accorde pas avec l’image et mal placée. Grosse déception.

Sortie en salles le 04 Mai 2016.

http://www.imdb.com/title/tt4400086/?ref_=fn_al_tt_1

by missbobby
Miss Bobby_Blu-ray_Toute première fois

Miss Bobby_Blu-ray_Toute première foisVous vous êtes toujours dit que faire virer un homosexuel de bord était impossible ? Vous allez peut-être changer d’avis avec Toute première fois. Jérémie a un petit problème : il va se marier avec Antoine, sauf qu’un soir, il dérape avec une fille. Aïe. Mettez vous à sa place : vous êtes en couple depuis 10 ans, vous êtes amoureux, et vous vous rendez compte que vous avez un faible pour une personne du camp adverse ! Il y a de quoi être chamboulé ! D’habitude, on parle de ces hétéros qui deviennent homos, mais c’est vrai que le contraire n’est pas totalement inenvisageable (on cherche encore des témoignages).

Toute première fois (hormis de présenter un superbe plan sur le fessier très agréable de Pio Marmaï – là, toute de suite, j’ai éveillé l’intérêt du lectorat féminin – si, si, ne faites pas semblant avec moi) est un savant mélange d’humour bien calibré (et ce n’est pas Franck Gastambide qui va dire le contraire – mesdames, si vous avez bien compris la subtilité, je vous confirme que vous ne verrez pas que le derrière de Pio) et d’une histoire fraîche ainsi qu’originale. Et ça, ça fait du bien au cinéma français (qui ne s’est jamais mieux porté qu’en ce mois de janvier). Tout y est : de l’amour compliqué pour les plus romantiques d’entre-vous, de l’humour trash, bien senti, déposé aux bons moments pour les plus délurés, de la fille jolie et pas bête pour les amateurs et du beau gosse pas con pour les amatrices. Et puis bon, un peu de drame, n’oublions pas que c’est de l’amour compliqué, qui dit complications, dit forcément remise en questions, doutes, choix, etc. Si vous n’y trouvez pas votre compte, je ne peux plus rien pour vous !

Toute première fois vous fera rire beaucoup. Mesdemoiselles, vous fantasmerez sur Pio Marmaï, vous voyant déjà avec la bague au doigt et une équipe de foot en guise de famille (c’est un peu le gendre idéal quand même, celui qu’on a envie de présenter à papa et maman). Messieurs, bon, on ne va pas se le cacher, Adrianna Gradziel vous fera fondre, j’en suis sûre (pendant que nous, nous mourrons de jalousie). Si vous avez envie de passer un très bon moment, de vous rincer l’œil et de vous mettre quelques vannes dans la poche à ressortir lors d’un déjeuner dominical familial ennuyeux, Toute première fois est un excellent choix !

Bonus :

– Bêtisier (3 minutes) : Archi trop court surtout sur un Blu-ray !

– Teasers : 6 teasers

– Bande-annonce

Sortie en vidéo le 03 juin.

by missbobby
Miss Bobby_Toute première fois

Miss Bobby_Toute première foisVous vous êtes toujours dit que faire virer un homosexuel de bord était impossible ? Vous allez peut-être changer d’avis avec Toute première fois. Jérémie a un petit problème : il va se marier avec Antoine, sauf qu’un soir, il dérape avec une fille. Aïe. Mettez vous à sa place : vous êtes en couple depuis 10 ans, vous êtes amoureux, et vous vous rendez compte que vous avez un faible pour une personne du camp adverse ! Il y a de quoi être chamboulé ! D’habitude, on parle de ces hétéros qui deviennent homos, mais c’est vrai que le contraire n’est pas totalement inenvisageable (on cherche encore des témoignages).

Toute première fois (hormis de présenter un superbe plan sur le fessier très agréable de Pio Marmaï – là, toute de suite, j’ai éveillé l’intérêt du lectorat féminin – si, si, ne faites pas semblant avec moi) est un savant mélange d’humour bien calibré (et ce n’est pas Franck Gastambide qui va dire le contraire – mesdames, si vous avez bien compris la subtilité, je vous confirme que vous ne verrez pas que le derrière de Pio) et d’une histoire fraîche ainsi qu’originale. Et ça, ça fait du bien au cinéma français (qui ne s’est jamais mieux porté qu’en ce mois de janvier). Tout y est : de l’amour compliqué pour les plus romantiques d’entre-vous, de l’humour trash, bien senti, déposé aux bons moments pour les plus délurés, de la fille jolie et pas bête pour les amateurs et du beau gosse pas con pour les amatrices. Et puis bon, un peu de drame, n’oublions pas que c’est de l’amour compliqué, qui dit complications, dit forcément remise en questions, doutes, choix, etc. Si vous n’y trouvez pas votre compte, je ne peux plus rien pour vous !

Toute première fois vous fera rire beaucoup. Mesdemoiselles, vous fantasmerez sur Pio Marmaï, vous voyant déjà avec la bague au doigt et une équipe de foot en guise de famille (c’est un peu le gendre idéal quand même, celui qu’on a envie de présenter à papa et maman). Messieurs, bon, on ne va pas se le cacher, Adrianna Gradziel vous fera fondre, j’en suis sûre (pendant que nous, nous mourrons de jalousie). Si vous avez envie de passer un très bon moment, de vous rincer l’œil et de vous mettre quelques vannes dans la poche à ressortir lors d’un déjeuner dominical familial ennuyeux, Toute première fois est un excellent choix !

Sortie en salles le 28 janvier.

by missbobby
Miss Bobby_Toute première fois

Miss Bobby_Toute première foisNe vous inquiétez pas si à la lecture du titre vous vous payez la chanson de Jeanne Mas dans la tête toute la journée. C’est normal. À l’occasion de la sortie du film de Noémie Saglio et Maxime Govare, Toute première fois (dont la critique arrive très vite. Je peux déjà vous dire que j’ai beaucoup aimé), je vous propose un concours.

Synopsis

Jérémie, 34 ans, émerge dans un appartement inconnu aux côtés d’Adna, une ravissante suédoise aussi drôle qu’attachante. Le début dʼun conte de fées ? Rien nʼest moins sûr car Jérémie est sur le point de se marier… avec Antoine.

Pour aller voir le très charmant Pio Marmaï dans Toute première fois, je vous offre 5×2 places à gagner jusqu’à la sortie du film le 28 janvier. Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD



by missbobby