Miss Bobby_Blu-Ray Au-delà de nos rêves

Miss Bobby_Blu-Ray Au-delà de nos rêvesVoir un film qui est sorti en 1998 avec Robin Williams, ça pince toujours un peu le cœur, encore plus lorsque le film en question est Au-delà de nos rêves et qu’il ressort en Blu-Ray.

Au-delà de nos rêves est un film pour ceux qui croient en l’Amour, le vrai, le puissant, celui qui va bien au-delà de la mort, qui surmonte les gros obstacles et qui montre comment on reconnaît un couple fusionnel. Quand deux personnes sont faites pour être ensemble, l’univers pourra s’interposer entre-elles, elles finiront toujours par se retrouver. C’est comme ça dans une vie, puis dans la prochaine et dans la suivante, etc. Elles n’ont plus besoin de mots pour se comprendre et sont liées, jusque dans la mort. C’est beau et fort.

Hormis un message sur l’amour transcendant toutes les barrières que ce soit la dépression, la mort, la réincarnation, Au-delà de nos rêves instaure un univers particulièrement coloré à travers le reflet de la peinture, laissant se dégager une douce poésie mêlant l’art, l’amour et la fantaisie.

Robin Williams reste égal à ce qu’il était, chaleureux, entier, partageant ses émotions avec beaucoup de cœur, relayant au second plan le jeu des autres acteurs, notamment celui de Cuba Gooding Jr. et Annabella Sciorra.

Seul grand intérêt de cette ressortie en blu-ray est de permettre à ceux qui ne le connaissaient pas de découvrir Au-delà de nos rêves (comme moi). Il n’y a aucun bonus et la qualité de l’image s’approche plus de celle d’un DVD,

Sortie en Blu-Ray le 03 mars.

Miss Bobby_A to Z

Miss Bobby_A to ZSi tu crois en l’amour, si tu es romantique (et que tu le caches avec difficulté) et tu as l’âme d’une midinette, alors non seulement on est fait pour s’entendre, mais en plus tu vas aimer la nouvelle série A to Z. Tu peux aussi ne pas aimer (on s’entendra moins bien, pas grave).

A to Z n’est pas seulement une série romantique, déjà elle vous annonce la couleur dès le générique sur combien de temps va durer l’histoire entre Andrew et Zelda (ah bon ?! Ils ne vont pas vivre ensemble éternellement et avoir de beaux bébés ?! Remarque la série pourrait devenir vite chiante).

C’est plutôt bien construit, car on va nous expliquer comment leur relation va évoluer, de A à Z, chaque épisode correspondant à une lettre de l’alphabet et donc à un moment précis de leur relation. Tout ça avec des points clé en voix off (qui n’y va pas forcément avec le dos de la cuillère).

En gros, c’est comme si on filmait votre dernière relation et qu’on s’amusait à la décortiquer : ils se sont rencontrés comme ça, il n’aurait pas dû lui sortir ça à cet instant, elle aurait mieux fait de faire ci, etc.

J’aime bien le concept vu sous plusieurs angles : celui d’Andrew, de Zelda (je ne peux m’empêcher d’avoir une pensée pour Robin Williams à chaque fois), de la voix off et des amis qui les conseillent. C’est là qu’on se rend compte qu’il vaut mieux ne pas les écouter parfois… Euhm.

Comme on sait combien de temps ils seront en couple, on se demande forcément ce qu’il va se passer, on espère un retournement de situation.

Et puis, j’aime bien le fait que le destin n’y soit pas pour rien…

On se retrouve dans 26 épisodes !

Si vous voulez jeter un œil à la bande-annonce, par ici.

by missbobby

Miss Bobby_The Crazy OnesParmi toutes les nouvelles séries que j’ai commencé à la rentrée (Dads, Super Fun night, The Michael J. Fox show – ouais moi aussi je me demande comment je fais pour m’y retrouver si j’englobe aussi les anciennes), j’aimerai vous parler de The Crazy Ones.

Simon Roberts, le patron excentrique d’une agence de pub de renom, travaille avec sa fille, Sydney, son total opposé. Entourés d’une équipe de talentueux publicitaires, ils s’efforcent de rester dans le coup malgré la concurrence et la folie qui s’emparent d’eux bien souvent…

Dit comme ça, rien d’extraordinaire me direz-vous. La particularité de la série réside dans l’acteur qui interprète Simon Roberts, celui qu’il est trèèèèèès difficile de détester, qui vous a fait pleurer dans Le cercle des poètes disparus, remettre en cause votre vie dans Will Hunting et qui vous a donné envie de vous acheter un jeu Jumanji ou encore de faire appelle à une nounou dans Madame Doubtfire. L’illustre Robin Williams. Celui-là même qui a appelé sa fille Zelda en hommage au jeu vidéo (mes enfants je les appellerai Lara et Nathan).

Elle a des défauts cette série, oui ! Déjà, ils parlent beauuuuuucoup trop vite, avec les sous titres, c’est ingérable. C’est loin d’être passionnant, mais au moins ils ont le mérite de chercher des idées de pub plutôt farfelues, de se mettre dans des situations cocasses et de ne pas utiliser de langage châtié. J’attends deux choses à chaque épisode : les passages de Robin Williams qui sont pour le moins complètement barrés, partant parfois dans des improvisations dont lui seul à le secret. Et puis, le bêtisier post générique. C’est mon moment préféré, j’en pleure de rire de le voir en roue libre et je suis fascinée par son imagination débordante.

J’en oublie presque notre chère Buffy, Sarah Michelle Gellar qui joue Sydney, sa fille, pas toujours facile pour elle de supporter un papa aussi exubérant.

Vous l’aurez compris, l’atout de cette série, c’est son acteur principal, Robin Williams. Et je vous laisse avec un morceau du bêtisier du pilote qui recevait en guest star la chanteuse Kelly Clarkson (j’adore cet extrait) :