Seul sur Mars film Ridley Scott

Seul sur Mars film Ridley ScottBonjour chers passagers, les issues de secours se trouvent ici, ici et ici à plus de 4 mois de distance, veuillez accrocher vos ceintures. Nous espérons un bon voyage avec notre compagnie Ridley Scott Space.

Je vous passe la question bateau digne d’un examen de philo : que feriez-vous seul sur Mars ? Ne me dites pas que ça dépend de la température de l’eau et donc si vous devez emporter votre maillot de bain ou non. À l’heure où la découverte de l’eau sur la planète rouge est bien une réalité, le réalisateur Ridley Scott nous expose son voyage à bord d’Arès 3 vers une planète que l’Homme a déjà foulée. Et là où certains réalisateurs auraient digresser avec de la fioriture comme une longue introduction, des familles qui prennent de la place, un aller-retour qui prend du temps, il s’est focalisé sur son sujet : on vient voir un type seul sur Mars. Point.

Film de science-fiction ou d’anticipation, la limite est fine. C’est surtout une œuvre sur l’Homme, sa capacité à survivre avec ses ressources, qu’elles soient matérielles, intellectuelles ou émotionnelles. Nombreux tomberont dans la facilité de comparer le film de Scott avec celui d’Alfonso Cuarón parce qu’ils ont des points de liaison : la solitude, l’abandon, le combat face à soi et à un environnement hostile, la peur, etc, néanmoins, il est important de noter que Gravity se passe dans l’espace, qu’il y a une réelle prouesse technique tant dans le matériel utilisé pour les prises de vue que la réalisation en elle-même. Scott n’est pas en reste avec sa mission vers Mars, apportant beaucoup de soin à la profondeur de champ de sa 3D, une qualité d’image très pure et un choix de plans audacieux. Ainsi, le réalisateur introduit régulièrement le spectateur par des caméras postées à la première personne que soit près du casque, sur le rover, suivant les mouvements par des caméras embarquées, dégageant une action de proximité. Scott s’amuse avec les écrans et cette barrière virtuelle, définissant le point de vue du public, parfois spectateur, parfois acteur, selon si l’action se passe du côté de la NASA ou de Mark Watney (Matt Damon).

Sur le scénario, les 2h20 de Seul sur Mars passe bien plus vite qu’un aller-retour Terre-Mars. Chaque séquence a son utilité, les petits détails comptent et à aucun moment je n’ai senti un ennui. Matt Damon y est aussi drôle, qu’émouvant (et toujours charismatique), même si le casting est particulièrement fourni avec de très beaux noms (Michael Peña, Sean Bean – belle référence soit dit en passant, Kate Mara, Sebastian Stan, Chiwetel Ejiofor) aucun n’éclate dans son jeu, Damon est, pour le coup, vraiment seul a tiré son épingle.

Seul sur Mars est prenant, captivant, angoissant, fascinant, il donnerait presque envie de voyage et de grands espaces. Il dégage beaucoup d’empathie et indubitablement, vous vous mettez à la place de son personnage principal. Je n’ai pour ma part aucun élément négatif flagrant à reprocher au nouveau film de Ridley Scott, je me suis délecté de ce voyage martien à la fois spirituel, scientifique et humain.

Sortie en salles le 21 octobre 2015.

http://www.imdb.com/title/tt3659388/?ref_=nv_sr_1

DVD_La Tête haute La tête haute

Le dernier film d’Emmanuelle Bercot, La Tête Haute, sort ce 30 septembre en DVD et devinez quoi (en même temps, c’est écrit dans le titre), je vous propose un concours. Si vous ne savez pas trop de quoi le film parle, retrouvez ma critique de La Tête Haute.

Synopsis

« Le parcours éducatif de Malony, de six à dix-huit ans, qu’une juge des enfants et un éducateur tentent inlassablement de sauver. »

Je vous fais gagner 3 DVD.

DVD_La Tête haute La tête hauteIl vous suffit comme d’habitude de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 14 octobre.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Pour plus de contenu sur le film, rejoignez la page Facebook du film : https://www.facebook.com/latetehaute

Ce jeu concours est maintenant terminé.

DVD_Chosen série

Chosen série

Que feriez-vous si vous étiez choisi pour éliminer quelqu’un ? C’est la question que pose la série Chosen dont les saisons 1, 2 et 3 sont disponibles en DVD depuis le 16 septembre chez Sony Pictures Home Entertainment.

Synopsis

Du jour au lendemain, tout le monde peut être choisi et voir sa vie basculer. Si vous recevez une boîte à votre nom, laquelle renferme une arme et la photo de la personne que vous devez éliminer dans les trois jours à venir, vous êtes pris au piège. Il ne vous reste plus qu’à tuer… ou être tué !

Parce que je vous aime bien, je vous propose de gagner 2 coffrets Chosen comprenant les saisons 1, 2 et 3.

Coffret DVD_Chosen série

Vous avez jusqu’au 13 octobre pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.
© 2015 Sony Pictures Television Inc. Tous droits réservés.Logo Sony
© 2015 Layout and Design Sony Pictures Home Entertainment Inc. Tous droits réservés
DVD_En toute humilité_Al Pacino

Aujourd’hui sort En tout humilité avec Al Pacino et pour l’occasion, je vous propose un nouveau concours.

Synopsis

Célèbre comédien de théâtre, Simon Axler sombre dans la dépression au point de devenir suicidaire lorsqu’il perd soudainement et inexplicablement son don. Pour tenter de retrouver le feu sacré, il entame une liaison avec une lesbienne deux fois plus jeune que lui. Mais très vite, leur relation sème le chaos tandis que d’anciennes connaissances du couple réapparaissent dans leur vie…

2 DVD

DVD_En toute humilité_Al Pacino

Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 12 octobre pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

Steelbook _ Les Goonies concours

Pour changer un peu des DVD et des Blu-Ray, je vous propose de gagner des steelbooks. Et pas n’importe lesquels, pour la réédition des Goonies. Toute votre enfance !

Synopsis

Astoria est une modeste et paisible cité portuaire de la Côte Ouest. Trop paisible au gré de ses jeunes habitants… « Il ne se passe jamais rien ici », soupira un jour l’un d’eux, mélancolique. Mickey Walsh, treize ans, venait de prononcer une de ces phrases fatidiques qui annoncent parfois les aventures les plus étranges, les plus folles et les plus amusantes.

Pour le 30ème anniversaire, Warner ressort le film Les Goonies en steelbook qui aura lieu le 23 septembre, je vous en fais gagner 5 ! Eh oui ! Rien que pour vous !

Steelbook _ Les Goonies concoursPour cela il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 07 octobre pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

© 2015 Warner Bros. Entertainment Inc. Tous droits réservés.

Everest film Jason Clarke Jake Gyllenhaal

Everest film Jason Clarke Jake GyllenhaalÇa devait être grandiose, ça devait me couper le souffle par manque d’oxygène, me ronger les ongles à défaut d’avoir des engelures. Ce n’est pas tout à fait ce que j’ai ressenti. C’était beau, c’était grand, c’était haletant, c’était parfois faux, mais ce n’était pas l’ascension attendue.

Le film Everest est tiré de l’histoire vraie de Rob Hall (Jason Clarke) et de son équipe qui se sont retrouvés coincés lors de l’ascension de l’Everest. Cette histoire est terrible, si vous vous attendez à une petite randonnée pédestre entre deux averses, vous allez être secoué ! La force d’Everest se trouve dans l’interprétation de son très beau casting (Jake Gyllenhaal, Josh Brolin, Keira Knightley, Emily Watson…) dégageant une émotion particulièrement palpable qui vous fera décongeler votre petit cœur enseveli sous la neige. On ne peut qu’avoir de l’empathie pour ces passionnés, qui ont mis leur corps et leur esprit à grande épreuve afin de se surpasser pour atteindre le but ultime d’une vie : atteindre le sommet de l’Everest. On vit avec eux les obstacles, les joies, les souffrances physiques, le manque d’oxygène qui rend chaque pas terriblement difficile et ce froid, rude, piquant.

Même si la salle et le film offraient des conditions idéales pour apprécier cette aventure à sa juste valeur, en 3D immersive et en son Atmos, je ne sais pas si c’est la taille de l’écran couplé à mon éloignement de celui-ci, mais les séquences tournées en studio m’ont clairement sautée aux yeux : une lumière trop artificielle pour cause, extirpant l’action de son contexte et perdant la sensation d’extérieur. La fumée sortant de la bouche trop numérique (oui je chipote, mais ça se voit) et les effets du soleil pas réalistes. Dommage. Néanmoins, la profondeur de champ grâce à la 3D est incroyable, rendant les images superbes et la « visite guidée » quasi fascinante. Autre point négatif, la surabondance de personnages : qui fait quoi ? Qui est dans quelle équipe ? Qui est où ? On s’y perd.

Everest n’en reste pas moins un très bon film, impressionnant d’interprétation qui plongera les spectateurs dans l’enfer de ces alpinistes.

Sortie en salles le 23 septembre 2015.

http://www.imdb.com/title/tt2719848/?ref_=nv_sr_1

Capri, c’est fini ! Ça y est ! Vous ne boufferez plus du festival de Deauville ! Alléluia !

Mais je tenais à en rajouter une dernière couche en vous faisant un micro résumé.

  • 20 films et 1/3 vus : le 1/3, c’est les 30 minutes du Terrence Malick
  • 7 conférences de presse
  • 1 interview
  • 7 autographes
  • 3 selfies

Tous mes articles sur Deauville 2015.

Et quelques photos :

Deauville 2015 - Jour 9 - Hommage Patricia Clarkson

Le Jour 9 tirait la révérence de ce 41ème Festival du cinéma américain de Deauville qui a fait venir pour son dernier jour l’actrice Patricia Clarkson et concluant mes 10 jours de films par Crazy Amy et Sicario en cérémonie de clôture.

CRAZY AMY

Une fois n’est pas coutume, j’ai écrit la critique en entier avant. Je ne ferai donc pas de résumé. Ma critique de Crazy Amy.

SICARIO

Il a reçu quelques avis mitigés à Cannes, Sicario a pu ajouter le mien malheureusement. Denis Villeneuve m’a habitué à des films beaucoup plus profonds et psychologiques que celui-ci. J’ai donc été bernée par la bande-annonce qui m’a vendu un film complètement différent de celui que j’ai vu, néanmoins pas mauvais, il faut bien le reconnaître. Sicario est un film qui balade le spectateur, lui offrant sur un plateau une histoire qui sera métamorphosée aux 3/4 du film et c’est en cela que je ne suis pas ressortie convaincu. Le film se divise en deux parties très inégales, une très grosse première partie, qui s’approche plus d’un thriller, orientée sur le personnage d’Emily Blunt. Celle-ci est bien plus travaillée, plus approfondie, elle pose bien l’action et la situation. La seconde est expédiée et vire sur le personnage de Benicio Del Toro, tout s’accélère et s’enchaîne trop vite, ne nous laissant que très peu de temps pour comprendre le virement. Enfin, les personnages manque de profondeur, Villeneuve nous a habitués à des personnages bien plus complexes, qui nous en révélaient beaucoup plus. Le film n’en reste pas moins intéressant, avec des séquences particulièrement prenantes.

Deauville 2015 - Jour 9 - Hommage Patricia Clarkson

PALMARÈS DE CE 41e FESTIVAL DE DEAUVILLE

Prix d’Ornado-Valenti : Les Cowboys de Thomas Bidegain

Prix du public : Dope de Rick Famuyiwa

Prix de la critique : Krisha de Trey Edward Shults

Prix Kiehl’s de la révélation : James White de Josh Mond

Prix du jury : Tangerine de Sean Baker

Grand prix : 99 Homes de Ramin Bahrani

Je retiendrai en films en compétition Dope et 99 Homes (je n’ai pas eu la chance de voir Krisha), qui m’ont vraiment plu. Si vous m’avez suivi, j’ai été déçue par la qualité des films proposés. J’ai néanmoins eu un gros coup de cœur pour Experimenter et Danny Collins (hors compétition). Je ne reviendrai pas sur le festival en lui-même, les privilèges, etc. Y-aura-t-il une troisième édition pour moi l’année prochaine ? Je ne sais pas. J’ai été bien refroidie.

Retrouvez l’ensemble du journal de bord de Deauville 2015.

DVD_Adaline_Blake Lively

DVD_Adaline_Blake LivelyAdaline, une romance qui vous fera certainement penser à Benjamin Button.

La belle et délicate Adaline a eu un accident de voiture à 29 ans, accident peu commun qui provoquera chez elle une réaction des plus étranges : son corps arrêtera de vieillir, la laissant aussi fraîche qu’à l’aube de ses 30 ans.

Comment vivre lorsque physiquement on ne vieillit plus ? Face aux yeux des autres, et face à sa famille. Trouver des excuses contre des interrogations sur cette jeunesse éternelle. Et puis, lorsqu’on a eu un enfant avant, accepter que celui-ci grandisse et paraisse plus vieux que nous. Impossible d’expliquer une histoire aussi extraordinaire sans être prise pour une folle ou considérée comme un monstre de foire.

Blake Lively dégage une beauté hors du temps, traversant les époques et les modes comme si elle embrassait chacune d’elles, le sourire aux lèvres, la délicatesse de son jeu et son charisme sont tels une caresse, une douceur, faisant dégager à Adaline à la fois fragilité, sensibilité, caractère. À l’image, Lively est élégante, gracieuse, rayonnante, un vrai plaisir.

Harrison Ford n’a qu’un trop petit rôle, et c’est bien dommage, l’échange entre son personnage et celui d’Adaline est des plus troublants, ajoutant un cachet nostalgique, et débordant sur les regrets. Il y est aussi très sensible, se laissant envahir par les souvenirs, les « si » la vie s’était déroulée autrement.

Adaline n’est pas parfait, le scénario s’octroie plusieurs facilités, où le spectateur se doute de l’enchainement de certaines séquences, perdant en surprise. Il n’en reste pas moins un joli film, que l’on prend plaisir à découvrir.

Bonus :

  • Une romance éternelle (28 minutes) : Une reconstitution très précise des époques dans les décors et les villes. Idem avec les costumes en utilisant beaucoup le vintage, tout en gardant une cohérence avec les séquences actuelles, mêlant aussi des pièces d’antan, comme si Adaline n’avait pas voulu se séparer de sa garde-robe et continuait de s’habiller avec en l’adaptant. Développement sur les quatre acteurs, leur choix et leur interprétation (Blake Lively, Harrison Ford, Michiel Huisman et Ellen Burstyn).
  • Des styles et des époques (17 minutes) : Segment conté par la voix off du film, reprenant en partie ce qui a été dit dans le supplément précédent sur les costumes, les décors, la retranscription, le maquillage, etc.
  • Qui est Anthony Ingruber, le Harrison Ford jeune ? (8 minutes) : Il a fallu trouvé un acteur ressemblant à Harrison Ford et qui soit jeune. Le réalisateur l’a découvert sur Internet où Anthony Ingruber, jeune acteur, a posté des vidéos de lui imitant justement Ford !

Sortie en vidéo le 16 septembre.