Films 2018

Films 2018

Quasiment même introduction depuis 2013 : à l’heure des tops et flops cinématographiques, je publie plutôt mes émotions filmiques de 2018 (parce que je ne serais pas capable de classer les films).

Je simplifie les statistiques cette année :

152 films vus, revus, en salle ou à la maison. Chiffre correct.

C’est parti !

On ne change pas les bonnes habitudes, avec le fond du panier.

Un raccourci dans le temps

Tomb Raider

Kursk

Venom

Mortal Engines

Game Night

Cinquante nuances plus claires

Et les films qui m’ont marquée pour diverses raisons.

La romance homosexuelle dans laquelle tout le monde s’identifie :

Call me by your name

L’amour même à 70 ans :

L’échappée belle

La mère forte qui veut rendre justice à sa fille :

3 Billboards

Les comédies françaises de haut niveau :

Tout le monde debout

Le Grand Bain

Mauvaises herbes

Bécassine !

Je ne suis pas un homme facile

Le film français chou comme tout :

Pupille

Les petits films français qui ne payent pas de mine, mais très sympathiques :

Les étoiles restantes

L’amour flou

Roulez jeunesse

Le film qui fait danser :

Bohemian Rhapsody

Le petit film danois original :

The Guilty

Le film bourré de références pour les amateurs des années 80 :

Ready Player One

Le western pas comme les autres :

Hostiles

Pour les amis des bêtes et des chiens :

L’île aux chiens

Le film de super-héros qui secoue un peu le cocotier :

Avengers 4 – Première partie

Les films venus de nulle part et qui furent une bonne surprise :

Extinction

Upgrade

Une histoire d’androïdes et d’intelligence artificielle :

Zoe

Le documentaire qui vous révèle l’existence d’une grande dame :

RBG

Le film d’animation (avec beaucoup de cris dedans) :

Yéti et Cie

La bourgade anglaise touchante qui plonge dans les livres :

The Bookshop

Le film qui donne du galon à Lady Gaga :

A star is born

Hors catégorie

Les films chiants :

Lady Bird

Plaire, aimer et courir vite

La grosse déception :

Les animaux fantastiques 2

Le super-héros mi-figue, mi-raisin :

Aquaman

Un raccourci dans le temps

Un très très long raccourci !

Un raccourci dans le tempsJe crois que Disney n’a pas tout à fait compris la notion de « Raccourci » dans le temps avec son nouveau film. Ce 100% pur jus Mickey, tiré du livre du même nom, est mignon. On vient pour faire sortir notre âme d’enfant, rangée bien au fond de notre triste quotidien. C’est magique, ça scintille dans tous les sens, c’est coloré, les costumes et maquillages des dames sont beaux (là c’est la fille au fond de moi qui parle). Et puis ça s’arrête là malheureusement. On n’ira pas voir Un raccourci dans le temps pour son histoire dont il manque quelques menues explications parfois. On n’ira pas non plus pour ses acteurs : Chris Pine passe encore dans son rôle de gentil papa, Gugu Mbatha-Raw est une maman correcte, le jeune Deric McCabe sort son épingle du jeu dans le rôle du petit frère. L’héroïne joue particulièrement mal, les trois dames sont bien belles, mais bon, c’est comme interpréter trois sages, on n’a pas besoin d’en demander beaucoup. Les blagues de Reese Witherspoon tombent souvent à l’eau, (mention spéciale pour sa première et sa « majestueuse » sortie de la maison… Ridicule), quant à Oprah Winfrey, on a juste l’impression que c’est une mise en avant de son ego, enfin de la taille de son ego.

Alors c’est mimi, c’est coloré comme je disais, toutefois les effets spéciaux sautent aux yeux ou à la gorge, tout dépend du point de vue. Les fonds verts sont relativement présents, c’est dommage puisque les décors sont jolis. Pas grand chose à sauver d’Un Raccourci dans le temps, la magie à la rigueur et le petit frère. Il plaira à la naïveté de vos jeunes enfants et les adolescents trouveront ça probablement ridicule, comme les adultes.

Un téléfilm de Noël en plein Mars !

Sortie en salles le 14 Mars 2017.

by missbobby