3 Billboards

3 Billboards : la puissance d’un film avec 3 panneaux !

3 BillboardsJ’avais très envie de voir 3 Billboards, la bande-annonce « rentre-dedans » m’avait bien plu, cette femme, Mildred, incarnée par Frances McDormand, envoyait la patate. Le côté cash m’avait conquise.

Et je n’ai pas été déçue ! 3 Billboards nous fait démarrer l’année cinématographique sur les chapeaux de roue avec un scénario d’une acidité et d’une noirceur à vous en faire brûler l’estomac de rire ! Car ne vous y méprenez pas, ce film est une comédie… très noire, emmenée par une Frances McDormand éclatante de talent et de seconds rôles (Woody Harrelson et Sam Rockwell) qui le sont tout autant. Tout le film est porté par la puissance phénoménale de l’actrice, la force de cette mère à jamais blessée par le meurtre non résolu de sa fille, qui a enfoui son chagrin au fin fond d’elle-même pour le faire ressortir en une boule de force et de colère. Le tout recraché avec humour. Splendide !

3 Billboards, les panneaux de la vengeance est une dramédie, dans le sens le plus sombre du terme. On rit par la franchise coup de poing et non censurée de Mildred, envoyant valser poésie et autre formule de politesse pour ne garder que l’essence même de sa blessure : des mots directs, froids, sans concession, francs et carrés. Et on rit de ses insultes pleines de non grâce, on rit avec une peine immense pour cette femme, on rit de cette rage acide. On rit… en étant aussi meurtri qu’elle par cette injustice, par ces questions sans réponses, par cette perte abominable. On supporte Mildred, son combat, son côté « brut de décoffrage », ses affronts, sa spontanéité, sa puissance qui a pris le dessus sur sa peur.

Martin McDonagh signe avec 3 Billboards un magnifique film, au rythme posé et qui laisse exploser tant d’émotions, tant de sujets. Parce qu’au-delà de l’histoire de cette femme, il y a cette Amérique raciste, homophobe, un peu bas de plafond. On aurait pu facilement tomber dans la facilité de ces clichés tant revus et rabâchés de l’Amérique profonde, de ces personnages stéréotypés, et pourtant ! On nous laisse croire que l’on nous mène gentiment dedans, pour mieux nous en sortir et nous coller dans la tronche d’autres raisonnements bien plus alambiqués.

3 Billboards, les panneaux de la vengeance c’est le film à ne pas manquer en ce début d’année si vous avez envie de vous faire un plaisir non dissimulé !

Sortie en salles le 17 Janvier 2018.

by missbobby
Miss Bobby_True Detective

Miss Bobby_True DetectiveJ’ai une bonne nouvelle et une très bonne nouvelle. Je commence par quoi ?

La bonne nouvelle est dans le titre : concours True Detective. Ce qui m’amène à la très bonne nouvelle : 3 coffrets DVD de la saison 1 à vous faire gagner. Vous sautez de joie ?  C’est normal.

Je vous remets le court synopsis au cas où vous auriez vécu sur une autre planète le temps de la diffusion de cette superbe série :

La traque d’un tueur en série amorcée en 1995, à travers les enquêtes croisées et complémentaires de deux détectives, Rust Cohle et Martin Hart.

Sinon, vous pouvez aller lire ma critique de True Detective (pour ceux qui étaient vraiment sur autre planète).

Pour gagner ces coffrets, il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 25 juin pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

[Vous pouvez aussi me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD et sur Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD]



by missbobby
Miss Bobby_True Detective

Miss Bobby_True DetectiveAllez comprendre pourquoi, les grosses séries qui cartonnent je les commence une fois que tout le monde les a vues. L’adage ne se vérifie pas pour toutes (je pense notamment à Dexter, House, Les Sopranos), mais il fonctionne très bien avec Person of Interest, Game of Thrones et maintenant True Detective (nouveauté pour celle-là, je n’avais que la première saison à rattraper).

À l’heure où j’écris ces mots, il me reste les deux derniers épisodes à regarder. Je me les garde quand j’aurai le temps de les enfiler d’affilée. Celui qui me divulgue la fin, je lui jette un sort sur plusieurs générations (un peu dans la même veine que Maléfique).

Maintenant que vous me connaissez, que vous avez lu avec assiduité ma critique de Mea Culpa, pas la peine que je vous répète que les polars ce n’est pas mon truc (donc je vous l’ai quand même répété. De rien !).

True Detective -> série policière -> polar

À priori, ce n’était pas pour moi, toutefois, à force d’entendre partout à quel point cette série était géniale, ma curiosité a prit le dessus et j’ai cédé. Je suis faible.

Verdict :

Une fois habituée au côté glauque (on m’avait prévenue), à cette ambiance moite de la Louisiane, à cet accent typique de l’Amérique profonde (très distinctive dans un autre True : Blood), on se rend vite compte que la série est bien plus que policière, elle est aussi psychologique. La narration est déconstruite tout en étant facile à suivre, l’histoire est beaucoup plus complexe qu’elle n’y paraît (heureusement sinon il n’y aurait que deux épisodes au lieu de huit), remettant en cause les acquis des personnages, mais aussi les nôtres (ça j’aime bien, vous n’en savez pas plus que les personnages). La réalisation est digne d’un long-métrage, très travaillée aussi bien la photographie, que la chronologie ou encore les choix des plans (l’épisode quatre par exemple). Et enfin, le gros morceau qui rend True Detective si particulière et exceptionnelle : ses acteurs. Deux pointures du cinéma qui nous font l’honneur du petit écran. Waouh ! C’est fou comme certains acteurs, en prenant de la bouteille, développent un talent incroyable. J’avais quelques maigres aprioris concernant Woody Harrelson et je pense que ses choix cinématographiques n’y étaient pas pour rien. Quant à Matthew McConaughey qui nous fait un retour en force ces dernière années (en montrant qu’il en a dans son pantalon en choisissant des rôles complexes et qui demandent souvent une métamorphose) ne déroge pas à la règle dans la série en nous en mettant plein la vue pour notre plus grand plaisir. Il est splendide, jamais dans le surjeu.

Je récapitule :

– histoire complexe

– réalisation soignée

– la crème des acteurs

Que demander de plus ? Vous savez ce qu’il vous reste à faire. S’ajoute à cela cette liste de bonus généreuse :

– La création de True Detective

– Auprès de Matthew McConaughey et Woody Harrelson

– Conversation avec Nic Pizzolatto et T Bone Burnett

– Coulisses de l’épisode

– Deux commentaires audio

– Scènes coupées

Chanceux comme vous êtes, je vous annonce que vous n’aurez pas attendre longtemps pour vous procurer le coffret de la saison 1, puisqu’il sort le 11 juin, soit demain ! Ou alors, vous pourrez tenter votre chance sur le concours que je vais mettre en ligne…

by missbobby