Person of interest

Miss Bobby_Person of Interest

Oui, j’avoue non sans une petite honte : il y a des séries que je découvre plus tardivement, après quelques saisons. Voilà, c’est dit !

K. m’avait prêté son disque externe et en ayant entendu beaucoup parlé, je lui ai piqué la première saison de Person of Interest. Malheureusement pour moi, je vois ma quête de regarder moins de séries s’éloigner de plus en plus.

Déjà le concept de Person of Interest est génial : anticiper les crimes. Alors non, ce n’est pas Minority Report. L’action ne se situe pas dans le futur. C’est une machine qui donne des numéros de sécurité sociale, le truc, c’est que les personnages ne savent jamais si la personne sera la victime ou l’auteur du crime. Et les spectateurs non plus.

C’est bien ficelé, un même épisode peut subir plusieurs rebondissements. J’aime l’organisation : Harold Finch, le patron, génie, millionnaire qui a créé la machine joué par le méchant de Lost, Michael Emerson que je ne pouvais pas piffer et qui a largement redoré son blason. Génie qui regorge de mystères, de secrets et pour lequel on se prend d’une certaine sympathie, faut dire que son brin téméraire parfois et son regard de petit caniche font qu’on a envie de le protéger, lui et sa bonne cause. C’est lui qui délivre les numéros, qui hacke les ordinateurs, enfin c’est le super cerveau quoi !

Et il y a son acolyte, LA touche qui fait que je suis accro à cette série, qui fait qu’au moindre rictus je fonds tel un Mister Freeze oublié sur un banc. Autant j’aime Jim Caviezel, l’acteur et son charisme, autant j’adore le personnage de John Reese : calme olympien, une confiance à faire pâlir Bruce Willis et une certaine sensibilité qui émerge parfois derrière la fausse froideur. Ancien de la CIA, c’est lui qui va sauver la veuve et l’orphelin, à renfort de coups bien placés, de phrases bien senties et de son air nonchalant.

J’ai fini les deux derniers épisodes de la seconde saison il y a peu de temps, maintenant, je ronge mon frein en regardant Suits (Harvey Specter – Gabriel Macht, miam), en attendant la troisième saison à la rentrée.

Vous allez définitivement adorer Person of Interest, je ne me suis jamais ennuyée.

Miss Bobby_Jim Caviezel

Salut Chim !

Rendez-vous sur Hellocoton !

3 commentaires

  1. Même ressentis pour ma pars . Étant donner que Person of Interest est produit par J.J. Abrams – également créateur de la série emblématique Lost – j’ai tendance à comparer les deux séries pour leur première saison . L’une comme l’autre déballe leur pitch sur une idée original , pas très compliqué et ce qui séduit et donc met presque tout le monde d’accord . On pourrai croire que les choses finirons bien à un moment donner par ce ralentir , qu’à force de tourner autour du même schémas narratif à chaque épisodes ( bien que toujours différents les uns des autres ) la série serai bâclé à la fin de la seconde saison … mais non !

    Là où je compare ces deux séries c’est sur leur simplicité de point de départ , puis plus on creuse , plus on s’aperçoit que c’est bien plus vaste et complexe que ça , et dieu seul le sais combien j’adore ça !
    Un point dont je ne suis pas d’accord avec vous c’est sur le personnage de Michael Emerson , ce type était génial dans Lost et le revoilà dans un rôle qui nous rappelle le Benjamin Linus de la saison 2 et 3 de Lost , ce gars manipulateur , sur de lui et qui semble connaître tellement de choses ( et que j’admirais , ou du moins aimais écouter ) , et avec Finch ( qui pour le coups lui donne de vrais aire de caniche vous n’avez pas tors ^^ ) c’est la grande réincarnation , sauf que là , on veut l’aimer , on veut l’écouter , ce qui était un peux aussi le cas dans Lost mais avec un rapport plus structurer dans la méfiance évidemment .

    • Je trouve que la série réussit le pari de se renouveler à chaque saison, de complexifier l’histoire et de relancer le suspense. Je trouve ça très fort. Et Michael Emerson est vraiment attachant, je l’apprécie beaucoup dans ce rôle. Et puis Jim… <3
      J’espère qu’elle ne fera pas comme Lost en perdant ses spectateurs et en en répondant pas à toutes les questions.

      • Exactement .
        Oui c’était le bémol de Lost , mais je pense qu’elle a voulu laisser subsister quelques questions dans le but de laisser philosopher les plus rêveur d’entre nous 😉 c’est bien aussi de laisser libre recourt à notre imagination , ne pas tout donner tout crus dans la bouche , vous ne trouvez pas ? Moi j’aime ce genre d’histoire .

Répondre

Votre adresse email ne sera pas publiée. Required fields are marked *

*

Scroll To Top