Ca change de voir Jake Gyllenhaal dans un rôle tout en fantaisie, muscles, cascades et cheveux mi-longs. J’ai toujours bien aimé ce type depuis que je l’ai découvert dans le Jour d’Après (je sais que ce n’est pas son premier film). Autant, il y a plein d’acteurs que je trouve canons, autant lui, il m’a toujours inspiré cette bonne sensation, celle du vrai chéri qu’on que j’aimerai avoir, celui qui à l’air sympa, drôle, avec qui on peut faire plein de choses et avec qui on se sent bien. Le gendre idéal (ça se trouve c’est un vrai bougre de pacotille).

« Jake, if you read (and understand) these French words, I’m single, pretty smart and funny* ». Oui, l’espoir est une sacrée blague inventée pour les plus dépressifs d’entre nous. On fait rire comme on peut !

Bref, Prince of Persia. Pour ceux qui ne connaissent pas, c’est un jeu vidéo, vieux qui plus est, car je me rappelle y avoir joué il y a lonnnnnngtemps, quand il était encore en 2D avec des graphismes qui n’avaient pas connu la crise technologie. En plus, j’ai arrêté d’y jouer avec les Sables du Temps (les choses sont bien faites quand même) et ça date aussi, parce que je ne me souviens plus de l’histoire. Toutefois, je me rappelle être restée coincée dans un combat sans fin (encerclé d’ailleurs) où même la dague ne pouvait plus rien pour moi.

Je ne vous ai pas dit que j’aime les jeux vidéo ?

Pour le coup, basiquement, à savoir les prouesses gymnastiques de notre joli prince, rien à dire. Pareil que le jeu : c’est un Lara Croft au masculin, qui saute partout, aucun fossé, ni obstacle ne lui résiste.

Grâce à mon bon ami jeuxvideo.com, je me suis replongée dans l’histoire (noté 19/20, c’est vrai qu’il était bon, pour les amateurs de la première heure) et là, ça se gâte :

          Le prince, c’est bon

          La princesse, aussi

          Le vizir, ouais, on va dire ça comme ça

          Le déroulement du scénario, argh, ça coince

Il y a les Sables du Temps, le sablier et la dague, pas forcément dans le bon ordre. L’histoire originelle veut qu’il doit parcourir le palais de fond en comble pour récupérer les Sables éparpillés un peu partout et qui transforment les occupants en des trucs pas très beaux à voir (grosso modo).

Heureusement que le film ne se passe pas que dans le palais…

Au cinéma, Dastan (moi qui croyais qu’il s’appelait juste « le prince ») récupère la dague, est accusé de meurtre et fuit accompagné de la donzelle (grosso…).

Ce n’est pas le film du siècle, MAIS :

          Les effets spéciaux sont bons

          Jake Gyllenhall est à croquer

          C’est un bon divertissement

          On ne s’ennuie pas

          Jake Gyllenhaal est à croquer (ah je l’ai déjà dit ? Vous en êtes sûrs ?)

          La jeune Gemma Arterton est plutôt sexy je dois dire

          Il n’y a pas de longueurs

          Ça reste gentillet, n’oublions pas, c’est du Disney

J’ai dénoté une population à tendance masculine dans la salle. Je me demande bien pourquoi, tiens !

Profitez-en pour aller le voir durant la fête du cinéma !

PS : Pour les plus entraînés, j’ai vu une petite référence (je ne sais pas si c’est fait exprès ou pas) à Assassin’s Creed : Dastan, debout sur une poutre, panorama de la ville, puis saut de l’ange. Ça ne vous rappelle pas quelque chose ou c’est moi qui ai des hallucinations ?

*« Jake, si tu lis (et comprends) ces mots, je suis célibataire, plutôt intelligente et drôle »

N.B. : je change actuellement le blog d’hébergeur, d’où les quelques problèmes techniques.

30 mai 2010

0 Replies to “Prince of Persia”

  1. Love et autres Drogues says: 6 janvier 2011 at 16:41

    […] dans un rôle léger, comique et amoureux, à l’opposé des films qu’il a pu jouer (idem pour Prince of Persia), je ne pouvais pas passer à côté. Et je ne vous mentionne pas les différents plans où l’on […]

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*