Ce soir, je déconnais avec la Meilleure sur deux titres de films qui vont sortir : Saw 6 et Saw 7 ! Vous avouerez que c’est drôle, surtout pour du gore. Avec cette saga, me revient toujours cette question : pourquoi ? On m’a convaincue tant bien que mal d’aller voir Saw 3 lors de sa sortie : « mais j’aime pas les films d’horreuuuuureu ! » « tu verras, c’est pas trop gore ». Mmmhhh… arrivée devant le guichet, je vois écrit « Saw 3, interdit au moins de 18 ans ». Euh…comment ça interdit au moins de 18 ans ?! Les gars ? C’est une blague ? La vache ! J’en ai bavé avec ce film, j’ai failli faire une syncope. J’ai voulu sortir de la salle (chose que j’aurais dû faire) mais on m’a demandé de rester, on m’a prêté un lecteur MP3 dans lequel j’ai mis le volume au plus fort pour ne plus entendre les cris et j’ai fermé les yeux. Quand je vous dis que je ne supporte pas l’horreur, y a une raison ! Le mieux que j’ai pu faire c’est les Scream et Souviens-toi l’été dernier. C’est tout.

Pour en revenir à mon interrogation sur la saucisse et la saussette : pourquoi les gens vont voir ce genre de film ? Où les scénaristes puisent-ils leurs idées ? À quoi ça sert ? Quelle est la satisfaction ?

Je vous remets dans le contexte : le Tueur au Puzzle aime faire souffrir (ça, on avait bien compris), mais il a la particularité de fabriquer des mécanismes abracadabrantesques pour piéger ses victimes. En gros, soit vous vous libérez, soit vous mourrez. Mais vous n’en sortez pas indemne ou un choix s’impose à vous. C’est selon. Évidemment, le 3, celui que j’ai vu, c’était la protégée du Tueur qui sévissait et sa devise n’était pas la même : tu meurs ou tu meurs. Au moins, ce n’est pas compliqué et c’est radical.

Ce que je n’assimile toujours pas, c’est que dans le peu que j’ai vu et les questions que j’ai posées après, il n’y a pas d’histoire. C’est de la torture pure et dure, de la boucherie de bas étage (existe-t-il une boucherie de luxe ?). Je ne vois absolument pas l‘intérêt. Et j’aimerai vraiment que l’on m’explique ce qui pousse le spectateur à aller s’asseoir dans un fauteuil pour regarder un enchainement de massacres plus machiavéliques les uns que les autres. Comment les scénaristes (et les réalisateurs, faut être deux dans l’histoire) peuvent-ils pondre des trucs pareil (j’allais dire merde, mais je me suis retenue) ? Parce qu’à mon avis, ils ne sont pas nets pour aller chercher ce genre de concepts.

Si quelqu’un à la réponse, je suis preneuse. J’attends vos lumières chers lecteurs !

PS : j’ai cherché une image pas dégoûtante à vous mettre du film (sans pour autant mettre une affiche toute aussi ragoûtante), pas facile. Du coup, j’ai préféré l’humour, qui me convient mieux !

30 août 2009

0 Replies to “Saucisse d’horreur”

  1. Mike says: 30 août 2009 at 00:42

    Bah pour les idées c’est pas trop dur pour trouver les idées de sadisme, ça fait parti de la nature humaine aprés imagination 😀

    Mais bon j’ai jamais vu les Saw, pourtant j’aime bien les films d’horreur, mais là je trouve que c’est juste faire du gore pour dire de faire de l’horreur…

    1. Bobby says: 30 août 2009 at 00:53

      Je suis contente de ne pas être la seule!

  2. mempamal says: 30 août 2009 at 04:34

    Moi non plus je ne suis pas fan de ce genre de cruauté gratuite.
    ca ne me dérange pas de voir des histoire de zombies et autre créatures maléfiques tant que ca touche le surnaturel.
    Pareil dans les jeux vidéo je n’aime pas ce jeux ou l’on butte des gens alors qu’un Doom ou un Dead Space ne me géne pas au moins j’ai du plaisir a avoir les jettons.
    la on ne parle que de tueries et autres tortures sans nom, bien troop banalisées par les experts et autres profilers FBI portés disparus et ésprits criminels.
    a force de voir du cadavre mutilé entre la salade composée et les cotéléttes de porc.
    de voir des médecins légistes a moitié ravagés par l’acool et qui discuttent avec les cadavres comme si on était au salon de thé.
    des femmes mortes entiérement dénudées comme des oeuvres d’art. moi ca me gave a force.
    je suis loin d’etre une petite nature.
    Mais trop c’ trop je fais une allérgie au séries mondialoeuropéanoaméricaines qui parlent de tueurs en séries et qui donent des idées qui auront tou le temps de germer dans les petites tétes blondes qui se lassent de torturer les pigeons et les chats ou les chiens abandonés.

  3. A says: 31 août 2009 at 01:30

    Comme la plupart de ceux qui ont réagi à cet article, je ne suis pas fan du genre « gore ». L’horreur, pourquoi pas, quand c’est fait avec bon goût, ou alors carrément en série B, décalé.
    J’ai un léger problème quand le scénario se veut « réaliste ».
    D’abord parce qu’effectivement, je crois que ça peut influencer certaines personnes dont le raisonnement n’est pas des plus équilibré. Que ça soit des gens complètement désaxés ou des petits cons à la recherche de sensations fortes ou quelque chose dans le genre.
    Après, on peut me sortir un argument que j’utilise fréquemment, le cinéma n’est pas là pour former les gens. Leurs parents sont là pour ça. Mais bon…
    Sinon, même si, pour moi, le cinéma est avant tout un divertissement, je ne suis pas contre le fait de ressortir et avoir un petit plus dans mon esprit/cerveau… Et c’est rarement (jamais?) le cas, après avoir vu un film d’horreur. Au contraire, j’ai plus l’impression que ça me crame des neurones, tellement c’est souvent très idiot et illogique.
    Après, c’est vrai, je conçois qu’avec ce type d’idée je rate probablement des perles du cinéma, mais j’évite aussi pas mal de navets…

  4. MG says: 31 août 2009 at 12:37

    Huhu,

    Voila un article et des réactions fort bien intéressante.

    Je n’aime pas du tout la franchise Saw.

    Pour le coup, cette franchise sauf peu être pour les derniers (j’ai vu que le 1,2et 3)… N’est pas dut tout un film « gore ».
    Le style gore est codifier par des visuel très spécifique. (le plus classique est la  » pluie de sang » on coupe un bras un membre et des hectolitre de sang sont déversé).
    Et pour le coup malgré le grand sadisme du Jigsaw killer… La réalisation n’a rien de gore, juste la prétention (de l’être).

    En suite, Saw est plus proche d’un film à suspense… Et la pour le coup c’est complétement raté. Je me souviens de la fin du 1er film dont personne ne se souvient tellement (elle est pourrave)… Le super flic court à travers la ville pour aller sauver la fille qui va mourir dans quelques secondes. La normalement, nous spectateur on devrait être scotcher et se dire  » mon dieu court Forest tu peux y arriver « .
    Au lieu de ça, je me souviens parfaitement de ma réaction dans la salle: Je me faisais chier.

    Certes les genres comme les couleurs ca se discute, ca se mélange aussi… Mais cette franchise à toujours le cul entre plusieurs chaises sans jamais en assumer une seule.

    Ce qui m’énerve, c’est que ce genre de film fait du tord à un style noble du cinéma : Le style Gore.
    Ce style n’a rien de débile, ni de gratuit, ni de simpliste. Non, le gore est un des styles les plus intéressant car il porte toujours un regard précis sur la société. Il révèle ce que la société cache… Et pousse bien loin le principe de la Catharsis (Wikipedia est la).
    Pour beaucoup le gore ne plait pas, effraye, rebute, choque, repousse… Mais c’est la, ton son principe. Vous dégouter de ce qui vous entoure, mais qui injustement ne vous choque pas.

    Facile de dire  » ce film est atroce  » tout en continuant de regarder en mangeant sa salade les informations. Ceci n’est qu’un exemple parmi les milliers.

  5. Max says: 31 août 2009 at 14:20

    Et hop ! Bon allez moi aussi comme vous je ne suis pas fan de films « gore ». En revanche j’aime bien les films d’horreur, ceux qui sont bons, ceux qui vous donnent des frissons mais je dois avouer qu’il y en a très peu… et surtout de moins en moins. Personnellement, j’ai vu Saw, donc le premier de la saga… et je l’ai trouvé pas mal MAIS quand j’ai vu qu’il y avait tout une suite… j’ai dit « Non merci » ça va être connerie sur connerie… Après chacun ses goûts comme on dit… y’en a qui aime d’autre pas… mais je suis sur que la plupart des gens seront d’accord pour dire que ce n’est pas du grand cinéma.
    En revanche (et oui miss Bobby on ne dit pas « par contre » en langage écrit :D…moi aussi on m’en a fait la remarque… qd j’étais jeune et sur les bancs de l’école encore… ce qui ne date pas de si longtemps.. mais je m’éloigne du sujet là..). DONC, en revanche je ne suis pas d’accord sur la soi-disant « influence » de ces films sur des gens, sur l’incitation qu’il peut y avoir pour des esprits perturbés. Je crois que les meurtriers ou les psychopathes n’ont pas attendu l’existence du cinéma ou de la télévision pour commettre des crimes. Etre un meurtrier ou encore plus un psychopathe relève de mécanismes beaucoup plus complexes, souvent liés à l’enfance, l’environnement social etc… (sans que ce soit une excuse pour autant que l’on soit d’accord). Je rajouterais par ailleurs que la réalité dépasse souvent la fiction.. et que si inspiration il doit y avoir je pense qu’elle est dans ce sens.. que les réalisateurs s’inspirent simplement de la réalité.
    Dois-je vous rappeler tous les crimes horribles qui sont commis chaque jour ? Toutes les guerres atroces auxquelles nous ne sommes pas confrontés directement mais qui se déroulent à des milliers de kilomètres de chez nous. Et le pire dans tout ça, ce que nous révèle des guerres comme la 2nde Guerre mondiale ou celle du Rwanda (entre autres) c’est que chacun, je dis bien chacun d’entre nous, peut devenir un meurtrier par désinformation, haine de l’autre ou soif de pouvoir. Et c’est ça qui finalement fait le plus peur, au final les « psychopathes », ne représentent qu’une infime partie de la population. Mais les hommes dits « ordinaires » ne sont guère mieux. Ils ont été des millions à soutenir Hitler, Staline…. et bien d’autres… C’est ce que je crois Hannah Arendt a appelé  » la banalisation du mal ». Si vous voulez je pourrais vous donner quelques exemples cinématographiques 🙂 qui retracent ces quelques histoires, et ceux-là font beaucoup plus froid dans le dos que les films d’horreur ou gore.. car inspirés de faits réels…

  6. Mike says: 31 août 2009 at 20:36

    Je suis d’accord avec M.G, j’ai utilisé gore ici dans le sens que c’est trash en fait.

    Pour moi Hostel est bien mieux que Saw car il y a du suspense et y’a beaucoup de suggerés ce qui laisse une plus grande part à l’esprit que de montré l’oeil se faire arraché par exemple.

    Enfin bref c’est pas un chef d’oeuvre quoi 😀

  7. A says: 1 septembre 2009 at 01:27

    Wouaaaahh!!! J’adore ce truc.
    J’aime confronter les idées et tout ça… Et, pour le coup, je m’incline face à des gens qui m’ont l’air vachement calés.
    Pas que je retourne ma chemise (j’ai passé trop de temps à la repasser), mais je sais reconnaître quand les arguments ont du poids.

    Par contre, je relève un petit truc sur lequel je ne suis pas tout à fait d’accord. La catharsis.

    Le théâtre tragique classique grecque cherchait à « purger les passions » des spectateur par des représentations symboliques. Et c’est ce qui manque: la purgation des passions et la symbolique.

    Comme je l’évoquais avant, je ne suis fan ni du gore ni de genre « horreur ». Mais j’ai testé l’un et l’autre. Peut-être pas les meilleurs, mais jamais je n’ai senti que mes passions étaient purgées (au contraire, après un truc comme ça c’est adrénaline et compagnie) et j’ai rarement ressenti la symbolique de ce que j’avais vu (j’y suis peut-être hermétique….). Certes, si on plonge dans la branlette pseudo psychologique, on peut aller loin…. Oui, il a utilisé un pieu pour lui crever les yeux: représentation phallique ; ou alors « oui, il l’a pendu d’un arbre »: l’arbre, un symbole du père… BLABLABLA… Mais, en général c’est assez peu recherché (du moins, dans ce que j’ai vu).
    Le truc, c’est que la catharsis classique se devait d’être assez simple. D’où des pièces avec des Dieux et des personnages assez caricaturaux.

    Je me trompe peut-être… Qui voudra apporter de l’eau à mon moulin???

  8. MG says: 1 septembre 2009 at 23:12

    Ben pour le coup…

    Le mec est méchant, il a faim, il la butte avec un objet du quotidien et il la bouffe…

    Je vois pas plus simple justement.

  9. A says: 2 septembre 2009 at 21:06

    Simple ne veut pas dire simpliste….

  10. MG says: 5 septembre 2009 at 23:43

    vive la masturbation intellectuel en somme…

Laisser un commentaire

Your email address will not be published.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*