Voici la fin de mon roman Placebien. Eh oui. Je suis un peu triste, car je revivais l’événement en même temps que je vous le racontais et ça me plaisait bien.

Alors le concert… J’ai un avis mitigé. Bien sûr, ce concert était sous le signe de Battle for the Sun (apparemment, sur le net, un mec a dit qu’il avait été voir leur concert en n’aimant pas leur dernier opus et donc, qu’il avait été déçu… euhm… comment lui dire ? Il s’attendait à ce qu’ils chantent en priorité Meds ou un autre album ?!), entrecoupé de Bitter End, Special K, Special Needs, Meds, Because I want you, Taste in Men (aaaaahhhhh Taste in Men…), Every You and Every Me, Twenty Years, j’en passe et des meilleures.

En premier lieu, j’ai été ému par certaines chansons Devil in the Details (bien que l’on entende mieux les chœurs en studio), Speak in Tongues m’a fait monter les larmes, Twenty Years, Bright Lights (magnifique avec ce jeu d’images en arrière-plan). Sauf que ce sont les titres en eux-mêmes qui me bouleversent et pas forcément leur interprétation qui manquait cruellement d’émotions. Merci à qui ? On se le demande hein !

Le son était plutôt mauvais, trop fort, mais apparemment ce sont les Zéniths qui sont configurés de la sorte. Point de vue performance, je n’ai rien trouvé à redire musicalement (je garde le paragraphe sur notre chanteur favori pour la fin). Gros coup de cœur pour Steve, le nouveau batteur : quelle puissance, très concentré, très bon niveau. Au moment des rappels, ultra souriant (je l’ai toujours vu comme ça sur les vidéos), les yeux qui pétillent, on sent qu’il est content d’être là. J’espère qu’il restera humble. Stefan, aaahhh le grand Stef’, vêtu de son costume flamboyant. Sérieux le jeune homme, très pro, qui se lâche, sourit et devient généreux avec le public. Égal à lui-même et ça, on aime !

Pour Brian… Je vais consacrer un passage entier, tête à claques oblige ! Cette prestation aurait plus déchiré grave (comme disent les djeuns) si Molko avait décidé de faire un effort, merde ! Monsieur a joué sa rock star, même pas bonjour, ni au revoir, quelques merci jetés à droite et à gauche, une remontrance pour la bagarre qui sévissait sous ses yeux (c’est le côté paternel qui est ressorti), puis un charmant « au moins vous connaissez mon nom » très cynique, et puis c’est tout ! Super sympa n’est-ce pas ?! Il avait l’air absent, je-m’en-foutiste, hautain, pas concentré. Était-ce le stress ? Je ne sais pas. Ce fut ma déception du show, le truc qui a gâché tout le reste. Il n’a pas fait passer les émotions. Je vous avouerai que j’étais très excitée par ce concert, ayant regardé beaucoup de vidéos de leur tournée des festivals cet été, constatant la bonne humeur du chanteur, son sourire. Bref, fausse joie.

Mais Placebo reste Placebo, une musicalité à faire fondre la banquise, une originalité sans cesse renouvelée. À ceux qui me diront que Battle for the Sun est nul, je leur répondrai d’une part, chacun ses goûts et lisez les magazines, internet, etc. Et d’autre part, nous sommes presque unanimes quant à la qualité de cet album. Ce groupe remuera toujours les opinions, ou tout noir ou tout blanc. À vous de choisir votre camp, moi j’ai choisi le mien et ce n’est pas demain la veille que j’en changerai !

PS : il paraît que je serai de nouveau au dernier concert au Zenith ce soir… paraît-il…

PS bis : pour la version plus soft du concert que j’ai vécu, c’est sur Pixiel !

À bientôt pour de nouvelles aventures !

27 octobre 2009

0 Replies to “Placebo au Zenith – III”

  1. Marie says: 27 octobre 2009 at 14:46

    Quel que soit ton avis mitigé du concert puisque moi, Placébo connais pas, tes photos sont très pro et ta chronique intéressante comme toutes les autres d’ailleurs.

    A bientôt Miss Bobby pour tes nouvelles aventures

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*