The bold type

The bold type

Femmes d’aujourd’hui

Un midi avec mon déjeuner, je cherchais une nouvelle série à regarder sur le replay de ma télé, pas très motivée à commencer la saison de Future Man (trois épisodes vus depuis et j’ai beaucoup de mal, déjà que la saison 1 faisait passer le temps et ça s’arrêtait là), je tombe par mégarde sur The Bold Type diffusée par Téva. Le nom me parlait, mais pas du tout l’histoire. Je lis le synopsis :

Les aventures personnelles et professionnelles de Jane, Kat, et Sutton, trois amies new-yorkaises qui réalisent leur rêve en travaillant pour Scarlet, un magazine féminin à succès. Mais alors qu’elles tentent de trouver leur place au sein de cet univers glamour et sans pitié, elles vont aussi devoir s’accomplir en tant que jeunes femmes, entre histoires d’amour, trahisons, et dictat des réseaux sociaux.

Inspiré de la vie de Joanna Coles, ex-rédactrice en chef de Cosmopolitan.

Absolument rien d’engageant. Ma première réaction fut « ça sent à plein nez le Diable s’habille en Prada », ça va être hyper gnangnan. Tant pis, cela fera l’affaire pour mon déjeuner du jour qui refroidit !

Arrive la fin du pilote, ma dernière fourchette engloutie depuis un moment, je prends un instant pour avoir une petite conversation/interrogation avec moi-même : « Dis donc ?! C’est pas du tout ce à quoi je m’attendais ! », me dis-je, toute surprise. J’ai enchaîné avec une analyse de ce que j’ai vu, laissant planer un léger doute sur le potentiel de la série. Ma curiosité a tiqué, j’ai donc regardé le second épisode quelques jours plus tard (ou le lendemain, je ne sais plus et on s’en fiche) histoire d’être sûre de la qualité que cache The Bold Type – De celles qui osent.

Le couperet tombe : C’est GE-NIAL ! Le Diable peut aller se rhabiller chez Prada et y rester, rien avoir ou presque ici !

C’est donc aujourd’hui, après avoir terminé la saison 2 hier et attendant avec beaucoup d’impatience la saison 3 (le 09 Avril 2019 sur Freeform) que je viens vous compter fleurette et vous vanter les mérites de cette série féminine, féministe, engagée et engageante. Voilà comme c’est construit :

Chaque épisode dure 45 minutes et chaque saison compte 10 épisodes (trop peu). Les épisodes prennent toujours un thème d’actualité, en général féminin et important : les gros problèmes de santé tel que le cancer du sein, devenir lesbienne alors qu’on se croyait hétéro pure souche, faire face au viol, comment construire sa carrière dans un magazine féminin dans divers corps de métier (journalisme, digital, stylisme, directrice de magazine…), affronter ses peurs, assumer son corps et ses convictions, prendre des risques, se battre contre le patriarcat, etc, etc.

Ce sont des sujets à la fois très personnels puisque chacun des personnages féminins a vécu ou est en train de vivre l’un des thèmes.  C’est vrai qu’à première vue, trois nanas qui bossent dans un magazine, bien maquillées, bien coiffées, bien habillées et bien gaulées, ça partait mal. Toutefois, elles ont toutes des caractères différents, des histoires différentes et développées, elles ne sont pas du tout idiotes, au contraire. On apprend petit à petit à laisser l’apparence de côté pour s’intéresser très vite au contenu. Et c’est passionnant ! S’ajoute à cela une patronne qui aurait pu être autoritaire, snob et hautaine (à l’image justement de Meryl Streep dans le Diable) et bien pas du tout : certes elle a beaucoup de caractère – et il en faut pour diriger un magazine – néanmoins, c’est une patronne sensible, attentionnée, proche de ses employés et à l’écoute. J’ai vraiment eu un gros coup de cœur pour ce personnage fort et doux à la fois, très belle, élégante et charismatique.

Je vous rassure, il y aussi des personnages masculins… secondaires, qui vont apporter leur lot de réflexions toujours en rapport avec les protagonistes. Tout ne tourne pas autour d’eux, je le précise et j’ai trouvé que les prises de tête que peuvent avoir les filles sur les hommes sont toutes en adéquation avec ce que peuvent vivre les femmes dans la réalité (que celles qui n’ont jamais eu leurs pensées obstruées par un homme ou une femme me jettent la première pierre). Eux aussi sont très très loin d’être laids.

The Bold Type – De celles qui osent est une série pour laquelle je n’attendais rien du tout et qui m’a vraiment beaucoup surprise par sa fraîcheur, ses sujets sérieux et en même temps, son petit côté léger pas désagréable. Elle se regarde très vite et elle est très actuelle.

A regarder sur Teva ou sur Amazon Prime (où les deux saisons sont disponibles).

by Miss Bobby

Vous êtes une fille ?

Vous adorez Sex and the City ?

Ce livre est fait pour vous (et pas du tout pour moi) !

Si pour vous Carrie Bradshaw n’a aucun secret, qu’à la simple évocation de Mister Big vous êtes toutes émoustillées, que le grand amour, les Manolos, les cosmo et le shopping à gogo vous font rêver, alors vous allez adorer lire ce dérivé de la série. Enfin, quand je dis « dérivé » ce n’est pas un bouquin sur la série, mais je trouve qu’il y ressemble beaucoup dans le concept.

Leigh, Adrianna et Emmy, trois… je vous le donne en mille, New-Yorkaises, trentenaires, qui se connaissent depuis des années ! Youhouh !

Leigh vit en couple, a la vie rêvée, parfaite, réglée comme du papier à musique, même trop. Presque éditrice senior, l’homme parfait, qui régit sa vie au millimètre près.

Adrianna (qui me fait penser à Eva Longoria dans sa description) est une bombe brésilienne qui enchaîne les aventures, qui vit de l’argent de ses parents aisés. Son leitmotiv : futilités, superficialité, shopping, bijoux et hommes.

Et enfin, Emmy, la gentille fille rêveuse qui contrairement à Adrianna, n’arrive pas à rester célibataire et enchaîne les relations amoureuses. À chaque homme qu’elle trouve séduisant, elle y voit le mariage et les enfants.

Bien évidemment, elles vont toutes changer de vie. Leur petite habitude est de se retrouver devant un verre (pas un cosmo). Si une se fait larguer, on organise une soirée filles pour lui remonter le moral.

Bref, le bouquin « girly » (je déteste ce mot) absolu. Je vous avouerai même que je vous fais un topo et que j’en suis qu’à la moitié. Je ne sais pas si j’aurais fini en temps et en heure avant de le rendre à la bibliothèque. Faut dire qu’il est tellement passionnant. Quand j’avais lu le résumé, je m’attendais plus à une histoire sur les mecs, comment trouver l’homme de sa vie, quels sont les goujats sur lesquels on peut tomber. Vous voyez le genre ? Bon, eh bien, j’en étais trèèèèèès loin.

S’il vous intéresse, Sexe, diamants et plus si affinités… a été écrit par Lauren Weisberger aux éditions Fleuve Noir, celle-là même qui a pondu le Diable s’habille en Prada (lui aussi, long à lire pour moi, mais je voulais un comparatif avec le film).

Au moins, j’aime bien la couverture !

by Miss Bobby