FF_HobbsAndShaw

Faites vrombir les muscles !

Premier spin-off de la saga Fast and Furious, Hobbs and Shaw débarque sur les écrans blindé de testostérone et de nitro pour un cocktail explosif.

S’arrêteront-ils un jour ? Jusqu’à quel point peut-on repousser les limites ? Jusqu’à quand le public sera-t-il présent ? Dans 30 ans, verra-t-on un Fast and Furious avec Vin Diesel en fauteuil roulant monté à la nitro ? Comme disait Coluche avec sa blague du Belge « tant que je gagne, je joue !« . La vraie question : est-ce que Hobbs and Shaw vont-ils aussi bien marcher ?

Dans la série des FF, je voudrais un flic qui retourne sa veste, mais pas vraiment et un traître qui trahit son frère, mais pas vraiment. Ce qui est bien dans cette saga, on peut un coup jouer les méchants et le volet d’après être copain comme cochon avec tout le monde ! Rien n’est gravé dans le bitume. Donc on prend un duo à première vue improbable parce qu’ils se détestent et justement pour cette raison, on en fait un film. Bonne ou mauvaise idée ? Plutôt mi-figue, mi-raisin.

Côté figue : on garde l’essence même de la saga, à savoir bourrine à souhait, on va toujours plus loin (plus fort, plus vite). Plus c’est grotesque, plus c’est impensable, plus c’est bon ! On est pas mal là-dessus. Le personnage féminin joué par la charmante Vanessa Kirby n’entre pas dans la catégorie écervelée qui court en talons. Et le méchant sous les traits d’Idris Elba (et sa super moto qui fait rêver) est loin d’être un mec facile à abattre. Le duo marche relativement bien, mais…

Côté raisin : c’est poussif ! Beaucoup trop poussif. Le charme opérait dans la saga car ils s’envoyaient des vannes au compte-gouttes, bien senties, bien placées et bien écrites. Là, c’est tout l’inverse. Le film va chercher la vanne pour essayer de faire rire, elles sont ridicules, pas amusantes pour un sou, le principe est même étiré au possible dans certaines séquences avec des gros plans. C’est gênant et du niveau collège. À ce point, vaut mieux redoubler que de passer en classe suivante ! Hobbs and Shaw est trop long, donne mal à la tête avec des scènes d’action à en perdre tout repère (qui fait quoi et comment, on ne pige plus rien parfois). Deux acteurs passent une tête dans le film, prétexte pour lancer l’histoire pour l’un (je ne dirais pas qui, mais il est agaçant au possible, même si d’habitude je le trouve sympathique), et l’autre est inutile (en plus d’être déjà énervant en temps normal).

Loin d’être un mauvais film d’action jouissif, Fast & Furious : Hobbs & Shaw casse bien la baraque pour cet été à gros renfort de cassage de voiture, de muscles et de coup de tatanes Statham. Personnellement, je verrais bien un autre spin-off sur la famille Shaw, ça serait plus fun avec comme chef la mère (Helen Mirren).

Restez bien jusqu’à la toute fin du générique !

Sortie en salles le 08 Août 2019.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Blu-Ray John Wick

Miss Bobby_Blu-Ray John Wick Aaaaahh Keanu Reeves. On ne peut pas détester Keanu, ce n’est pas possible, même s’il fait des bouses, on lui pardonne tout. Faut dire qu’ils nous a tous mis dans sa poche en incarnant Neo aka l’homme dont toutes les femmes rêvent (les saines d’esprit j’entends) dans Matrix. Alors forcément, on lui donne le bénéfice du doute tout le temps, parce que Neo, parce que gros capital sympathie, parce que Keanu (Kiniou <3).

Du coup, on me propose de voir John Wick, en plus film d’action avec des combats, Keanu qui fait des ronds de jambes faisant valser au passage quelques pré-molaires, je prends (il y a un léger je-ne-sais-quoi de Matrix et à force de me lire, vous n’êtes plus sans savoir que je voue un culte à cette trilogie… Tout s’explique).

Parlons point négatifs :

C’est super convenu et super facile. Le scénario ne casse pas trois pattes à un Agent Smith, on se doute évidemment de ce qu’il va se passer longtemps à l’avance. J’ai eu un peu de mal à croire à la méchanceté du personnage d’Alfie Allen (vous savez, Theon Greyjoy dans Game of Thrones), qui faisait plutôt fils niais, comme quoi avoir un papa mafieux n’est pas synonyme de finesse d’esprit. Je me suis surprise à m’ennuyer parfois.

Les bons côtés du film sont dans l’aspect visuel, la fluidité des mouvements et de réalisation qui font que l’on arrive à se repérer dans l’espace en identifiant qui se fait tuer et qui se fait refaire le portrait. Des séquences aussi très graphiques et colorées sur fond de bande originale recherchée. L’action est claire, nette, précise, tranchée qui pousse à faire quelques rapprochements avec les jeux vidéo. Sans oublier cette pointe de sensibilité qui déclenche toute l’action, parce que oui, John Wick n’a pas qu’un bon niveau en gym et ars martiaux, c’est aussi un cœur qui bat.

John Wick montre que Keanu Reeves est encore très en forme (en plus d’être toujours charismatique) et très souple. Le film se regarde avec beaucoup de plaisir, mais laisse le cerveau au repos. Pas très grave.

Bonus :

– Commentaires audio

– Faut pas faire ch*#% John Wick : Les sessions d’entrainement de Keanu Reeves (pilotage, tirs, arts martiaux), travail intense sur les chorégraphies avec les cascadeurs. On découvre que l’acteur a maîtrisé entièrement son film, réalisant toutes les cascades. Comment l’équipe a transformé Keanu Reeves en super pro du ju-jitsu et du judo.

– La cavalerie arrive : construction du film, depuis le choix des réalisateurs jusqu’à celui du casting.

– Deux hommes, un destin : le chemin parcouru par les deux réalisateurs, David Leitch et Chad Stahelski, depuis leur début en tant que cascadeurs, puis chorégraphes, jusqu’à être réalisateurs en seconde équipe pour finir avec leur premier film qu’est John Wick.

– Le code de conduite des tueurs : contraste sur la réalité de John Wick et le monde des tueurs, choix des décors et des codes couleurs

– Le red circle : configuration du lieu, synergie, ambiance

– La face obscure de New York : transformer la ville pour faire ressortir le coté graphique, mise en avant du classique, des jeux de lumière propres à la ville

– Bandes-annonces : Horns, Balade entre les tombes, Locke, Sin City J’ai tué pour elle

– Internet

Sortie en vidéo le 04 mars

by Miss Bobby