Sahara_film

Sahara_film Le désert, l’atmosphère aride, la chaleur plombante, les animaux venimeux, voilà ce qui caractérise Sahara, enfin… le vrai Sahara, le désert, car en ce qui concerne le film, on est dans un tout autre registre. Actuellement, on entend peu parler de ce film d’animation français qui se cache (rien de le dire) sous ce titre désertique, à l’image de son contenu d’ailleurs ! Histoire de recontextualiser tout ça, voici le synopsis :

Lassés d’être les souffre-douleurs de leur communauté, Ajar le serpent et son pote Pitt le scorpion décident de tenter leur chance dans l’oasis voisine où vit la haute bourgeoisie du désert saharien et d’y retrouver Eva, une belle serpente dont Ajar est tombé fou amoureux. C’est le début de folles aventures qui les amèneront à traverser le désert à la poursuite de l’amour et plus encore à la découverte d’eux-mêmes…

En fait, je me dis que j’aurais dû lire le synopsis avant d’y aller, on sent clairement qu’il vaut mieux avoir 5 ans pour le voir… et encore. On aurait eu un dessin animé éducatif que ça aurait été plus palpitant ! Le pire, c’est que je me suis fait avoir avec le petit extrait, faut dire que je l’ai trouvé hilarant, une blague facile, mais efficace. Tenez, jugez par vous-même :

C’est drôle, non ? Moi ça me fait rire à chaque fois. Bref.

Seul problème : le film est à mille lieues de ressembler à ça ! Il n’a pas une once d’humour, le doublage est réalisé avec les pieds. Allez comprendre pourquoi, mais pas moyen de fixer les voix sur les personnages : j’entendais Omar Sy, Franck Gastambide, Louane Emera – qui ne sait pas du tout interpréter (et tout le reste du casting, plutôt imposant soit dit en passant), mais dissociés des dessins. Du coup, on ne peut pas dire que je suis vraiment rentrer dedans, encore aurait-il fallu un scénario intéressant pour ça ! Parce que deux serpents et un scorpion qui se « baladent » dans le désert durant une heure, c’est long, surtout qu’à l’horizon, même pas une petite blagounette ou un semblant de vanne à se mettre sous la dent, rien ! Je n’ai pas non plus spécialement accroché aux traits des dessins assez grossiers.

En somme, rien à sauver de Sahara, à la limite son casting bien fourni (Mathilde Seigner, Jean Dujardin, Vincent Lacoste, Ramzy Bedia, Clovis Cornillac, Roschdy Zem, Mickaël Youn, Marie-Claude Pietragalla, etc). Un film d’animation français qui aurait pu mériter l’effort s’il avait fait preuve d’humour, de rythme et d’une histoire bien plus travaillée. Vraiment dommage.

Sortie en salles le 1er Février 2017.

http://www.imdb.com/title/tt4466894/?ref_=nv_sr_2

Pattaya film Franck Gastambide

Pattaya film Franck Gastambide Pattaya est typiquement le genre de film qui souffre de préjugés avant sa sortie, tout comme Les Kaïras (le premier film de Franck Gastambide). Et moi-même je l’ai mal jugé en voyant le premier extrait. Pourtant, j’aurais dû me douter : j’avais beaucoup aimé Les Kaïras et Gastambide n’est pas du genre à écrire de la potacherie. Avec son second film sur les « plaisirs » thaïlandais, il va loin, très loin.

Pattaya c’est un peu le demi-frère caché des Kaïras : il y a des similitudes, mais ce n’est pas tout à fait pareil. Sa particularité : toujours plus trash plus haut, plus vite* (*référence de haute volée). Le film appuie sur les clichés et la conscience morale : les arabes, les noirs, les blancs… Et surtout les nains, chacun en prend pour son grade et est tourné au ridicule. Pattaya est bien évidemment déconseillé aux personnes pour qui les mots « second degré » ne font pas partie de leur vocabulaire. La bonne combine du réalisateur a été de ne pas faire financer son film par les grosses chaînes (il a été taper à la porte de Canal+) lui laissant une grosse liberté d’action aussi bien dans l’écriture que dans la réalisation. Et quoi de mieux comme terrain d’action que Pattaya ?! Une ville thaïlandaise absolument charmante où vous pourrez visiter des péripatéticiennes, ne plus choisir de quel bord vous faites partie avec les lady-boy, vous reconvertir dans la drogue, dans une ville de toute beauté que vous n’êtes pas vraiment sûr de quitter en un seul morceau. Belle carte postale n’est-ce pas ? Imaginez des mecs de banlieue (ou de « téci » – ouesh ma gueule), au langage aussi fleuri que les abords du périph’ qui partent en quête de « meufs » faciles (enfin encore faut-il déterminer le genre) dans un pays où le climat est « tropical » (je vous laisse le soin de découvrir la blague sur les températures locales).

Pattaya est trash, très trash, parfois un peu cradasse et même si le film ne fait pas dans la finesse, il faut lui accorder que les dialogues sont tout de même bien sentis. Tout le monde y passe et les clichés vont bon train, sans que cela soit lourd. On se fend la poire, on hallucine par autant de désinvolture assumée. Pattaya peut venir titiller les comédies trash américaines sans problème.

Points bonus avec les présences de Gad Elmaleh et Sami Bouajila. Franck Gastambide s’est une nouvelle fois fait un gros kiff en faisant un film drôle, avec une histoire (je précise, car d’autres y arrivent moins bien), osé, poussé jusqu’au bout sans avoir peur de ce qu’on pourrait en penser, tout en faisant participer sa bande de potes (Ramzy Bedia, Malik Bentalha, Anouar Toubali, Sabrina Ouazani, Fred Testot).

Sortie en salles le 24 Février 2016.

http://www.imdb.com/title/tt4531694/fullcredits?ref_=tt_ov_st_sm

by Miss Bobby
Miss Bobby_Blu-ray_Toute première fois

Miss Bobby_Blu-ray_Toute première fois Vous vous êtes toujours dit que faire virer un homosexuel de bord était impossible ? Vous allez peut-être changer d’avis avec Toute première fois. Jérémie a un petit problème : il va se marier avec Antoine, sauf qu’un soir, il dérape avec une fille. Aïe. Mettez vous à sa place : vous êtes en couple depuis 10 ans, vous êtes amoureux, et vous vous rendez compte que vous avez un faible pour une personne du camp adverse ! Il y a de quoi être chamboulé ! D’habitude, on parle de ces hétéros qui deviennent homos, mais c’est vrai que le contraire n’est pas totalement inenvisageable (on cherche encore des témoignages).

Toute première fois (hormis de présenter un superbe plan sur le fessier très agréable de Pio Marmaï – là, toute de suite, j’ai éveillé l’intérêt du lectorat féminin – si, si, ne faites pas semblant avec moi) est un savant mélange d’humour bien calibré (et ce n’est pas Franck Gastambide qui va dire le contraire – mesdames, si vous avez bien compris la subtilité, je vous confirme que vous ne verrez pas que le derrière de Pio) et d’une histoire fraîche ainsi qu’originale. Et ça, ça fait du bien au cinéma français (qui ne s’est jamais mieux porté qu’en ce mois de janvier). Tout y est : de l’amour compliqué pour les plus romantiques d’entre-vous, de l’humour trash, bien senti, déposé aux bons moments pour les plus délurés, de la fille jolie et pas bête pour les amateurs et du beau gosse pas con pour les amatrices. Et puis bon, un peu de drame, n’oublions pas que c’est de l’amour compliqué, qui dit complications, dit forcément remise en questions, doutes, choix, etc. Si vous n’y trouvez pas votre compte, je ne peux plus rien pour vous !

Toute première fois vous fera rire beaucoup. Mesdemoiselles, vous fantasmerez sur Pio Marmaï, vous voyant déjà avec la bague au doigt et une équipe de foot en guise de famille (c’est un peu le gendre idéal quand même, celui qu’on a envie de présenter à papa et maman). Messieurs, bon, on ne va pas se le cacher, Adrianna Gradziel vous fera fondre, j’en suis sûre (pendant que nous, nous mourrons de jalousie). Si vous avez envie de passer un très bon moment, de vous rincer l’œil et de vous mettre quelques vannes dans la poche à ressortir lors d’un déjeuner dominical familial ennuyeux, Toute première fois est un excellent choix !

Bonus :

– Bêtisier (3 minutes) : Archi trop court surtout sur un Blu-ray !

– Teasers : 6 teasers

– Bande-annonce

Sortie en vidéo le 03 juin.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Toute première fois

Miss Bobby_Toute première fois Vous vous êtes toujours dit que faire virer un homosexuel de bord était impossible ? Vous allez peut-être changer d’avis avec Toute première fois. Jérémie a un petit problème : il va se marier avec Antoine, sauf qu’un soir, il dérape avec une fille. Aïe. Mettez vous à sa place : vous êtes en couple depuis 10 ans, vous êtes amoureux, et vous vous rendez compte que vous avez un faible pour une personne du camp adverse ! Il y a de quoi être chamboulé ! D’habitude, on parle de ces hétéros qui deviennent homos, mais c’est vrai que le contraire n’est pas totalement inenvisageable (on cherche encore des témoignages).

Toute première fois (hormis de présenter un superbe plan sur le fessier très agréable de Pio Marmaï – là, toute de suite, j’ai éveillé l’intérêt du lectorat féminin – si, si, ne faites pas semblant avec moi) est un savant mélange d’humour bien calibré (et ce n’est pas Franck Gastambide qui va dire le contraire – mesdames, si vous avez bien compris la subtilité, je vous confirme que vous ne verrez pas que le derrière de Pio) et d’une histoire fraîche ainsi qu’originale. Et ça, ça fait du bien au cinéma français (qui ne s’est jamais mieux porté qu’en ce mois de janvier). Tout y est : de l’amour compliqué pour les plus romantiques d’entre-vous, de l’humour trash, bien senti, déposé aux bons moments pour les plus délurés, de la fille jolie et pas bête pour les amateurs et du beau gosse pas con pour les amatrices. Et puis bon, un peu de drame, n’oublions pas que c’est de l’amour compliqué, qui dit complications, dit forcément remise en questions, doutes, choix, etc. Si vous n’y trouvez pas votre compte, je ne peux plus rien pour vous !

Toute première fois vous fera rire beaucoup. Mesdemoiselles, vous fantasmerez sur Pio Marmaï, vous voyant déjà avec la bague au doigt et une équipe de foot en guise de famille (c’est un peu le gendre idéal quand même, celui qu’on a envie de présenter à papa et maman). Messieurs, bon, on ne va pas se le cacher, Adrianna Gradziel vous fera fondre, j’en suis sûre (pendant que nous, nous mourrons de jalousie). Si vous avez envie de passer un très bon moment, de vous rincer l’œil et de vous mettre quelques vannes dans la poche à ressortir lors d’un déjeuner dominical familial ennuyeux, Toute première fois est un excellent choix !

Sortie en salles le 28 janvier.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Les_Gazelles

Miss Bobby_Les_Gazelles Enfin un film qui a tout compris aux femmes des années 2010. Il était temps. Merci Mona Achache et Camille Chamoux !

Faut arrêter de croire qu’à la fin des films, l’héroïne finit toujours casée en ayant tout réussi. On nous ment, comme dans les contes de fée, mais là-dessus, je ne vous apprend rien. Les Gazelles, se sont des trentenaires boostées sauce Moderat. Déjà, on kiffe (oui, je m’autorise une facétie) le choix de ce groupe plutôt que de musiques mièvres ou mélancoliques. Ça donne énormément de rythme au film, tout comme le dynamisme de la réalisation de Mona Achache. Ainsi, oscillerez-vous entre une réalisation parfois clippée, parfois à flashbacks. La particularité de ces derniers est absolument géniale, ils vous montrent ce qu’il se passe dans la tête d’une fille en temps réel. Pendant que vous suivez les mésaventures de Marie (Camille Chamoux), vous voyez – via les flashbacks – à quoi elle peut penser, ses questionnements, au moment où elle les a. Et croyez-moi, pour le vivre, c’est tout pareil ! Et c’est aussi vrai lorsqu’on craque pour un mec, on voit son prénom partout, alors qu’en temps normal, que dalle ! C’est fou !

Donc en plus d’entrer dans la tête d’une fille, vous constaterez que le célibat n’est pas une maladie, néanmoins, Les Gazelles confirme bien qu’il ne fait pas bon d’être célibataire de nos jours. Je ne développe pas, mais le film retransmet à la perfection la réalité. Et c’est triste.

Les actrices sont superbes, apportant chacune une vision différente de la femme actuelle : Camille Chamoux se révèle, Audrey Fleurot est magnifique, Joséphine de Meaux lâche les chevaux, sans oublier la sagesse d’Anne Brochet et de Naidra Ayadi. On n’oublie pas les hommes, qui tiennent tout de même un rôle important : Franck Gastambide et Samuel Benchetrit.

Les Gazelles est un film fait par des filles, pour des filles, mais pas que. Les hommes y trouveront leur compte et cela les aidera peut-être à comprendre la psychologie féminine (on peut espérer).

Je l’ai vu deux fois et j’ai pris mon pied à chaque fois. J’attends le Blu-Ray avec impatience !

Sortie en salles le 26 mars

by Miss Bobby
Miss Bobby_Les_Gazelles

En exclusivité mondiale… bon d’accord, nationale, avant qu’elle ne soit visible partout, je vous présente l’affiche officielle du prochain film de Mona Achache : Les Gazelles avec Camille Chamoux, Audrey Fleurot, Joséphine de Meaux, Naidra Ayadi, Anne Brochet, Olivia Cote, Franck Gastambide, Samuel Benchetrit et Josiane Balasko. Ça en fait du beau monde !

Miss Bobby_Les_Gazelles

Affiche créée en collaboration avec la dessinatrice Marion Montaigne, auteur des bandes dessinées La Vie des très bêtes ou encore de Tu mourras moins bête…

J’avais mis en ligne, la semaine dernière, la bande-annonce.

Hâte de vous en parler !

Sortie en salles le 26 mars

by Miss Bobby