Figurines Harry Potter

Mobile bébé

Frère Jacques, dormez-vous ?

Avec l’arrivée d’un bébé, on pense à ses nuits (et aux nôtres), à comment l’endormir facilement : lui chanter des berceuses, le bercer, lui faire des câlins ou encore, opter pour un mobile ? Les mobiles, c’est sympa, mais cela peut vite devenir redondant, en plus de taper sur les nerfs à force d’entendre la/les même(s) musique(s) en boucle. On a beau adorer la musique d’Harry Potter, il est gentil Harry, mais 20 minutes tous les jours, il devient gonflant.

Durant ma grossesse, nous sommes tombés par hasard sur des musiques particulières sur Youtube, des « lullabies » (pour la recherche, plus pratique), des berceuses qui vous replongeront dans vos souvenirs de visionnages ou d’écoute. Qu’est-ce qu’elle nous raconte celle-là ?! Parce que du son vaut mieux que mille mots :

Ou encore :

Alors ? Ça en jette non ? Et il y en a des tonnes sur Youtube, des films, des séries, des groupes de musique, des chanteuses, etc. Et qu’est-ce qu’on en fait ensuite ? Parce que les mettre sur votre téléphone, c’est bien mignon, merci la batterie et impossible de l’utiliser entre temps. Et puis bon, prendre son téléphone pour endormir son bout de chou, si on peut faire autrement, ce n’est pas plus mal. On a investi dans une boîte à musique trouvée sur Amazon. L’idée est ingénieuse et très simple : c’est une petite boîte ronde avec deux accroches, une carte SD et un câble usb. Il suffit de mettre les berceuses de votre choix via votre ordinateur et à vous Queen en version bébé ! L’avantage, vous mettez ce que vous voulez, vous pouvez changer régulièrement les musiques, mettre des sons de la nature aussi, votre voix, seule votre imagination est votre limite.

Pour créer notre mobile bébé (la boîte toute seule, c’est un peu tristoune), nous avons conçu notre mobile en achetant différentes pièces sur Amazon et les figurines Harry Potter sur Etsy (elles sont faites main). Il est un peu bancal, il est néanmoins unique. En revanche, je vous conseille d’investir dans des piles rechargeables !

Maintenant, votre défi : ne pas rester avec bébé dans sa chambre pour écouter les musiques !

PS : Précision, toutes ces berceuses restent calmes et n’empêchent pas votre choubidou de s’endormir.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Et beaucoup plus si affinités DVD_concours

Miss Bobby_Et beaucoup plus si affinités DVD_concours Il y a de ces acteurs que j’aime bien suivre, car je les ai vus évoluer durant de longues années et qu’ils ont ce capital sympathie qui fait que. Daniel Radcliffe fait partie de ceux-là (en tant que bonne fan de la saga Harry Potter). Du coup, quand j’ai vu le synopsis de Et (beaucoup) plus si affinités, je me suis dit que ça allait être intéressant de voir « Potter » dans un rôle comme celui-là. Et je dois bien avouer qu’il m’a plutôt conquise. C’est marrant, car je jauge un acteur ou une actrice sur une chose assez particulière et distincte qui suggère son degré de « lâchage ». Vous allez rire, mais à partir du moment où un acteur (ou trice, hein, toujours pareil, pas me répéter tout le temps), catalogué de lisse, mignon et propret finit dans un film en disant des gros mots ou des phrases à grosses connotations sexuelles, eh bien j’adore ! Il y a un début de cassage d’image. C’est bête, je sais, mais j’aime bien. Comme Jennifer Aniston dans La famille Miller qui lâche le troupeau de chevaux pour le coup !

Revenons à notre mouton, le film !

Comédie romantique avec ses codes bien ancrés qui ne laisse que peu de place à la surprise, mais bon, je ne vais pas m’en plaindre, je savais ce que je venais chercher. Je pense que beaucoup se reconnaîtront (moi-même je suis tombée dedans) dans cette histoire sur cette limite qui sépare l’amitié et l’amour, sur les difficultés que cela engendre et les décisions qu’il faut parfois prendre. Hormis le schéma classique, Radcliffe s’en sort dans ce rôle de jeune adulte torturé par ses sentiments, formant un duo tout mimi avec sa partenaire à l’écran Zoe Kazan. Petit bonus foufou pour Adam Driver, commençant à rouler sa bosse hors de la série Girls.

En fait, je pense qu’il faut arrêter de se leurrer, ce n’est pas le film du siècle, mais on s’en fiche, Et (beaucoup) plus si affinités s’en tire plutôt bien, il nous laisse un peu rêveur et nous accroche la guimauve qui nous sert de cœur. Oui, je suis une minette et j’assume !

Bonus :

– Making of (18 minutes) : divisé en sept chapitres retraçant le tournage, le choix des acteurs, l’écriture du scénario, le choix des villes et des décors, les personnages.

– Interviews sur le tapis rouge (2 minutes) : courte description du film, du travail sur l’improvisation par le casting lors de l’avant-première.

– Scènes coupées (4 minutes) : trois scènes coupées

Sortie en vidéo le 11 mars.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Et (beaucoup) plus_si affinités

Miss Bobby_Et (beaucoup) plus_si affinités Il y a de ces acteurs que j’aime bien suivre, car je les ai vus évoluer durant de longues années et qu’ils ont ce capital sympathie qui fait que. Daniel Radcliffe fait partie de ceux-là (en tant que bonne fan de la saga Harry Potter). Du coup, quand j’ai vu le synopsis de Et (beaucoup) plus si affinités, je me suis dit que ça allait être intéressant de voir « Potter » dans un rôle comme celui-là. Et je dois bien avouer qu’il m’a plutôt conquise. C’est marrant, car je jauge un acteur ou une actrice sur une chose assez particulière et distincte qui suggère son degré de « lâchage ». Vous allez rire, mais à partir du moment où un acteur (ou trice, hein, toujours pareil, pas me répéter tout le temps), catalogué de lisse, mignon et propret finit dans un film en disant des gros mots ou des phrases à grosses connotations sexuelles, eh bien j’adore ! Il y a un début de cassage d’image. C’est bête, je sais, mais j’aime bien. Comme Jennifer Aniston dans La famille Miller qui lâche le troupeau de chevaux pour le coup !

Revenons à notre mouton, le film !

Comédie romantique avec ses codes bien ancrés qui ne laisse que peu de place à la surprise, mais bon, je ne vais pas m’en plaindre, je savais ce que je venais chercher. Je pense que beaucoup se reconnaîtront (moi-même je suis tombée dedans) dans cette histoire sur cette limite qui sépare l’amitié et l’amour, sur les difficultés que cela engendre et les décisions qu’il faut parfois prendre. Hormis le schéma classique, Radcliffe s’en sort dans ce rôle de jeune adulte torturé par ses sentiments, formant un duo tout mimi avec sa partenaire à l’écran Zoe Kazan. Petit bonus foufou pour Adam Driver, commençant à rouler sa bosse hors de la série Girls.

En fait, je pense qu’il faut arrêter de se leurrer, ce n’est pas le film du siècle, mais on s’en fiche, Et (beaucoup) plus si affinités s’en tire plutôt bien, il nous laisse un peu rêveur et nous accroche la guimauve qui nous sert de cœur. Oui, je suis une minette et j’assume !

Sortie en salles le 29 octobre

by Miss Bobby
Miss Bobby_Will_Ferrell_Deauville 2014

Mince, sixième jour quand même ! Ça passe vite mine de rien. Un jour bien tranquille qu’on dirait un dimanche. Démarrage en douceur à 14h, préférant sauter le film avec le sosie d’Harry Potter, Jamie Marks is dead, pas spécialement inspirée. Et apparemment, j’ai bien fait.
Donc conférence de presse de Will Ferrell à la tête de plusieurs comédies telles que Les rois du patin, Frangins malgré eux et récemment Légendes vivantes (suite de Présentateur vedette : la légende de Ron Burgundy). Un Will moins drôle que Ray Liotta, qui a partagé son amour pour le sport, nous précisant au passage qu’il n’était pas du genre à faire le clown à l’école juste pour amuser la galerie.

Miss Bobby_Will_Ferrell_Deauville 2014

Je suis retournée voir Légendes Vivantes avec Will Ferrell justement (pas ensemble hein) pour me refaire les scènes de Steve Carell alias le grand Brick et j’ai pu constater que la salle n’était pas franchement réactive. On voit que ce n’est pas le même public.

Le soir, direction le CID pour l’hommage à Ferrell qui nous a honoré d’un discours en grande partie en français en précisant que tout le mois d’août, il avait pris des cours, du coup, il nous a ressorti ses leçons : « Merci, bonjour, je m’appelle Will Ferrell, j’aime le vin, le fromage, j’aime le Moulin Rouge, etc. » jusqu’à terminer en chantant « Sur le pont d’Avignon ». Une bonne partie de rigolade qui a rehaussé le niveau de l’introduction de Claude Lelouch, à savoir très court et très basique. Puis projection d’Avant d’aller dormir.

Retour sur Avant d’aller dormir :

Je ne sais pas si les organisateurs font exprès de mettre des films vraiment pas terrible le soir, mais ça devient difficile de ne pas s’endormir. Comment dire ? Déjà, Grace de Monaco, j’avais souffert à force de voir la chirurgie plastique ratée de Nicole Kidman en gros plan, et là, on recommence. Tout ça pourquoi ? Eh bien pas grand chose. Rowan Joffe nous installe dès les premiers plans dans une lenteur qui ne quittera le film que les 5 avant dernières minutes, les 5 dernières il tente désespérément de finir son film. Pour ma part, je ne sauverai que Colin Firth pour son jeu de fin notamment, sinon, si j’arrive à me souvenir du film, je pourrais m’estimer heureuse. Un effet répétitif pour faire travailler la mémoire, on aurait voulu que la nôtre ne soit pas autant sollicitée.

Aaaaaahhhhh de soulagement ! Il aurait pu avoir de mauvaises critiques, j’y serais allée quand même. Je les ai tous lus et vus, celui-là ne déroge pas à la règle. Ça fait du bien de voir un vrai Potter qui suit la trame du livre.

Le dernier tome était génial, je n’avais pas arrêté de pleurer. Je pense prendre le même chemin avec le dernier film, j’ai déjà commencé avec la première partie (je ne vous dis pas pourquoi). Un ami me disait qu’il n’avait pas aimé, car le film est en deux parties et parce qu’il ne s’adresse pas aux enfants. Je lui accorde que deux morceaux, c’est très frustrant, j’aurais pu enchainer avec encore deux heures de film sans problème ! Pour le côté adulte, ce n’est pas le film qui veut ça, mais bien le livre, qui n’est pas à conseiller aux enfants. Enfin, ce n’est que mon point de vue.

C’est sombre, c’est froid, c’est tragique, l’action est réelle, on sent le sacrifice que les trois personnages ont dû faire, les paysages anglais sont magnifiques (on ne voit pas Poudlard), il y a plus de magie. Et ça sent la fin…bouhouh. J’en parlais en commentaires dans la critique du site Filmgeek, c’est tout un monde qui s’arrête, dix années de magie, de rêverie, d’imaginaire pour plusieurs générations qui vont se terminer. C’est triste. Nous nous sommes tous accrochés à l’histoire de ce jeune sorcier.

Le jeu des acteurs n’est toujours pas au top, mais ça viendra (ou pas). Toutefois, Emma Watson et Rupert Grint ont un jeu plus poussé et donc plus vivant, qui n’est pas négligeable.

Alors, je prépare mes mouchoirs pour la deuxième partie qui j’espère sera aussi bien que celle-ci, car je vais pleurer comme une madeleine (même si je connais l’histoire).

Pourquoi vous devez aller voir Les Reliques de la mort ?

–          Parce qu’il reflète l’ambiance du livre.

–          Parce que ce n’est pas drôle.

–          Parce qu’il fait ressortir plein d’émotions.

–          Parce que les scènes d’action m’ont scotchée.

–          Parce que c’est le passage à l’âge adulte.

–          Parce qu’il y a des allusions à notre Histoire (notamment au nazisme).

–          Parce que c’est dur de faire de gros sacrifices.

–          Parce que c’est beau toute cette magie.

–          Parce qu’un peu de nostalgie plâne.

–          Et parce qu’il est bien. C’est tout.

Et vous ? Vous en avez pensé quoi ?

Toi le meilleur Dobby (encore plus avec tes chaussures)!

by Miss Bobby

Il me semble que c’est la première fois que je suis dans une salle obscure avec des hystériques. Vous savez, des nanas toutes émoustillées parce que Jacob apparaît torse nu, qui crient d’émotions lorsque celui-ci embrasse Bella et qui applaudissent quand Edward fait sa demande en mariage. J’ai même cru qu’il y en avait une qui faisait réellement une syncope à entendre ses cris.

C’est assez dérangeant, d’une part pendant le film (et que l’on est concentré entre images et sous-titres) et d’autre part, j’ai pris 10 ans d’un coup. Aouch !

Le film en lui-même est comme les autres, il suit la trame du livre, version accélérée. Évidemment, le livre est bien plus détaillé (même si la plume de Stephenie Meyer laisse à désirer). On accordera aussi que cet opus est meilleur que le précédent (idem pour le bouquin, forcément). L’action peine à venir, mais sans surprise pour ceux qui sont passés par les pages auparavant.

Ce n’est toujours pas le film du siècle, toutefois, j’ai vu largement pire. Bella s’est embellie (c’est un miracle ! Ils ont peut-être viré la styliste/maquilleuse/coiffeuse), elle n’est cependant pas moins gourde. Jacob joue aux durs à cuire et Edward est plutôt effacé, voire même moins sexy (oui, oui. Je le trouvais plus attrayant dans le premier), il manquait de charisme. On dénotera la grosse faute de goût quant au choix des acteurs pour Victoria (d’ailleurs, pas la même actrice), Riley et Bree. Ils sont plutôt mauvais.

L’histoire veut que l’on s’intéresse un peu plus au passé de certains Cullen, en revanche, sans trop s’étaler. C’est bien d’avoir gardé ces morceaux. Ils ont fait un effort pour essayer de garder presque tout le livre. Personnellement, j’ai apprécié, même si cela ne se fond pas naturellement dans le film. J’ai eu l’impression que c’était jeté ici et là, mal intégré.

Je ne me suis pas ennuyée, j’aime les scènes d’action ralenties  (cela m’a toujours plu au cinéma, bien en partie pour ça que j’affectionne Matrix. Mais je m’égare). Je ne prône toujours pas  le choix d’un filtre en plein jour pour simuler la nuit, c’est fade à l’image.

On y va si on a lu les œuvres papier, si on a vu les précédents films et si on a une ado qui sommeille au fond de nous.

Rien avoir, mais je souhaiterais que les scénaristes du prochain Harry Potter aient fait un effort pour suivre le dernier tome de la saga (qui est riche en informations). Pas comme l’avant-dernier qui fut vraiment catastrophique. Est-ce pour cela qu’ils l’ont réalisé en deux parties ou simple affaire d’argent ?

Réponse le 24 novembre 2010.

PS : Je compte adopter un loup-garou géant, leur fourrure a l’air soyeuse. Vous savez où je peux en acheter un ?

Et le générique de fin, qui me plaît bien (attention, plusieurs images du film inédites dans le clip) :

by Miss Bobby

Hhhhhhhiiiiiiiiiii, Rabeurte ! En français : hhhhiiiiiiiii Robeeeeeert !!! Eh oui, moi aussi je suis sous le charme, j’assume.

Dimanche soir donc, Maxou chérie et moi sommes allées voir Twilight : New Moon, avec Bobby Pattinson (rrrooo ça va hein). Miam ! Je ne vais pas m’étendre des heures sur le film, en même temps, il n’y a pas trois mille choses à dire !

J’avais aimé le premier opus, j’ai moins aimé celui-ci, non pas parce qu’on voit lARRRRRRRgement moins Robert, mais parce que c’est surtout gnangnan, moins d’action, plus basé sur la métamorphose de Jacob (celui qui a toute la panoplie de musclor), sur « je l’embrasse, je l’embrasse pas » de ce dernier, sur la dépression de Bella et le départ d’Edward. Bref, rien de transcendant. J’ai remarqué quand même la séquence dans la forêt à la poursuite de Victoria, j’ai beaucoup aimé la réalisation, avec cette très bonne musique en fond sonore, les couleurs, les ralentis…

Au niveau acteurs, bon, pour Kristen Stewart (Bella) c’est toujours pareil, linéaire, j’ai l’impression qu’elle fait constamment la gueule même quand tout va bien. Non, franchement, je pensais que cela venait du premier volet, mais elle continue sur la même veine dans celui-ci. C’est chiant. Pour  Taylor Lautner (Jacob), petit minet bien musclé, je pense qu’il est desservi par son rôle trop lisse et romantique. Il reste Robert Pattinson (Edward), j’attends de le voir dans d’autres films parce que celui-ci lui va comme un gant (c’est mon point de vue, certains diront forcément le contraire), ce côté mystique et mystérieux, intouchable (je me rappelle de ce plan au ralenti, quand il arrive au lycée, la chemise au vent, waouh).

Ce n’est pas mémorable, allez le voir si vous aimez rêver (et Robert), et un peu les vampires (c’est loin d’être dominant). Je compte lire les livres, pour voir si cela suit bien la trame (pas comme Harry Potter) et puis aussi, car je ne peux pas attendre le prochain film pour connaître la suite de l’histoire.

by Miss Bobby

Je suis une grande fan d’Harry Potter, j’ai lu les 7 tomes et vu les 6 films. Aujourd’hui, je suis allée regarder le dernier volet : Harry Potter et le Prince de Sang Mêlé.

Bon.

Bon.

Bon.

Déçue.

Il faut savoir, c’est que les films n’ont jamais égalé les livres. Impossible. Beaucoup trop d’informations, J.K. Rowling a cette manière de vous faire rêver, ce que les réalisateurs n’ont pas vraiment réussi jusqu’à maintenant. Autant Harry Potter et l’Ordre du Phénix m’avait beaucoup plu, autant celui-là, franchement…  Pourtant, c’est le même réalisateur David Yates, c’est aussi lui qui fera le dernier tome en deux films.

Pour ma part, le film est un peu long, il y a des choses inutiles à l’histoire, il n’y a qu’une scène « spectaculaire » alors que j’étais habituée à bien mieux. C’est plan-plan, le jeu des acteurs est assez mauvais : Emma Watson (Hermione) n’ira pas loin à mon avis et je ne vous parle même pas de Bonnie Wright (Ginny), juste catastrophique. Les décors restent magnifiques, il n’y a rien à ajouter. La réalisation était correcte (je ne suis pas spécialiste) mais rien de monumental.

Je suis donc déçue par le scénario, les dialogues pas fameux et les acteurs. Certes, je n’avais pas relu le bouquin, mais d’après mes souvenirs, il y avait plus de matière et d’histoire.

Il aurait été judicieux de scinder aussi ce film. J’espère qu’une chose pour Harry Potter et les Reliques de la Mort, que le monsieur ne va pas les rater ! Et je sais de quoi je parle. Sinon, même connaissant la fin de celui-ci, je n’ai pas pu m’empêcher de pleurer. Merde quoi ! Ron qui meurt (dédi’ à M.G.) !!

Pour finir, j’ai testé un nouveau cinoche, à Torcy. Eh bah. Je n’y retournerai plus : un entracte de 10 minutes pendant le film, j’ai halluciné ! Les 5 premières minutes avec un son horriblement fort et mauvais (de la part du projectionniste), j’ai dû me lever pour aller râler !

Je peux vous dire que mon prochain film sera le suivant, avec l’indien qui est revenu de sa terre promise :

 

Bye bye les gens

PS : j’ai voulu faire un brin d’humour dans le titre, en mettant Harry Potter et sa braguette magique, mais je me suis ravisée. Pas sûre que la blagounette soit au goût de tout le monde !

by Miss Bobby