BR_Premier contact_film

Pour la sortie le 12 Avril du dernier film de Denis Villeneuve, Premier Contact en DVD, Blu-Ray et VOD chez Sony Pictures Entertainment, j’ai le plaisir d’organiser un concours. Ce film a été un vrai coup de cœur et il est temps que vous le (re)découvriez.

Premier contact_film

Synopsis

Lorsque de mystérieux vaisseaux venus du fond de l’espace surgissent un peu partout sur Terre, une équipe d’experts est rassemblée sous la direction de la linguiste Louise Banks afin de tenter de comprendre leurs intentions. Face à l’énigme que constituent leur présence et leurs messages mystérieux, les réactions dans le monde sont extrêmes et l’humanité se retrouve bientôt au bord d’une guerre absolue. Louise Banks et son équipe n’ont que très peu de temps pour trouver des réponses. Pour les obtenir, la jeune femme va prendre un risque qui pourrait non seulement lui coûter la vie, mais détruire le genre humain…

Je vous fais gagner :

1 DVD

DVD_Premier contact_film

2 Blu-Ray

BR_Premier contact_film

Pour cela, il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 26 Avril pour jouer.

Page Facebook de SPHE : https://www.facebook.com/Sony.Pictures.Home.Entertainment.France

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

 

by Miss Bobby
premier-contact_film_villeneuve

premier-contact_film_villeneuve Si vous ne connaissez pas son nom, je vous conseille vivement de vous pencher sur sa filmographie pour vous imprégner de son talent, je parle de Denis Villeneuve qui signe avec son nouveau film Premier Contact un pur bijou de science fiction, mais le réduire à ce simple genre serait une insulte à cette œuvre ultra travaillée. Le réalisateur s’attaque à un sujet maintes fois traité au cinéma : l’invasion des extraterrestres. Là où Hollywood s’est souvent copié, Villeneuve déploie un scénario et une mise en scène exquis, replaçant la rencontre du troisième type comme prétexte à un message bien plus grand.

Malgré sa jeune carrière – moins d’une dizaine de films à son actif – on peut d’ores et déjà classer Denis Villeneuve dans la catégorie des grands réalisateurs, de ceux qui n’hésitent pas à prendre des risques, à se remettre en questions, et qui arrivent à sortir du génie en se réinventant. Il prouve une nouvelle fois qu’il a de nombreuses qualités avec Premier Contact qu’on pourrait presque qualifié de film d’anticipation. Le film porte un regard expérimenté et scientifique sur le fondement de notre civilisation, à savoir la communication, tout en proposant une nouvelle approche de l’espace temps. Des sujets qui déclenchent la fascination, au point d’en être subjugué, portés par des acteurs (Amy Adams, Jeremy Renner) exceptionnels. Villeneuve se sert de l’arrivée d’aliens comme prétexte pour développer les fondements même de la communication, la construction d’un langage, la compréhension d’autrui enveloppée d’une certaine crainte puisque l’espèce vient d’une autre planète. On assiste avec passion à la création des mécaniques du langage, aux bonnes comme aux mauvaises interprétations, nous mettant sous le nez, avec intelligence et subtilité, notre régime dysfonctionnel d’échange : la création du langage, la confiance contre le manque de communication. En somme une thèse de ce qu’il faudrait faire contre ce que l’on fait vraiment ; fascination versus triste réalité.

S’ajoute à cela une évolution de l’être humain via l’appréhension du temps, dépassant les limites de notre dimension « passé, présent, futur ». Qui sait, peut-être que Villeneuve a posé les bases de la future évolution de l’humain qui sera capable de vivre le temps différemment, à la manière d’Interstellar de Christopher Nolan. Une théorie évolutive qui se comprend au fil du film et qui s’entremêle avec complexité au premier bloc sur la communication.

Premier Contact est un bijou fin à plusieurs lectures, qui demande un second visionnage pour assimiler toutes les subtilités, les détails qu’il nous offre. Une œuvre complexe, remarquablement réalisée, qui arrive à redéfinir le genre avec brio, poussant le spectateur dans une profonde réflexion du monde moderne, son évolution, voire même son auto-extinction.

Sortie en salles le 07 Décembre 2016.

http://www.imdb.com/title/tt2543164/?ref_=nv_sr_1

by Miss Bobby
Miss Bobby_Avengers_L'ère d'Ultron

Miss Bobby_Avengers_L'ère d'Ultron Je tiens à préciser à ceux qui liront cet article que j’assume entièrement le manque total d’objectivité. Vous voilà prévenus !

Même si ça commence à devenir un peu le foutoir chez Marvel en ajoutant toujours plus de super-héros, c’est quand même avec délectation que j’accueille les nouveaux membres ou les suites (sauf Ant-Man dont les bandes-annonces ne m’ont pas convaincue). Avengers : L’ère d’Ultron n’a pas dérogé à la règle, et c’est presque comme une petite fille avec sa Barbie le soir de Noël que je recevais certaines séquences. Quand je vous dis manque total d’objectivité, je ne déconnais pas.

Mon problème majeur : des personnages qui apparaissent, disparaissent, qui ne reviennent qu’à la fin, mais qu’on a pu voir non pas dans Avengers premier du nom, mais dans Captain America : Le soldat d’hiver, mais qu’en fait machin devait être mort, mais il ne l’est pas et depuis quand ils sont ensemble ces deux là – on reprend sa respiration – waouh ! Stop ! J’ai de plus en plus de mal à suivre et ça empire si vous commencez à en parler avec une personne qui a lu les comics. C’est comme ça que je me suis retrouvé perdu avec ce genre de conversation : « après, ils vont faire un film sur Scarlet Witch » – « Qui ça ? » – « Bah on vient de la voir, Wanda Maximoff » – « Mais c’est pas encore Scarlet Witch ?! » – « Non, mais elle va le devenir ! » – « Pour ma santé mentale, reste sur Maximoff, sinon je ne vais pas m’en sortir » (extrait d’une discussion avec Manureva qui, après m’avoir embrouillée, a réussi à tout remettre dans l’ordre). Marvel lance 50 franchises en même temps, j’espère qu’ils sont organisés et qu’il va y avoir des pertes, parce que je m’en sortais très bien avec la bande à Cap’, mais si en plus ils ajoutent des personnages qui vont avoir leur propre film, plus les fusions, et j’en oublie, ils vont perdre du monde.

Donc hormis cet imbroglio de personnages qui, avec un peu de concentration, est vite réglé, ainsi qu’une 3D qui porte sur le mal de crâne, il y a des chances que vous preniez tout de même votre pied. Entre vannes très bien senties, références aux précédents films, séquences comiques déjà cultes et scènes d’action à rendre jaloux Batman (si vous saviez tout ce qu’on peut faire avec une moto), Avengers 2 m’a fait m’esclaffer de « oh p***** ! », rire et réagir. J’aurais raccourcis certains morceaux, 2h20, même si c’est du héros bien gaulés à la blague acérée, on les sent parfois passer. Une fin moins tapageuse que le premier, un peu trop d’ellipses, des effets spéciaux parfois un peu bâclés, une confusion avec les personnages, Avengers : L’ère d’Ultron n’en reste pas moins un film que je prendrai plaisir à revoir.

Sortie en salles le 22 avril.

by Miss Bobby