Une page se tourne…

Alors, Avengers : Endgame c’est un scénario qui vous lance dans… Ah non, ça, je ne peux pas vous le dire, mais j’ai aimé l’idée ! C’est aussi un personnage qui se prend pour… Euh, ça non plus, je ne peux pas vous le dire, mais c’est très drôle ! Et même qu’à un moment, il se passe… Bon, non plus !

En fait, j’aurais aimé vous expliquer à quoi vous attendre de cette fin en apothéose de 10 ans de Marvel, mais je ne peux pas au risque de spoiler. Je préfère vous laisser la surprise de découvrir Avengers : Endgame et vous préciser que j’ai beaucoup aimé cette conclusion, une vraie de vraie, pas en demi-teinte, ni en demi-émotion. Un film complexe, avec un casting phénoménal (on en prend toute l’ampleur), bourré de belles références et qui a su jouer avec la corde sensible des spectateurs et afficionados. Il n’en est pas parfait pour autant, j’aurais des choses à redire, mais pareil, je ne veux pas spoiler ! Et puis, le tout m’a bien plu, donc ce n’est pas grave !

Maintenant, qu’est-ce qu’on fait ? Eh bah j’ai hâte de voir ce que nous réserve Marvel dans les prochaines années !

Sortie en salles le 24 Avril 2019.

by Miss Bobby
Avengers infinity war

L’apothéose/calypse est enfin arrivée !

Avengers infinity warGrosse soirée chez les Avengers, tout le monde a été réuni pour les festivités, pour nouer de nouvelles amitiés, se battre au coin du feu, un dimanche après-midi tranquille chez les Avengers en somme ! Marvel commençait à mon sens à pédaler un peu dans la choucroute et à fatiguer à nous servir encore et encore le même plat. Ils ont eu un petit sursaut dernièrement avec Thor Ragnarok, drôle au possible. Tout le monde attendait Avengers Inifinity War, la grosse machine bourrée de sous et d’acteurs, un gros monstre en deux parties qui doit se finir en apothéose. Honnêtement, j’avais peur : une petite soixantaine de personnages, des réalisateurs que je ne porte pas dans mon cœur tant leur caméra a un peu trop la bougeotte. Il y avait de quoi avoir des doutes… Et pourtant…

La surprise fut présente. Pour ne pas avoir de surdose de personnages à l’image, ils ont tous été répartis en groupes ici et là, créant de nouvelles affinités, et permettant ainsi d’incorporer gentiment et sans fracas la franchise Avengers et Les Gardiens de la galaxie. Ça passe crème ! Chacun garde son identité, mais tout se mélange correctement, souvent sous forme d’humour, un des gros points communs. À part ça, Avengers Inifinity War première partie se veut beaucoup plus sombre, plus profond, plus violent aussi. Marvel ne ménage plus son spectateur – enfin moins – et c’est très appréciable. On ne nous cache plus les atrocités même si elles sont montrées avec intelligence et subtilité, pour rester un film accessible quasiment à tous.

Avec ses couleurs pétantes qui contrastent avec l’atmosphère plus lourde, s’ajoute une dose d’émotions que l’on ne connaissait pas au studio. Bonne nouvelle nuancée cependant, les émotions sont présentes, mais parfois trop en retenue, voire même interrompues dans leur élan. À mon sens, c’est là le gros défaut du film. Ils auraient lâché les chevaux sur les émotions (et il y a de quoi !), on aurait obtenu le top du top du film de super-héros. Mais bon, j’ai la larmichette qui a commencé à perlé au coin de mon œil, et ça c’est formidable pour des super-héros !

Autre bonne surprise, le méchant Thanos. Là on a un vrai méchant qui envoie du lourd (c’est le cas de le dire) ! En plus d’être mastoc, j’ai apprécié d’entrevoir le visage de Josh Brolin sur cette bouille pleine d’effets spéciaux. Brolin apporte vraiment de la profondeur à son personnage, de l’humanité et un certain charisme. Même si les raisons de Thanos d’entreprendre ce qu’il fait sont légèrement floues et manque d’un je-ne-sais-quoi pour être totalement « pardonnables », on comprend ses motivations, son histoire qui est bien plus développée que d’autres méchants, ses émotions. C’est un personnage à part entière qui apporte réellement quelque chose à ce film.

Avengers Infinity War est tellement différent de ce que Marvel nous sert depuis 10 ans, que s’ils avaient supprimé l’humour, cela ne m’aurait absolument pas dérangé (je sais, c’est une de leurs marques de fabrique). Cela dit, la partie comique est judicieusement distillée, elle n’est pas omniprésente, un autre bon point ! Les 2h30 de spectacle sont passées vite, apportant son lot de rire, d’interrogations, de tristesse et de chocs. Les fans ne seront pas déçus. Je pense que j’aurais dû commencer le mois dernier à regarder les 18 films, histoire de me rafraîchir la mémoire, j’ai parfois eu du mal à raccrocher les wagons en 10 ans de films, d’autant que certains sont plutôt anecdotiques par leur contenu. La suite l’année prochaine avec le dénouement final ! Hâte !

Sortie en salles le 25 Avril 2017.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Sicario

Miss Bobby_Sicario Il était en sélection officielle au dernier Festival de Cannes, il sortira le 07 octobre, la bande-annonce est alléchante avec une musique prenante, voire angoissante, je veux parler du nouveau film de Denis Villeneuve (Prisoners, Enemy): Sicario.

Synopsis

La zone frontalière entre les Etats-Unis et le Mexique est devenue un territoire de non-droit. Kate (Emily Blunt), une jeune recrue idéaliste du FBI, y est enrôlée pour aider un groupe d’intervention d’élite dirigé par un agent du gouvernement (Josh Brolin) dans la lutte contre le trafic de drogues. Menée par un consultant énigmatique (Benicio Del Toro) l’équipe se lance dans un périple clandestin, obligeant Kate à remettre en question ses convictions pour pouvoir survivre.

Je vous dévoile la première bande-annonce de Sicario. Personnellement, j’ai hâte.

Sortie en salle le 07 octobre.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Last Days_of Summer

Miss Bobby_Last Days_of Summer J’aime dans une certaine mesure les films romantiques. Ceux gnangnan ne me font ni chaud, ni froid, ils sont trop faciles, courus d’avance et n’apportent rien en réflexion. Last Days of Summer fait parti de ceux que j’aime, ceux qui délivrent un message, ceux qui font rêver et qui donne une autre perspective de la vie.

Ne vous fiez par à sa bande-annonce qui ne paye pas de mine, ici se cache bien un très beau film avec des acteurs formidables. On laisse l’inutile de côté pour se concentrer sur la subtilité de la relation naissante, fragile et douce. Un balbutiement, une hésitation, la peur. Ce n’est pas chose aisée que de laisser entrer dans sa maison et dans son cœur un homme évadé. Kate Winslet interprète à merveille cette femme abîmée par le divorce, cette femme qui ne demande qu’à vivre de grandes aventures, de grands sentiments, de grands bonheurs. Elle rêve de ce que nous sommes nombreux à souhaiter. Elle est finalement ordinaire avec un cœur qui a assez de place pour accueillir une seconde personne (une partie est conquise par son fils).

Josh Brolin, c’est la virilité et le charisme incarnés. Un homme d’une immense sincérité, générosité, qui ne cache pas ses défauts, mais qui sait terriblement les compenser par son altruisme.

Dans une histoire au fond peu banale, se crée un couple d’une rare sensibilité et simplicité, à l’évidence folle. La réalisation se concentre sur les quelques jours d’un quotidien à la fois ordinaire et extraordinaire. Comment ouvrir son cœur, son foyer, faire confiance, aller au-delà de ses peurs ? En fait, le film a résumé une chose effrayante : l’inconnu peut apporter plus de bonheur que la sécurité elle-même.

La chaleur des images et de l’atmosphère appliquent à faire ressortir la proximité, l’attirance des protagonistes, le tout dans une réalisation limpide et qui ne s’encombre pas de superflu.

Qui aurait cru qu’un évadé et qu’une femme qui a perdu son identité pourraient autant faire rêver ? Autant émouvoir ?

Sortie en salles le 30 avril

 

J’ai tellement aimé le film que j’ai souhaité organiser un concours pour vous faire gagner 5×2 places.

Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’à la sortie du film, le 30 avril, pour tenter votre chance.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

[Vous pouvez aussi me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD et sur Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD]



by Miss Bobby

Il n’y a pas si longtemps repassait à la télévision Men in Black premier du nom, je regardais un peu, et je n’étais pas spécialement emballée. Pourtant, en ce temps là, j’avais aimé le film. Du coup, je me suis dit que l’adolescence étant bien loin derrière moi, est-ce que Men in Black 3 allait me plaire avec 12 bonnes années de plus au compteur ?! Eh bien la réponse est oui ! J’en suis la première surprise.

L’histoire en elle-même est plus touchante, plus tournée vers les émotions et la relation entre l’agent K (Tommy Lee Jones) et l’agent J (Will Smith), ce qui donne vraiment du cachet, sans oublier la touche féminine représentée par Emma Thompson, très drôle qui plus est. Retour dans le passé pour sauver K, interprété par l’éternel Tommy Lee Jones et Josh Brolin, on apprécie le rétro vraiment très bien reconstitué et le kitch que l’on retrouve dans les aliens, directement sortis des films des années 60.

Les effets spéciaux sont bien entendus mieux travaillés que pour les deux premiers volets, ce qui est normal, toutefois, je ne suis toujours pas adepte des scènes où Will Smith se fait secouer dans tous les sens, en général par un être non identifié. Cela rend mal à l’image et il y avait le même procédé dans le premier film. Cela sonne trop faux, normal vous me direz, mais visuellement, on n’y croit pas.

Niveau bonus, on reste basique pour un DVD :

– « Partenaires dans le temps : Le tournage de MIB3 », un making of

– « Bêtisier » plutôt court. J’aime bien les bêtisiers et je m’attends toujours à rire. Ce ne fut pas le cas. J’ai mis la barre trop haute. Il ressemble plus à un deuxième making of.

– « Clip musical « Back in Time » de Pitbull » : Vous ne m’en voudrez pas, je suis passée, je n’aime pas du tout Pitbull.

En définitive, des craintes à l’heure où Hollywood ne fait que piocher dans les vieux pots pour en faire des suites à gogo, voire des remakes. Agréable surprise que ce Men in Black 3. Barry Sonnenfeld pourrait même nous en pondre un quatrième que je ne serai pas contre.

 

by Miss Bobby