Telle mère telle fille_film

Telle mère telle fille_filmUne comédie de femmes, faites par des femmes, pour des femmes. Sur le papier c’est tentant, sur l’affiche ça l’est un peu moins : Camille Cottin qui tombe enceinte, et sa moman Juliette Binoche qui décide d’en faire autant, au même moment. Ouh la ! J’aime bien les deux actrices, même si à première vue j’ai un peu de mal à croire que Binoche peut être la mère de Cottin. Bon à seconde vue aussi !

Je ne sais trop par où commencer. Telle mère telle fille n’a pas réussi à me tirer un rictus. Je n’ai pas cru une seule seconde au couple de trentenaire : le couple ne fonctionne pas physiquement. Vous me direz que l’amour peut être surprenant, certaines personnes s’attirent et ne vont pas ensemble. On va dire ça alors… La mère adolescente est agaçante au possible, même si Juliette Binoche est fraîche, pimpante et resplendissante de beauté. Camille Cottin est attachante et ça change de ne pas toujours la voir énervée. Seulement, on n’y croit pas vraiment à l’embrouille et puis delà à en faire un film de plus d’une heure et demi où les deux femmes ne se comprennent pas et se chamaillent… Mouais, en plus les gags tombent à l’eau quand ils ne sont pas étirés à leur paroxysme pour tenter de nous faire rire.

La réalisatrice Noémie Saglio s’en été bien tirée avec Connasse, princesse des cœurs, elle se plante prodigieusement avec Telle mère telle fille dont on ne croit pas une seule seconde à l’histoire, la faute en bonne partie au casting. Il ne reste que Lambert Wilson, toujours aussi charismatique.

Sortie en salles le 29 Mars 2017.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Connasse, princesse des coeurs

Miss Bobby_Connasse, princesse des coeurs Elle a démarré sur Canal Plus, comme beaucoup. Son idée à elle : être très franche du collier et une vraie emmerdeuse avec tout le monde, le tout filmé en caméra cachée. Elle a su imposer un style, un franc-parler et surtout, elle a su dire tout haut ce que nous pensons tout bas, aux commerçants notamment. Fort de son succès en programme court, elle a décidé de passer en programme long, tellement long qu’elle a choisi de faire un film : Connasse, princesse des cœurs.

La question qui vous brûle les lèvres : est-ce que l’adaptation est réussie ? Car on ne va pas se le cacher, passer du petit format au très grand, c’est souvent casse-gueule.

C’est réussi, mais.

Déjà, chapeau à Camille Cottin, car elle était culottée avant, mais aller répandre son culot à Londres où elle n’est pas connue, où les autorités ne sont pas les mêmes, où la culture et les réactions différentes, faut le faire. D’autant qu’elle va quand même très très loin parfois.

Si vous n’êtes pas familier de son humour, de son « tact » et de son aisance à laisser les gens sur le carreau, je vous déconseille le film, car le comble de l’impolitesse atteint des sommets et certaines expressions pourraient choquer la mamie qui est en vous (bien que je suis sûre qu’il y ait des mamies très rock n’ roll).

Le concept est toujours drôle même sur grand écran, les vannes sont assumées, cinglantes, on ne peut d’ailleurs s’empêcher de se mettre à la place des victimes de la Connasse, comment réagirait-on à leur place ?! Cependant, le principe qui cartonne sur du court, devient rapidement redondant sur la durée d’un film, au point qu’on finit par se lasser. Pour ma part, c’est là-dessus que le film pèche : le concept sur 1h20 de film (ça reste relativement court cela dit).

Pour les petites anecdotes croustillantes, sachez qu’à chaque personne piégée, l’équipe du film venait se présenter ensuite et s’excuser pour les manières déplacées de Camille Cottin. Qu’elle a eu quelques déconvenues avec la police anglaise, mais rien de bien grave. Que pour tous les taxis qu’elle a laissé en plan, sans payer, l’équipe repassait derrière. En gros, même si le film respire le manque de respect, ce n’est qu’une fiction. Encore heureux !

La Connasse, princesse des cœurs est audacieuse, odieuse, elle assume, elle mériterait de bonnes fessées, mais qu’est-ce qu’elle est drôle ! On aimerait être aussi folle qu’elle !

Sortie en salles le 29 avril.

Quelques photos de la rencontre après la projection.

Crédit photos Djoolien.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Toute première fois

Miss Bobby_Toute première fois Ne vous inquiétez pas si à la lecture du titre vous vous payez la chanson de Jeanne Mas dans la tête toute la journée. C’est normal. À l’occasion de la sortie du film de Noémie Saglio et Maxime Govare, Toute première fois (dont la critique arrive très vite. Je peux déjà vous dire que j’ai beaucoup aimé), je vous propose un concours.

Synopsis

Jérémie, 34 ans, émerge dans un appartement inconnu aux côtés d’Adna, une ravissante suédoise aussi drôle qu’attachante. Le début dʼun conte de fées ? Rien nʼest moins sûr car Jérémie est sur le point de se marier… avec Antoine.

Pour aller voir le très charmant Pio Marmaï dans Toute première fois, je vous offre 5×2 places à gagner jusqu’à la sortie du film le 28 janvier. Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD



by Miss Bobby