BR Bumblebee

Bumblebee

Go go gadgeto voiture !

Vous vous dites qu’il serait temps d’en finir avec la franchise Transformers ? C’est ce que je me disais, et pourtant, vous savez que je les aime ces gros robots. Et puis j’ai vu Bumblebee et je me suis dit qu’il y avait de l’espoir. En effet, ce film est plus basé sur l’amitié, le relationnel, c’est une fille qui est l’héroïne, elle n’est pas une potiche (c’est important de le préciser, parce que c’était redondant dans la franchise). Ils ont réussi à humaniser Bumblebee et à le rendre attachant. Non, vraiment, Bumblebee n’est pas qu’un film d’explosions (il y en a d’ailleurs beaucoup moins) qui part dans tous les sens. Alors oui, c’est très classique avec les méchants militaires d’un côté et les gentils ados de l’autre, il y a certaines choses relativement tirées par les cheveux. Je garderai un souvenir de celui-ci que des derniers films Transformers, c’est certain !

Passons aux choses sérieuses. Pour sa sortie en Blu-ray™, Blu-ray 4K et DVD le 30 avril 2019, je vous propose un concours. Ça faisait longtemps !

Synopsis

1987. Alors qu’il est en fuite, l’Autobot Bumblebee trouve refuge dans la décharge d’une petite ville balnéaire de Californie. Il est découvert, brisé et couvert de blessures de guerre, par Charlie, une ado qui approche de ses 18 ans et cherche sa place dans le monde. Et quand elle le met en marche, elle se rend vite compte qu’il ne s’agit pas d’une voiture jaune ordinaire.

Je mets en jeu 2 Blu-ray™

BR Bumblebee

Pour tenter de gagner un des lots, il vous suffit de répondre aux questions suivantes. Vous pouvez vous aider de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 05 Mai pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

©2018 , 2019 Paramount Pictures. © 2019 Hasbro. Tous droits réservés.

by Miss Bobby
Transformers - the last knight_film

Transformers - the last knight_filmBon, on en est au combien là ? Cinquième c’est ça ? Je commence à avoir du mal à suivre. À mon grand regret, ça y est, mon engouement (et mon amour) pour Transformers s’essouffle. Un peu comme une relation qui s’éteint doucement. Quoi qu’on puisse dire sur cette franchise, je l’aimais bien avec Shia – j’ai pété un câble en cours de route – Labeouf. Il y avait une certaine innocence dans le premier volet et puis c’était la découverte, les premiers émois avec Bumblebee (pour le coup, je suis toujours amoureuse de Bumblebee même si la Camaro choisit pour The Last Knight a beaucoup moins de gueule). Revenons à nos moutons, enfin à nos robots.

Autobots contre Decepticons, ça ne change pas. Il aurait été judicieux de revoir les films précédents, car il me semblait que Megatron était mort à un moment donné, non ? Corrigez-moi si je me trompe. Pourquoi cette perte d’amour dans cette relation qui dure depuis 10 ans ? Eh bien c’est un peu le fouillis quand même ! Normalement, si mes souvenirs sont bons, les robots débarquent sur Terre dans le premier film. C’est bien cela ? Là, on apprend que les mecs étaient déjà là depuis un petit moment, notamment auprès d’Arthur et les chevaliers de la table ronde, que Bumblebee a fait la guerre (ah bon ?). Je vous spoile un peu, mais ça n’a pas vraiment d’importance dans la manière où je vous tourne ça. D’accord, en fait, on nous ment depuis le début en somme ! Une fois que vous aurez raccroché tous les wagons (et il est long le train !), vous pourrez apprécier 2h30 de spectacle son et lumière. L’installation est longue, très longue, je devrais même dire les installations. On nous lance sur une piste d’un gros sujet en plein au milieu du film, qui en fait ne sera jamais traitée. C’est juste une ouverture pour le film qui suivra. C’est douteux. Soit. Comme d’habitude, les ¾ des personnages ne servent à rien, quoi que non ! Mauvaise langue que je suis : l’actrice, Laura Haddock, n’est pas qu’une potiche ! Hourra ! Bravo Michael (Bay), il était temps après cinq films ! Sinon les autres…humpf. On parle d’Anthony Hopkins dans Transformers ou il n’y a que moi que ça « choque » ? Toujours trois tonnes de robots, néanmoins, on se mélange moins les pinceaux. Ca pète toujours autant dans tous les sens (manquerait plus que Michael Bay perde sa patte).

En fait, Transformers – The last Knight n’a rien d’innovant, ne repousse pas les limites de l’incroyable, il mélange les quatre précédents films pour en faire un cinquième : vous verrez qu’il y a plein de références cinématographiques, mais également aux derniers volets. On aurait pu raccourcir, 2h30 de Transformers en Imax 3D, ça fatigue les yeux et la tête (bonjour, je m’appelle Michael, et je vous bourrine le crâne). Accordez-vous une petite sieste après le film, vous l’aurez bien mérité. J’oubliais, ça reste un divertissement sympathique.

PS : Pour ceux qui le verront en VOSTFR, prêtez bien attention aux voix des robots, un acteur français bien connu s’y cache !

Sortie en salles le 28 Juin 2017.

by Miss Bobby
Pirates des Caraïbes - la vengeance de salazar_film

Pirates des Caraïbes - la vengeance de salazar_filmEt de 5 ! Il y a des franchises dont on attend avec plaisir voire même impatience un nouvel opus, je pense à Fast and Furious ou, pour ma part, à Transformers. Ce sont des franchises qui arrivent à peu près à apporter quelque chose de nouveau (toutes proportions gardées). Seulement, certaines ont plus de mal à se réinventer comme Pirates des Caraïbes qui a allègrement dépassé le stade du naufrage avec La vengeance de Salazar. Je dirai même que le naufrage du Titanic à côté, c’est rien !

J’avais raté le 4, mais quand je vois la teneur du 5, je me dis que je n’ai rien raté. La saga s’affiche clairement comme une machine à tunes : on fait des films en suivant le filon qui fonctionne, car le public aime Jack Sparrow. Le reste, on s’en fiche ! Résultat des courses : 2h10 de pas grand chose. Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar n’est même pas un bon divertissement ! Il est beaucoup trop long pour un scénario qui tient sur un post-it. Le film met 10 plombes à démarrer, à tourner en rond, pour enfin nous annoncer la fameuse aventure… Tu parles d’une aventure ! Elle est brouillonne, on ne comprend pas vraiment le but, ça part dans tous les sens. On a qu’une envie, que ça se termine. Ce naufrage annoncé est soutenu par une bande d’acteurs dont le jeu est plus qu’approximatif : Johnny Depp cabotine à mort au point qu’il en devient fatiguant de le voir jouer le mec faussement bourré (l’acteur saoul qui joue mal un personnage saoul, allez comprendre). Javier Bardem, bon sang, il est bon d’habitude, ici, on a l’impression qu’il est gêné par son costume, en plus d’être mal filmé (faut éviter les plans trop rapprochés). Est-ce que je parle des deux minots, Brendon Thwaites et Kaya Scodelario ? Pas la peine ! On retrouve aussi le Gypsy King Orlando Bloom, aussi épanoui qu’une moule décrochée de son rocher.

On retiendra quand même que visuellement, ce cinquième volet est plutôt réussi, la 3D fonctionne de temps à autre. Et c’est tout. Pirates des Caraïbes : La vengeance de Salazar ne sert à rien, n’apporte rien. Vite vu (après 2h de longueurs) et vite oublié.

Sortie en salles le 24 Mai 2017.

by Miss Bobby
41è Festival du Cinéma Américain de Deauville

41è Festival du Cinéma Américain de Deauville

Ça y est ! Ça commence à sentir bon et ça se précise doucement. Mon impatience a fait son apparition et j’ai vraiment hâte d’y être.

Dans ce que nous savons déjà :

Le président du jury sera le réalisateur Benoit Jacquot.

Le film d’ouverture sera Everest de Baltasar Kormákur avec la présence de l’équipe du film. Je ne vous cache pas que j’ai fait un début de syncope à cette annonce, car il y a une petite chance que Jake Gyllenhaal soit présent. Vous voyez un peu mon état émotif ?

Le film de clôture sera Sicario de Denis Villeneuve.

Un hommage sera consacré à Orson Welles. Je vais peut-être pouvoir en profiter, n’ayant pas pu lors du Champs Elysées Film Festival.

Également un hommage à Terrence Malick et Keanu Reeves, qui fera le déplacement. Neo va venir !! Je ne sais pas si vous imaginez ?!

Hommage à Ian McKellen. Gandalf et Magneto quand même ! En sa présence.

Hommage à Orlando Bloom. Je pense que certaines de mes copines vont me détester ! En sa présence aussi… Il en va de même pour l’actrice Patricia Clarkson.

Et bim, hommage à monsieur Michael Bay, papa de Bad Boys et Transformers (entre autres). Si vous vous souvenez, je suis fan de Transformers… Et il sera là en plus !!!

Certains films sont déjà au programme : Jamais entre amis de Leslye Headland avec la venue d’Alison Brie (Troy and Abed in the morrrning), Le Prodige d’Edward Zwick, Life d’Anton Corbijn, et Les chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao.

On espère que d’ici la conférence de presse le 24 août, nous aurons de nouvelles informations. En attendant, nous spéculons et nous trépignons ! Une fois que vous aurez goûté à votre premier Festival de Deauville, vous n’aurez qu’une envie : recommencer !

Gardez un œil ouvert aux annonces sur le site officiel et n’oubliez pas que le Festival est ouvert au public.

by Miss Bobby

Miss Bobby_Optimus Prime

C’était l’événement cette nuit, la première bande-annonce du quatrième opus des robots-voitures : Transformers : l’âge de l’extinction, avec toujours aux commandes Michael Bay.

Adieu veaux, vaches, cochons et Shia Labeouf ! Bonjour Mark Wahlberg !

Pas la peine de vous dire que j’ai hâte de retrouver Bumblebee et Optimus Prime.

Bande-annonce de folie quand même !

Va falloir être encore patient, parce que ça sortira le 16 juillet !

by Miss Bobby

Miss Bobby_Pacific_RimBon eh bien voilà, on a fait le tour des blockbusters ultra attendus. Il restera néanmoins Elysium, et pour les autres Le Hobbit : La Désolation de Smaug.

Par où commencer ?

J’ai rajeunit de 20 ans en regardant ce film. Votre âme d’enfant va refaire surface.

On part sur une base classique : des aliens envahissent la Terre (par l’océan pour le coup, via une brèche). Tous les codes du film apocalyptique sont là : la dualité, le rapport père-fils, le sacrifice, l’héroïsme, etc. Personnellement, j’ai apprécié que l’action ne se passe pas aux Etats-Unis, mais à Hong Kong, même si ce sont les Américains qui prennent en charge le peloton. Autre chose plutôt intéressante, pas d’introduction qui permet de présenter l’action, on entre directement dans le vif du sujet. En gros, Guillermo Del Toro nous balance du plein la vue dès les premières quinze minutes. D’ailleurs, c’est bien là où se trouve la force du film. Autant il manque d’émotions, on ne s’accroche pas du tout aux personnages, autant visuellement, vous allez resté scotché à votre fauteuil. Et bon point bonus pour la 3D qui pour une fois est fluide et ne desserre pas le film. Les Jaegers (les robots) peuvent envoyer les Transformers au placard. Les noix de Kaijus sont très bien réfléchis par leur système d’évolution et idem, Godzilla, à côté, peut aller se rhabiller.

Miss Bobby_Gipsy Danger

Guillermo Del Toro nous émerveille. On regarde Pacific Rim les yeux et les oreilles grands ouverts (voire la bouche ouverte aussi). J’ai eu une légère baisse de régime lors d’une séquence hors combat qui a une tendance à s’éterniser. Alors même si le cœur du film n’est pas inoubliable, il se doit d’être vu en salles pour en apprécier au maximum le spectaculaire.

PS : Charlie Hunnam : un régal pour les yeux qui fait aussi son boulot.

Ce que mes deux accompagnateurs en ont pensé :

« C’est toujours avec une certaine appréhension que je vois ce type de films, souvent plombés à mon goût par une surenchère d’effets mal gérés ne servant pas le spectacle. 
La bonne surprise… Pacific Rim démarre plein pot, nous glisse directement dans le sujet sans nous lâcher un seul instant. La réalisation et les effets spéciaux, qui même s’ils sont parfois limites, servent merveilleusement le film durant plus d’une heure et demi en vous offrant un très joli spectacle de divertissement. 
Bref pour ceux qui aiment le genre, mission remplie ! » – Irca75

« Pacific Rim c’est avant tout une bande-annonce qui vous donne vraiment envie d’aller le voir ! Et c’est là qu’on commence à douter… Car on se demande immédiatement si on n’a pas déjà tout vu ! Rassurez-vous, vous tomberez directement dans l’action, à tel point que le titre du film arrivera lorsque vous ne vous y attendrez plus. Et ensuite, plus une minute pour souffler, tout s’enchaîne, ça vous en met plein les yeux et les rôles principaux sont bien interprétés ! Seuls petits bémols pour moi sur la qualité de certains effets spéciaux (la brèche est franchement moche), quelques détails plastoc’ des armures des pilotes dans certaines scènes et la 3D qui ne me fait toujours pas vibrer (mais c’est un avis très personnel). En résumé : si vous avez aimé la bande-annonce, vous adorerez le film ! (j’ai volontairement retiré les 36 superlatifs que j’avais mis à la place de « adorerez », mais vous l’avez compris, vous allez kiffer !) » – tiKnard

by Miss Bobby