Ce soir, je reçois Fantômette. Bien sûr, plus anonyme, tu meurs! Gardons espoir, tel est son message…

Mesdames, mesdemoiselles, si vous pensez ne pas avoir de chance en Amour, avoir subi les pires déconvenues et déceptions… et bien rassurez-vous ! Il y a pire !!!

Oui il y a moi !!! Ha ha ha !

J’en rigole aujourd’hui (un peu jaune certes) mais je me suis retrouvée bien minable (non je ne suis pas devenue alcoolique…). Crises de larmes 24h/24h, angoisse permanente, rechutes, questions existentielles, pas d’appétit, cœur en morceaux presque au sens littéral. Je ne dirais pas que j’ai vécu l’Enfer (je relativise… je sais qu’il y a pire sur Terre) mais j’ai connu les ténèbres c’est certain. J’ai fait des choses insensées, de celles où on ne se reconnaît pas. En somme, je me suis éloignée de moi, je me suis beaucoup perdue au cours des dernières années. On m’a un peu brisée, volé quelques illusions…

Des histoires comme la mienne il y en a peu, si si c’est vrai ! Je ne rentre pas dans les détails… mais sexe, mensonges et… photos ? Puis il y a eu les autres aussi… éphémères… et pas forcément mieux. Moins douloureuses certes, mais pas plus réconfortantes pour autant. Pas encore d’histoires pour faire renaître l’espoir perdu.

Il faut dire que quand il y le Mal(e) autour, vous pouvez en être certain que c’est vers moi que ça va tomber. Eh oui j’ai apparemment le flair pour ça… pour le… CONNARD ou le… SALAUD c’est selon. Mais étant de nature un peu vicieuse forcément, il s’agit du Connard ou du Salaud qu’on ne détecte pas au premier regard… il faut quelques mois voire quelques années avant de s’en rendre compte. Ah les hommes !!! Ces autres que je ne comprends pas et que je ne comprendrai probablement jamais !

Je ne les diabolise pas pour autant, je me refuse à faire des généralités, je sais que la gent féminine regorge de garces également et que ce que l’on peut reprocher aux uns peut s’appliquer aux autres. Mais ils avaient tous quelques caractéristiques communes au moins : des signes à cornes (éviter les signes à cornes si si !!!), un côté séducteur, une incapacité à accepter la solitude, l’égoïsme, le manque de sincérité et surtout la lâcheté. Bon là, je vais quand même en balancer une de généralités… la lâcheté est quand même un défaut très répandu chez le Mal(e).

Je sais déjà ce que vous vous dites… « Rhooo elle exagère. Ce n’est pas nous qui sommes lâches, nous disons juste aux femmes ce qu’elles veulent entendre »… Certes l’Amour ne rend pas seulement aveugle il rend sourd également… Mais messieurs, la plupart du temps les femmes ne cherchent qu’à savoir la vérité ! Alors, un peu moins de mauvaise foi, un peu plus de courage et ça évitera bien des drames !

Où j’en suis aujourd’hui ? Et bien tout n’est pas perdu, je dirais. J’erre dans les « limbes » du célibat (ouhhh le vilain mot !!!), mais comme dirait les Anglo-saxons « I don’t care » (je m’en fiche).  J’ai besoin de temps. Comme toujours le temps guéri bien des maux. On n’oublie pas tout certes ; le chagrin laisse des cicatrices. Mais aujourd’hui je n’ai plus mal. Je cherche avant tout à me (re)trouver, car il faut avant tout être bien avec soi-même pour être bien avec quelqu’un d’autre.

Même si ces expériences (et d’autres entendues…) m’ont appris que l’Amour ne peut pas tout et que peu de gens arrivent à le faire rimer avec toujours… une petite partie au fond de moi – probablement la jeune fille blottie au creux de ma poitrine –  continue d’espérer.

C’est donc un message d’espoir au final que j’essaie de passer. À ceux qui seraient blasés ou cyniques… surtout, ne le soyez pas ! Oui on peut souffrir d’Amour. Mais s’il y a bien une chose que je ne regrette pas même si j’ai souffert, c’est d’avoir aimé. D’avoir aimé tellement fort que le chagrin est terrible, mais le bonheur procuré avant immense. Et j’espère que ça m’arrivera de nouveau !

C’est ainsi que va la vie. On recherche tous à être aimés et moi je me sens aimée ! Peut-être pas d’une seule et unique personne, mais de tous ceux qui me sont proches, qui sont toujours là que j’aille bien ou mal. L’Amour se décline, il a plusieurs facettes et je n’oublie pas que j’ai quand même de la chance !

La vie est absurde c’est certain, mais elle serait encore plus triste si nous n’éprouvions aucune émotion ou simplement une seule.

Je finirai par deux citations que j’aime beaucoup :

« Maintenant j’erre et je m’égare toujours. Je cherche vainement à m’appuyer, rien n’est solide, tout m’échappe, tout me trompe. Nos espérances et nos débris ne sont vraiment ici-bas que vaines chimères et nos succès des fantômes que nous croyons saisir. S’il est pour nous sur Terre quelque chose de certain, ce sont nos peines. La souffrance est réelle, les plaisirs ne sont qu’imaginaires » Théodore Géricaut

Et :

« Vivre est ce qu’il y a de plus de beau au monde, la plupart des gens existent, c’est tout ! »

 Fantômette

4 novembre 2009

3 Réponses à “Le Mal(e)”

  1. Banette says: 5 novembre 2009 à 21 h 01 min

    Voila, tu muris…
    Un jour tu comprendras que tu essayes de faire souffrir autant que tu as souffert.
    Mais ça ira mieux, t’as que 25 ans. Dans meme pas un an, t’es maquée !

    Et puis, ce sont des cycles, soit sure que même avec des enfants tu remettras encore parfois tout en question.

    Le journaliste pretentieux.

    1. Bobby says: 5 novembre 2009 à 23 h 17 min

      Waouh!
      Sans insultes ce coup-ci, bravo, mais c’est loin d’être parfait!
      Alors, relecture, c’est Fantômette, et non moi, l’auteure de cet article!

      Donc elle te répondra.

      Sinon, tu juges encore mais tu fais des progrets, c’est bien! Tu vois, je valide ton commentaire, comme quoi tout arrive et cela pourrait même continuer si tu sais être objectif et oublier de juger (parce que ça, c’est bof hein).

      Allez, à bientôt!

  2. L'homme à la basse says: 6 novembre 2009 à 18 h 28 min

    « Car vivre dans un monde où nul n’est pardonné, où la rédemption est refusée, c’est comme vivre en enfer ».
    Milan Kundera, in La plaisanterie

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

You may use these <abbr title="HyperText Markup Language">html</abbr> tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>

*