Bad moms 2

Bad Moms 2 : Les mères terribles sont de retour !

Bad moms 2Elles avaient envoyé valser gentiment les enfants, leur mari et leurs responsabilités dans Bad Moms. Ces trois mères complètement déjantées reviennent dans Bad Moms 2, mais ce coup-ci, elles vont avoir des adversaires de poids !

Synopsis

Comme toutes les mères de famille, Amy, Kiki et Carla angoissent à l’approche de Noël.
Entre les cadeaux, la cuisine, la décoration, l’organisation et la préparation, c’est toujours les mêmes qui s’y collent… Et pour compliquer les choses, leurs propres mères, exigeantes et critiques, s’invitent à la fête ! Au bout du rouleau, elles décident de prendre les choses en main et de s’éclater. Cette année l’esprit de noël va sérieusement trinquer…

Avec elles, Noël va swinguer ! Pour la sortie de cette comédie de Noël le 29 Novembre, je vous propose de gagner 5×2 places. Pour cela, il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 29 Novembre pour participer !

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Blu-Ray_ Jupiter Le destin de l'univers

Miss Bobby_Blu-Ray_ Jupiter Le destin de l'univers De l’univers… n’exagérons rien. Déjà Jupiter : Le destin d’un film, ç’aurait été mieux, au lieu de ça, c’est le destin d’un gâchis cinématographique. Je ne sais pas ce que font les Wachowski depuis qu’ils ont quitté Néo, mais à un moment donné, il va falloir se ressaisir. Cloud Atlas était pas mal, mais pas de quoi retourner l’univers ciné, mais avec Jupiter Ascending (en anglais), c’est la plantade. C’est d’un bordel, désolée pour mon français, mais il faut être clair à un moment donné. Non seulement c’est le fouillis, et en plus c’est chiant.

Je vais tenter de vous la faire courte : les scènes d’action partent dans tous les sens au point qu’il est difficile de suivre qui fait quoi, ça tangue, ça tourne, ça tombe… Ouh la stop ! Stop ! Si on peut éviter la nausée, merci. Sur le scénario : vendu en film fantastique et d’action, on se retrouve avec du fantastique où il ne se passe pas grand chose, où les acteurs jouent relativement comme des pieds, la palme allant à Eddie Redmayne : autant je l’avais trouvé incroyable dans Une merveilleuse histoire du temps, autant avec son murmure quand il débite des dialogues (j’ai tendu l’oreille plus d’une fois), son côté faussement méchant-cruel auquel on ne croit pas une seule seconde, tape sur les nerfs. À vouloir créer un personnage mystérieux et énigmatique, c’est une grande farce à lui tout seul.

S’ajoute à cela une sur-enchère d’effets spéciaux qui ne m’ont absolument pas convaincue, n’intégrant pas le spectateur et nous laissant complètement hermétique à l’action. En gros, c’est moche, ce n’est pas palpitant, ça discute beaucoup, c’est mal joué et on s’ennuie ferme. Une belle promesse sur le papier qui est retombée comme un soufflé raté.

Miss Bobby_Jupiter ascending

Bonus :

– Jupiter Jones : Noter destinée est ancrée en nous (7 minutes)

– Caine Wise : Guerrier interplanétaire (5 minutes)

– Les Wachowski : Le pouvoir de l’esprit (8 minutes)

– Des mondes à l’intérieur des mondes (10 minutes)

– Jupiter le Destin de l’univers : Combinaison génétique (11 minutes)

– Un « bullet time » plus évolué (10 minutes)

– De la terre à Jupiter (Et partout entre les deux) (10 minutes)

Sortie en vidéo depuis le 24 juin.

by Miss Bobby

 Miss Bobby_Seth_MacFarlane

Je vous en parlais il y a de cela quelques semaines en postant ma critique, j’avais vu Ted mi-août Outre-Atlantique et j’avais A-DO-RÉ. Alors dans ma quête de vous inciter à aller voir ce film, et si je vous incite, c’est que c’est pour votre bien, j’organise un concours en partenariat avec Universal.
10×2 places sont mises en jeu jusqu’à la date de sortie soit le 10 octobre.

À 8 ans, le petit John Bennett fit le voeu que son ours en peluche de Noël s’anime et devienne son meilleur ami pour la vie, et il vit son voeu exaucé. Presque 30 ans plus tard, l’histoire n’a plus vraiment les allures d’un conte de Noël. L’omniprésence de Ted aux côtés de John pèse lourdement sur sa relation amoureuse avec Lori. Bien que patiente, Lori voit en cette amitié exclusive, consistant principalement à boire des bières et fumer de l’herbe devant des programmes télé plus ringards les uns que les autres, un handicap pour John qui le confine à l’enfance, l’empêche de réussir professionnellement et de réellement s’investir dans leur couple. Déchiré entre son amour pour Lori et sa loyauté envers Ted, John lutte pour devenir enfin un homme, un vrai !

Au casting de cette comédie hilarante, riche en références et surtout politiquement incorrecte : Seth MacFarlane derrière la caméra et interprétant Ted (la voix française a été attribuée à Joey Starr), Mark Wahlberg qui a su très bien gérer les scènes avec l’ours en peluche (pour info, et je suis désolée de vous l’apprendre, Ted n’existe pas. Aoutch), la charmante Mila Kunis qui se bat pour « la garde » de son homme, Joel McHale sorti de Community, Giovanni Ribisi et sa pointe de psychotisme. Et quelques guest stars que vous saurez découvrir et reconnaître durant le film.

Pour se faire, je vous laisse répondre aux questions qui suivent à l’aide de la bande-annonce (ou non, si comme moi vous l’avez déjà vue 350 fois par pur plaisir d’entendre « my bad, I was sending a tweet »).

Bonne chance à vous et vous m’en direz des nouvelles de ce film, promis.

Miss Bobby_Ted

Mieux vaut tard que jamais comme dirait l’autre. Je tiens à écrire ma critique de Ted avant que la toile française ne soit submergée par les critiques de mes chers comparses blogueurs. D’autant que j’ai de l’avance sur eux, je l’ai vu il y a tout de même trois semaines, en anglais et seulement en anglais. J’ai dû comprendre 80% (je vais être large) des dialogues. Mais le film est tellement drôle et pour que je puisse comprendre toutes les subtilités, je vais me faire un plaisir de le revoir avec les sous titres (et malheureusement, sans le popcorn au beurre. Dur).

Je commencerai par un échange que j’ai eu avec trois personnes, que je ne connaissais pas, autour d’un verre vin chez Pangea. Nous parlions cinéma et sur le fait que je venais de voir Ted. K. précise l’histoire à son amie J. (nous n’avons pas le même âge, ils tournaient autour de la quarantaine d’années) comme quoi c’est un ours en peluche assez déjanté, qui dit des gros mots, je ne sais plus ce qu’elle a dit exactement, en tout cas, elle a fini par « ce n’est pas un film pour toi », en gros, ça ne te plaira pas. Ce qui ne m’a pas surprise, son amie était Anglaise, principal d’école, très distinguée, je la voyais mal aller voir ce film. Sur ce, j’ai ajouté « nous, les Français, nous aimons bien les gentilles choses comme les ours en peluche, qui deviennent autre chose que de gentilles choses », qui deviennent de gros pervers en somme. Vous n’allez pas me contredire ?! Un ours en peluche mignon comme tout et salace au possible, on adore ça, non ?!

John est un petit garçon solitaire, qui n’arrive pas à avoir des amis. Ses parents lui offrent un ours en peluche lors d’un Noël et aux Etats-Unis, comme les Noëls sont magiques, il souhaite que son ours prenne vie. Ted vint à la vie. Au début, c’est un ours tout ce qu’il y a de normal, enfin si je puis dire, absolument adorable. Et puis, comme tout être doté de la vie, il grandit, sans forcément suivre les pas de John (Mark Wahlberg), qui lui devient un adulte sérieux, engagé dans une relation avec Lori (Mila Kunis).

Pour info, on ne voit pas tout dans la bande-annonce, certes, il y a des gags dévoilés, mais c’est rien en comparaison de ce qui vous attend. J’ai été agréablement surprise, surtout venant de la part des Américains. A mon avis, c’est parce que c’est la patte de Seth MacFarlane (que je ne connais pas) qui n’hésite pas à pousser toujours plus loin les limites. Et excusez du peu, mais putain ce que ça fait du bien ! Il les pousse très loin ! C’est tout simplement hilarant. Il y a évidemment des choses faciles, comme dans tout film, toutefois, il y a des grossièretés (le mot est faible) qui sortent de la bouche de l’ours en peluche, le décalage est puissant et réussit. Je me suis régalée. Je regardais mon colocataire pour voir ses réactions (pour info, il ne voulait dire aucun gros mot devant moi), s’il allait être choqué, eh bien non ! En même temps, si vous êtes un peu prude sur les bords, il y a de quoi.

La voix grave de Seth MacFarlane, sa désinvolture siéent à merveille à Ted. Ceux qui connaissent Wilfred feront obligatoirement un rapprochement. J’ai été surprise que K. le fasse et connaisse la série. Quant à Mark Wahlberg et Mila Kunis, rien à redire, ils font le taff, même s’ils se paient eux aussi quelques répliques bien marrantes.

Je sais que ceux qui liront cet article ne sont pas coincés, en conséquence de quoi, allez voir Ted ! C’est tellement drôle et déplacé, vous passerez un super moment. Et puis, comme je vais retourner le voir, si vous voulez vous joindre à moi, ça sera avec plaisir !

by Miss Bobby
Miss Bobby_Sexe entre_amis

Miss Bobby_Sexe entre_amis Sexe Entre amis qui vient rejoindre la lignée des nouvelles comédies dans l’air du temps, où les protagonistes sont en général déçus par le sexe opposé et qui décident de prendre du bon temps ensemble. Marche également avec « j’ai des sentiments pour toi et au lieu de me morfondre en attendant que tu en aies pour moi, faisons des cabrioles, tu changeras peut-être d’avis », ça c’est le pitch de Sex friends. J’en avais parlé ici.

Qualité vidéo :

Pour avoir vu des qualités bien plus nettes et plus propres, je dois dire que rien ne m’a sautée aux yeux. C’est vrai qu’avec un blu-ray, on s’attend toujours à une qualité hors pair, ce qui ne fut pas le cas.

Qualité audio :

N’oublions pas que ce n’est pas un film d’action, donc rien ne saute aux oreilles. La balance entre les voix et la musique est bonne, j’ai souvent du mal quand la musique est plus forte que le reste. Là, rien à redire.

Bonus :

Pas de quoi s’ennuyer

–          Commentaire audio par Will Gluck, Justin Timberlake et Mila Kunis

–          Scènes coupées (avec commentaire optionnel)

–          Bêtisier

–          Lecture du film avec piste pop-up

–          Chorégraphie d’un flashmob

–          Sur le tournage

–          Mode d’emploi d’une Sexomédie

J’ai découvert ce qu’était la lecture avec piste pop-up. Vous avez des annotations sur l’écran qui vous permettent d’apprendre des petits trucs concernant le film, notamment qu’au début du film, ce n’est pas Justin Timberlake qui fait défiler les images sur l’écran, mais un technicien. Chorégraphie d’un flashmob, c’est intéressant, surtout quand il faut filmer 300 personnes et que ce n’est pas aussi facile qu’on le croie. Le bêtisier et le tournage se rejoignent un peu, sauf qu’il y en a un plus porté sur le comique et l’autre, sur les acteurs et à quel point ils sont géniaux (en même temps, je vois mal entendre à quel point ils étaient nuls). Les scènes coupées ne sont pas nécessaires, aussi bien dans le film que dans les bonus. Et enfin, la sexomédie, je n’ai pas eu l’impression d’apprendre quelque chose sur la construction de ce type de film. La preuve, je ne me rappelle pas du contenu.

Le film :

Une comédie/sexomédie divertissante avec des personnages ayant chacun une histoire, sans réellement avoir de profondeur. Elle n’est pas inoubliable. Vous pourrez toujours vous rincer l’œil sur les fesses de Timberlake ou la superbe plastique de Mila Kunis (toujours aussi charmante).

by Miss Bobby