Voyage à yoshino

Voyage à yoshino

Forêt de tous les songes

C’est de nouveau dans une forêt mystique que Naomi Kawase a décidé de perdre les spectateurs dans Voyage à Yoshino avec comme guide spirituel Juliette Binoche. Comme à son habitude, elle prend le temps d’observer et de nous montrer, de nous faire apprécier l’environnement, Mère Nature, laissant les émotions s’installer, s’étirer, vagabonder.

Là où elle m’avait complètement charmée avec Les Délices de Tokyo, j’avoue être restée perdue dans sa forêt, ne sachant pas apprécier à sa juste valeur le mysticisme des lieux. J’aime qu’elle m’embarque dans sa lenteur pour apprécier la vie, les détails, les sons (j’aurais voulu les odeurs boisées aussi), cependant, son histoire était un peu trop alambiquée à mon goût, même si tout se tient : l’opposition entre le contemporain goudronné qui traverse la verdure naturelle, et la dure réalité face aux souvenirs que font resurgir cette forêt. Peut-être suis-je allée trop loin dans ma réflexion ? Partant vers la réincarnation et la renaissance, alors qu’il ne s’agit que de souvenirs… Quoi que je pense qu’il y a une certaine forme de renaissance dans son propos.

Voyage à Yoshino n’en reste pas moins un voyage poétique où Juliette Binoche déverse son habituelle douceur face au renfermement du néanmoins sympathique Masatoshi Nagase. Même si je suis passée un peu à côté du film, la balade fut agréable et tranquille.

Sorti en salles depuis le 28 Novembre 2018.

by missbobby
Telle mère telle fille_film

Telle mère telle fille_filmUne comédie de femmes, faites par des femmes, pour des femmes. Sur le papier c’est tentant, sur l’affiche ça l’est un peu moins : Camille Cottin qui tombe enceinte, et sa moman Juliette Binoche qui décide d’en faire autant, au même moment. Ouh la ! J’aime bien les deux actrices, même si à première vue j’ai un peu de mal à croire que Binoche peut être la mère de Cottin. Bon à seconde vue aussi !

Je ne sais trop par où commencer. Telle mère telle fille n’a pas réussi à me tirer un rictus. Je n’ai pas cru une seule seconde au couple de trentenaire : le couple ne fonctionne pas physiquement. Vous me direz que l’amour peut être surprenant, certaines personnes s’attirent et ne vont pas ensemble. On va dire ça alors… La mère adolescente est agaçante au possible, même si Juliette Binoche est fraîche, pimpante et resplendissante de beauté. Camille Cottin est attachante et ça change de ne pas toujours la voir énervée. Seulement, on n’y croit pas vraiment à l’embrouille et puis delà à en faire un film de plus d’une heure et demi où les deux femmes ne se comprennent pas et se chamaillent… Mouais, en plus les gags tombent à l’eau quand ils ne sont pas étirés à leur paroxysme pour tenter de nous faire rire.

La réalisatrice Noémie Saglio s’en été bien tirée avec Connasse, princesse des cœurs, elle se plante prodigieusement avec Telle mère telle fille dont on ne croit pas une seule seconde à l’histoire, la faute en bonne partie au casting. Il ne reste que Lambert Wilson, toujours aussi charismatique.

Sortie en salles le 29 Mars 2017.

by missbobby
Miss Bobby_L'épreuve

Miss Bobby_L'épreuveL’Épreuve, un film qui porte bien son nom, tant j’en suis sortie dans la douleur, une bonne, celle d’avoir vu un film qui raconte quelque chose de lourd, de passionnant et de terrible à la fois.

Voici le synopsis qui sera plus clair que si c’est moi qui tente de vous expliquer :

Rebecca (Juliette Binoche) est une photographe de guerre de renommée internationale. Alors qu’elle est en reportage en Afghanistan pour suivre un groupe de femmes qui préparent un attentat suicide, elle est gravement blessée par l’explosion d’une bombe. De retour chez elle en Irlande, pour se remettre de ce traumatisme, elle doit affronter une autre épreuve. Marcus (Nikolaj Coster-Waldau), son mari et Stéphanie (Lauryn Canny), sa fille ainée de 13 ans, ne supportent plus l’angoisse provoquée par les risques que son métier impose. Rebecca, qui est déchirée entre les souffrances qu’elle fait subir à ses proches et sa passion de photoreporter, doit faire face à un ultimatum : choisir entre son travail et sa famille. Mais peut-on vraiment échapper à sa vocation, aussi dangereuse soit-elle ? Renoncera t-elle à couvrir ces zones de combats, et à sa volonté de dénoncer la tragédie humaine de son époque ?

Juliette Binoche est transcendante dans ce rôle de photographe animée depuis toujours par une colère qu’elle tente de canaliser, en exposant au monde ses propres atrocités via des clichés d’une rare puissance, portant sur ses épaules le film et tout ce qui s’en dégage. Il est difficile pour moi de vous faire une analyse ou de vous expliquer ce que j’ai ressenti, tant le film m’a retournée. C’est le destin d’une femme qui se bat pour des valeurs qui touchent tout le monde, pour des choses horribles dont on sait qu’elles existent et qu’on oublie, volontairement ou involontairement, nous focalisant égoïstement sur nos existences. Cependant, elle aussi vit égoïstement, allant au-delà du danger pour vivre sa passion, pour avoir un peu d’adrénaline, se mettant difficilement à la place de son mari ou de ses enfants, dont la femme/la mère est toujours face au danger.

L’Épreuve engage le spectateur sur les choix, entre la raison et la passion, les épreuves de la vie, dépasser ses peurs ou les comprendre, cerner ce que l’on veut, comment on veut évoluer et finalement, tenter de comprendre le chemin que l’on a pu choisir (notamment en construisant une famille avec un métier qui ne s’y prête pas). Le film pose les questions sur le conjoint également, le prix à payer pour aimer en vivant continuellement dans la crainte d’une mauvaise nouvelle ; rencontrer une personne en sachant pertinemment que l’existence avec elle sera peu commune et prendre la décision d’y aller quand même. L’amour peu conventionnel, doit-on se priver ou non ? Construire et prendre le risque que tout explose ? Vivre avec la boule au ventre ?

Aussi, le film montre-t-il en partie l’implication de ces reporters. Clairement, les exemples plutôt extrêmes du film laissent à penser qu’il n’y a pas de parti pris. Le photographe reste en recul et ne s’implique pas dans une action où les conséquences seront désastreuses. Il y a certes une prise de conscience du personnage, mais nous sommes en droit de nous demander pourquoi n’intervient-elle pas, alors que des vies sont en jeu ? Choix délibéré d’Erik Poppe de pas s’étendre sur ce sujet ou est-ce une réalité ? D’être au cœur de l’action, sans y prendre part ?

L’Épreuve n’en reste pas moins, malgré ce détail disgracieux, un film incroyable, porté par une actrice qui se donne entièrement, avec beaucoup de cœur, retransmettant un réalisme troublant et un thème passionnant.

Sortie en salles depuis le 06 mai.

by missbobby
Miss Bobby_L'épreuve

Miss Bobby_L'épreuveVous n’avez pas pu jouer au concours pour gagner des places pour l’avant-première de L’Épreuve ? Ou vous n’habitez tout simplement pas en région parisienne ?! Pas de panique, seconde chance d’aller découvrir ce très beau film au cinéma grâce à ce concours.

Synopsis

Rebecca est une photographe de guerre de renommée internationale. Alors qu’elle est en reportage en Afghanistan pour suivre un groupe de femmes qui préparent un attentat suicide, elle est gravement blessée par l’explosion d’une bombe. De retour chez elle en Irlande, pour se remettre de ce traumatisme, elle doit affronter une autre épreuve. Marcus, son mari et Stéphanie, sa fille ainée de 13 ans, ne supportent plus l’angoisse provoquée par les risques que son métier impose. Rebecca, qui est déchirée entre les souffrances qu’elle fait subir à ses proches et sa passion de photoreporter, doit faire face à un ultimatum : choisir entre son travail et sa famille. Mais peut-on vraiment échapper à sa vocation, aussi dangereuse soit-elle ? Renoncera t-elle à couvrir ces zones de combats, et à sa volonté de dénoncer la tragédie humaine de son époque ?

Je vous fais gagner 5×2 places pour aller le découvrir directement en salles lors de sa sortie le 06 mai. Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 10 mai pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

by missbobby
Miss Bobby_L'épreuve

Miss Bobby_L'épreuveJ’ai vu il y a quelques semaines le nouveau film d’Erik Poppe avec Juliette Binoche, L’Epreuve, et en attendant de pouvoir lire ma critique sur ce film qui m’a bouleversée, j’aimerai vous faire gagner des places, mais pas n’importe lesquelles.

Synopsis

Rebecca est une photographe de guerre de renommée internationale. Alors qu’elle est en reportage en Afghanistan pour suivre un groupe de femmes qui préparent un attentat suicide, elle est gravement blessée par l’explosion d’une bombe. De retour chez elle en Irlande, pour se remettre de ce traumatisme, elle doit affronter une autre épreuve. Marcus, son mari et Stéphanie, sa fille ainée de 13 ans, ne supportent plus l’angoisse provoquée par les risques que son métier impose. Rebecca, qui est déchirée entre les souffrances qu’elle fait subir à ses proches et sa passion de photoreporter, doit faire face à un ultimatum : choisir entre son travail et sa famille. Mais peut-on vraiment échapper à sa vocation, aussi dangereuse soit-elle ? Renoncera t-elle à couvrir ces zones de combats, et à sa volonté de dénoncer la tragédie humaine de son époque ?

Je vous fais gagner 10×2 places pour assister à l’avant-première parisienne le 27 avril à 20h à l’UGC Les Halles en présence de Juliette Binoche. Rien que ça ! Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 25 avril pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

by missbobby
Miss Bobby_Gareth_Edwards

Miss Bobby_Gareth_EdwardsJe reçois à dîner A., envoyé comme reportrice pour affronter la bête Godzilla et voilà ce qu’elle en a pensé :

Un film grand spectacle à destination d’un public large, Godzilla le reboot est techniquement remarquable, Gareth Edwards a su revigorer l’image de notre Roi des Monstres préféré, il en a donné une vision particulièrement convaincante : gigantesque, massive, écailleux, terrifiant… et revanchard !

Si du point de vue de la réalisation il n’y a rien ou peu à redire, niveau scénario ou du choix du casting , je reste un peu sur de la déception après coup. Gareth dit avoir voulu plonger le spectateur dans le désarroi réaliste d’une telle situation, montrer des héros aux réactions humaines, sûrement, en tout cas c’était beaucoup trop subtil : Aaron Taylor Johnson a travaillé sa musculature, mais il n’a aucun charisme, on le sent névrosé, Elizabeth Olsen a encore le mauvais rôle de la femme pleurnicheuse, hagard et presque « mère indigne laissant son enfant à une collègue, le devoir avant tout », Ken Watanabe pourtant habitué à plus de charisme de sa part m’a paru invisible, enfin beaucoup de bruit pour rien pour la prestation parfaite de notre Juliette Binoche nationale, présente presque trois minutes dans le film. Mention spéciale pour sa performance où elle ne pouvait échouer, j’ai cru à un clin d’œil au Patient Anglais.

Enfin, le film est irrégulièrement rythmé, il devient redondant vers la fin, on sent que Gareth Edwards a eu du mal à lier ses personnages à celle de Godzilla, l’intrigue est longue à venir. Il est obligé d’utiliser pas mal d’artifices et de montrer plus la psychologie des personnages pour enfin arriver à l’inévitable : quand Godzilla va-t-il sortir de son terrier maritime abyssal ?

Petite parenthèse : on sait Gareth fortement admiratif du travail de Steven Spielberg, pour les plus attentifs, on remarquera dans ce film de nombreux clins d’œil à ses films. Au début, cela fait sourire, après on s’en lasse, est-ce réellement un hommage à ce grand Monsieur du cinéma ou bien est-ce un coup de marketing pour être sûr d’un bon retour sur le film ?

On peut se demander s’il y aura une suite à ce film : si des indices ont été semés, est-ce pour prévoir un second volet ou bien comme le dit Gareth Edwards lors de la conférence de presse : « une façon de s’amuser entre collègues ». En tout cas, sa franchise et son humour nous indiquent très clairement que s’il y a bénéfice, il y aura sûrement un second volet.

À la question : Recommanderai-je ce film ? Oui, pour son coté épique et avoir la joie de retrouver un beau visuel graphique et sonore du monstre marin, à mi chemin entre le Godzilla de la TOHO et du dernier en date, il se défend bien, cependant ce n’est certainement pas le film du siècle.

A.

Sortie en salles le 14 mai

Crédit photos A.

by missbobby