Ralph 2.0

Ralph 2.0

Ralph 2.0… Veuillez ne pas éteindre pendant le chargement…

Déjà que Ralph premier du nom ne cassait pas trois briques à sa baraque. Ralph 2.0 partait avec une bande-annonce pleine de potentiel : le monde de Ralph s’ouvre à l’Internet au débit, au wifi et à la complexité des sites. Au programme : E-Bay, Disney, des chats, des spams, des tweets, etc. Tout notre quotidien concentré dans un film d’animation, revu et corrigé sous le prisme de l’humour, de la découverte et de la naïveté. C’était tentant.

Le résultat n’est pas vraiment à la hauteur de mes attentes. Ralph 2.0 est un fourre-tout, où les créateurs ont essayé de mettre autant de références que possible pour au final se retrouver avec trop de choses. C’est rigolo de voir Ralph découvrir Google (à prononcer à la française), le fonctionnement d’E-Bay, de tomber dans le panneau des spams, de voir les joyeusetés de Buzztube et de ses vidéos de chats, le revers de la gloire accompagné des horribles commentaires envoyés par les internautes, et j’en passe.

Seulement, cette suite est trop longue, le sujet majeur à savoir la résistance de l’amitié aux changements est étiré en long en large et en travers pour finir avec une morale à 2 bitcoins et 6 sous. L’immersion reste superficielle et pas forcément intéressante : s’immiscer dans les méandres d’un jeu en ligne, moui (même s’il y a une cohérence avec l’histoire) alors que cela aurait été plus fun de gratter encore plus dans notre quotidien, faire appel à Facebook, Instagram, à nos pratiques, faire remonter nos travers d’utilisateurs. Ce point ressort essentiellement sur l’aspect Buzztube : les chats et autres vidéos que l’on peut jeter en pâture à Internet. Le reste, tout est effleuré.

Ralph 2.0 est aussi une superbe vitrine Disney où les créateurs se sont démenés pour y faire entrer des tonnes de références, quitte à ce que ça déborde : Avengers, Star Wars, dessins animés. A noter l’idée de génie qui a malheureusement foiré en cours de route quand on connaît toute l’histoire : la fameuse séquence des princesses (la principale). Génie de créativité qui aurait pu sauver à elle seule le film SI elle n’avait pas été coupée. Faisant partie des privilégiés qui l’ont vu en entier, cette petite pépite d’humour et d’autodérision aurait valu son pesant de cacahuètes dans sa totalité. Elle perd donc un peu de sa saveur. Néanmoins, ils ont eu la gentillesse de garder plusieurs subtilités pour sauver cette scène qui restera certainement dans les annales du film d’animation. Je me permets d’ajouter : à quand un film Disney basé sur le concept de cette séquence ? Je cours le voir sans problème.

Ralph 2.0 ne fait pas remonter l’intérêt de cette franchise vidéoludique. On décroche parfois et le temps peut paraître long. À vouloir trop en faire, on se perd en conjoncture. Et puis, montrer ce film à des enfants qui ne sont pas au fait d’Internet, ils risquent de ne pas comprendre que tout est basé sur la subtilité de la chose.

Sortie en salles le 13 Février 2019.

by Miss Bobby
Coco

Coco : la mort vous va si bien !

CocoLes premières réactions quand on voit la bande-annonce de Coco, c’est que ça a l’air d’un Disney Pixar moyen, loin des drôleries passées, dont le sujet est la fête des morts. Il y a plus rigolo comme sujet. Je suis donc allée à reculons voir le film. Grand bien m’en fasse, ma première impression était mauvaise.

Enfin, pas totalement mauvaise. Coco est un film d’animation en dents de scie. Il n’est pas engageant au démarrage, puis il nous introduit dans le monde des morts ultra coloré, il redescend, pour finir par nous piéger par les émotions. Coco n’est pas drôle, quelques rares sourires s’esquissent parfois, toutefois, sachez-le, il est très émouvant, il peut avoir un rapport un peu trop brut et direct avec la mort pour des enfants en bas âge (je ne parle pas du thème principal du film, mais d’une intrigue) et surtout, n’oubliez pas vos mouchoirs ! Si Coco vous envoie au pays féerique des morts, où mille couleurs explosent à l’écran rendant les images magnifiques, il traite de la famille, du souvenir, du respect. Vous allez me dire : « encore la famille ? ». Et oui ! Cependant, la famille par le prisme de la mort et des anciens.

Malgré tous les bons sentiments de Coco et son histoire touchante, on ne peut pas dire que notre culture fasse la fête de Dia de Muertos, qui nous est complètement étrangère. S’ajoute à cela que le film d’animation s’adresse à une communauté plutôt latino peu présente dans notre Hexagone. Et puis, ce n’est pas une comédie et généralement, on cherche de la gaieté lorsqu’arrive la fin d’année. Même si le film est très coloré et qu’il en met plein la vue, arrivera-t-il à trouver son public ?

Si vous avez envie d’être ému, d’apprécier une image claire, lumineuse  et colorée, si vous avez envie de plonger dans vos souvenirs familiaux avec tendresse, alors Coco vous plaira. Et en sortant de la salle, pensez à serrer vos êtres chers dans vos bras !

Sortie en salles le 29 Novembre 2017.

by Miss Bobby

En Août sortira au cinéma le troisième opus de Cars et il sera accompagné de son jeu vidéo.

À la manière d’un Mario Kart, Cars 3 – Course vers la victoire plaira autant aux grands qu’aux petits, idéal pour des parties entre amis ou en famille. Ce jeu de courses se veut plutôt complet, offrant aux joueurs des heures de divertissement et de combinaisons possibles. Entièrement basé sur le film d’animation, vous aurez l’opportunité de choisir l’une des nombreuses voitures et transports, chacun ayant une personnalité définie, des répliques qui lui sont propres. Chacun est modulable (klaxon, lumière, feux). De multiple modes de jeu sont proposés : course, combat, cascade… Et évidemment, vous pourrez choisir un circuit dont certains sont inspirés du film ou d’autres sortis de l’imaginaire des éditeurs.

Cars 3 - course vers la victoire_jeu

Cars 3 – Course vers la victoire vous permettra d’affronter l’IA ou vos amis, voire même de créer des équipes. À vous les courses effrénées à se balancer moultes armes pour ralentir l’adversaire, gagner des points et remporter la partie ! 

Le jeu vidéo est rigolo, il aurait mérité une option manette dans le menu pour mieux apprivoiser les actions dont les touches sont distillées durant les courses. Typiquement un jeu à avoir pour passer une bonne soirée à plusieurs.

Sortie le 12 Juillet 2017. Disponible sur PS4, PS3, Xbox One, Xbox 360, Nintendo Switch et Wii U.

by Miss Bobby
vaiana_film_disney

vaiana_film_disney Vaiana, c’est un bon Disney des familles qui sort en cette fin d’année. Un film qui fleure bon l’industrie de Mickey et qui plaira à coup sûr aux petits (et aux grands aussi).

Elle n’est pas princesse, mais elle est fille de chef, elle n’a pas de compagnon de route rigolo, elle n’a pas de robe, elle n’a pas de prince charmant sur qui craquer, mais elle a des pouvoirs un peu spéciaux qui lui confère de communiquer avec l’océan. Avec cette nouvelle héroïne, Disney continue sur sa lancée en essayant de casser les codes de la maison si bien établis jadis : Vaiana n’est pas parfaite, elle a des défauts (elle désobéit à ses parents, elle affronte son père, en plus d’être têtue) et des cheveux longs qui n’en font qu’à leur tête, mais elle est intrépide, ce qui promet… de grandes aventures bien sûr !

Je sais que beaucoup ont adoré Vaiana, je ne fais malheureusement pas partie de ceux-là. C’était sympa, mais il m’a manqué quelque chose, un grain de folie ou plus d’humour. Si le personnage de Maui apporte clairement du caractère au film et un gros coup de fraîcheur par son côté atypique, il n’aurait pas manqué d’une petite augmentation d’humour. En effet, l’aspect comique du film vient de lui, néanmoins, le curseur aurait pu largement être élevé, d’autant que sa bouille et son charisme en feront un personnage marquant chez Disney plus que son héroïne. Car il faut bien l’avouer, c’est lui qu’on a envie de voir à l’image pour apprécier son dynamisme et ses bonnes boutades. Point bonus : Anthony Kavanagh assure vraiment le doublage VF, sa voix colle parfaitement. Quant à Vaiana, elle ne sort pas vraiment du lot : elle est courageuse, mais a ses faiblesses, elle n’apporte pas le potentiel humoristique. Elle est comme tous les personnages féminins estampillés Disney : elle est destinée à avoir un grand destin et puis voilà. Bon, elle est mimi, évidemment, cette polynésienne, encore plus quand elle est bébé, mais bon sang, qu’est-ce qu’elle chante trop ! Dans ma grande naïveté, j’espère toujours que la bande à Mickey se calmera sur les chansons, mais non ! Remarquez, certains adorent ça (surtout les parents dont leur progéniture les chantent en boucle, on pense au cas La Reine des Neiges notamment). Donc je n’aurais pas été contre moins de chant !

L’atout de Vaiana, et ça, on est tous d’accord là-dessus, est bien sa beauté. Des paysages reproduits à couper le souffle qui vous donnent envie de partir du côté de Tahiti. Une eau aussi pure et translucide que la réalité, le rendu est fabuleux et les textures sont magnifiques. Un vrai petit bijou graphique. Un choix d’atmosphère audacieux, original et inédit chez Disney.

Amoureux des beaux Disney, où ça chante, ça danse, où il y a de la joie et de la bonne humeur, où le graphisme est superbe et les personnages apportent un vrai vent de nouveauté, Vaiana sera sans aucun doute vous combler.

Sortie en salles le 30 Novembre 2016.

http://www.imdb.com/title/tt3521164/?ref_=nv_sr_1

by Miss Bobby
Zootopie film Disney

Zootopie film Disney Je pourrais commencer par : on ne peut pas réussir à tous les coups. Après l’énorme succès de Vice Versa l’année dernière, Disney ne pouvait pas enchaîner encore avec un gros succès. Bon, la vérité, à la vue des retours de mes confrères, c’est que Zootopie va être un gros succès et que c’est juste moi qui ai été déçue. C’est dommage, parce que les extraits étaient très sympa, il faut dire que celui de l’administration représentée par des paresseux est hilarant.

Seulement voilà, les paresseux n’auront pas suffit à ranger Zootopie dans la catégorie « très bon film d’animation », il m’a manqué quelque chose (le problème est que je n’ai toujours pas mis le doigt dessus). Pour moi, un film d’animation se veut avant tout divertissant, avec des enjeux certes, sans pour autant se prendre pour ce qu’il n’est pas. Le film vire parfois dans le policier (rigolo) telle une fiction en prises de vue réelles. Vous voyez ce que je veux dire ? Dites oui, ça m’arrangerait. L’amusement fait place à l’action, au drame, à la morale et oublie le second degré. Si je vous dis qu’on passe d’un dessin-animé à un film pur dans la narration, est-ce que c’est plus clair ? En gros, c’est un peu prétentieux sur les bords. J’ai envie de m’éclater, de rire souvent. Voilà ! Les films d’animation sont comme une thérapie par le rire dans le sens où il est possible de dire des choses intelligentes tout en faisant marrer et là, c’était soit l’un, soit l’autre.

On ne passe pas un mauvais moment pour autant, il y a des blagues bien senties,  l’anthropomorphisme apposée à notre société est réussi. Toutefois, le soufflé retombe parfois et on s’ennuie, car on n’est pas venu voir un film policier à la base, ni pour se prendre une bonne morale à la Disney (ça faisait longtemps) où nous devons tous vivre égaux malgré nos différences.

Sortie en salles le 17 Février 2016.

http://www.imdb.com/title/tt2948356/?ref_=nv_sr_1

by Miss Bobby
Blu-Ray_A-la-poursuite-de-demain

A-la-poursuite-de-demain
Pour la sortie le 06 Octobre en Blu-Ray, DVD et Vidéo à la Demande (et déjà disponible en avant-première digitale) d’À la poursuite de demain (Tomorrowland), je vous fais gagner quelques petites choses très intéressantes.

Synopsis

Casey Newton, une adolescente brillante et optimiste, douée d’une grande curiosité scientifique et Frank Walker, un homme qui fut autrefois un jeune inventeur de génie avant de perdre ses illusions, s’embarquent pour une périlleuse mission. Leur but : découvrir les secrets d’un lieu mystérieux situé quelque part dans le temps et l’espace, qui ne semble exister que dans leur mémoire commune… Ce qu’ils y découvriront et feront changera à jamais la face du monde… et leur propre destin !

Au menu de ce concours :

4 DVD

1 Blu-Ray

Blu-Ray_A-la-poursuite-de-demain

Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 14 octobre.

N’hésitez pas à jeter un œil à ma critique d’À la poursuite de demain.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

©2015 Disney

by Miss Bobby
Miss Bobby_Vice Versa

Miss Bobby_Vice Versa J’avais un peu peur à la lecture du pitch de Vice Versa, comment faire un film d’animation centré sur les émotions présentes dans le cerveau d’une jeune adolescente pubère ? Pari gonflé. Néanmoins, tout le monde s’accordera à dire que c’est une réussite.

Une vraie prouesse que de vous faire réfléchir durant le film en vous faisant poser des questions sur vos propres émotions et vos réactions cérébrales. Il vous arrivera sans doute de décrocher quelques secondes pour faire la corrélation entre ce qui se passe à l’écran et votre cerveau. C’est là que je me suis dit que l’imagination des créateurs était débordante pour réussir à imager des sensations et des réactions non palpables, comme la création de souvenirs, l’abstraction, le déjà-vu, etc.

Vice Versa, pour ne pas perdre le spectateur, crée des ponts entre les émotions cognitives (?) et le résultat externe sur la jeune fille. Sinon, nous aurions été vite perdus. Mais le film ne s’arrête pas là : si le sujet aurait pu être ennuyeux ou tourner très vite en rond, Vice Versa a su faire ressortir beaucoup d’émotions et de franches rigolades.

Je sais que je manque d’arguments sur ce film, alors que je l’ai beaucoup aimé, comme tout le monde. Encore une facétie de mon cerveau. Qu’est-ce qui se passe quand l’inspiration manque à l’appel ? Les cinq émotions sont en panique et se creusent les méninges (ou les miennes) pour trouver une idée ?

Les créateurs de Là-Haut nous sortent avec Vice Versa un petit bijou d’originalité et de créativité.

Sortie en salles le 17 juin.

by Miss Bobby
Miss Bobby_DVD_Grizzly

Miss Bobby_DVD_Grizzly

Pour la sortie le 05 juin en Blu-Ray, DVD et VOD du film Grizzly, je vous propose quelques petits cadeaux.

Synopsis

Découvrez l’incroyable aventure de Amber et Scout deux oursons qui, aux côtés de leur mère Sky, vont apprendre la vie dans l’une des dernières contrées sauvages de la planète : l’Alaska. Alors que l’hiver s’achève, les deux petits débutent leur apprentissage avec autant d’enthousiasme que d’appréhension et se lancent dans ce qui deviendra peut-être leur territoire. Mais ils n’y sont pas seuls… Dans des paysages grandioses, nous partageons un an de la vie de cette famille, entre victoires et périls, alors que les jeunes ours tentent de trouver leur place à travers mille péripéties. On les croit puissants, ils sont en danger. On les pense redoutables, ils sont bouleversants.

Vous pouvez gagner 2 DVD

Miss Bobby_DVD_Grizzly

Vous avez jusqu’au 12 juin pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

JC réservé à la France métropolitaine

Ce jeu concours est maintenant terminé.

©2015 Disney

by Miss Bobby
Miss Bobby_Avengers_L'ère d'Ultron

Miss Bobby_Avengers_L'ère d'Ultron Je tiens à préciser à ceux qui liront cet article que j’assume entièrement le manque total d’objectivité. Vous voilà prévenus !

Même si ça commence à devenir un peu le foutoir chez Marvel en ajoutant toujours plus de super-héros, c’est quand même avec délectation que j’accueille les nouveaux membres ou les suites (sauf Ant-Man dont les bandes-annonces ne m’ont pas convaincue). Avengers : L’ère d’Ultron n’a pas dérogé à la règle, et c’est presque comme une petite fille avec sa Barbie le soir de Noël que je recevais certaines séquences. Quand je vous dis manque total d’objectivité, je ne déconnais pas.

Mon problème majeur : des personnages qui apparaissent, disparaissent, qui ne reviennent qu’à la fin, mais qu’on a pu voir non pas dans Avengers premier du nom, mais dans Captain America : Le soldat d’hiver, mais qu’en fait machin devait être mort, mais il ne l’est pas et depuis quand ils sont ensemble ces deux là – on reprend sa respiration – waouh ! Stop ! J’ai de plus en plus de mal à suivre et ça empire si vous commencez à en parler avec une personne qui a lu les comics. C’est comme ça que je me suis retrouvé perdu avec ce genre de conversation : « après, ils vont faire un film sur Scarlet Witch » – « Qui ça ? » – « Bah on vient de la voir, Wanda Maximoff » – « Mais c’est pas encore Scarlet Witch ?! » – « Non, mais elle va le devenir ! » – « Pour ma santé mentale, reste sur Maximoff, sinon je ne vais pas m’en sortir » (extrait d’une discussion avec Manureva qui, après m’avoir embrouillée, a réussi à tout remettre dans l’ordre). Marvel lance 50 franchises en même temps, j’espère qu’ils sont organisés et qu’il va y avoir des pertes, parce que je m’en sortais très bien avec la bande à Cap’, mais si en plus ils ajoutent des personnages qui vont avoir leur propre film, plus les fusions, et j’en oublie, ils vont perdre du monde.

Donc hormis cet imbroglio de personnages qui, avec un peu de concentration, est vite réglé, ainsi qu’une 3D qui porte sur le mal de crâne, il y a des chances que vous preniez tout de même votre pied. Entre vannes très bien senties, références aux précédents films, séquences comiques déjà cultes et scènes d’action à rendre jaloux Batman (si vous saviez tout ce qu’on peut faire avec une moto), Avengers 2 m’a fait m’esclaffer de « oh p***** ! », rire et réagir. J’aurais raccourcis certains morceaux, 2h20, même si c’est du héros bien gaulés à la blague acérée, on les sent parfois passer. Une fin moins tapageuse que le premier, un peu trop d’ellipses, des effets spéciaux parfois un peu bâclés, une confusion avec les personnages, Avengers : L’ère d’Ultron n’en reste pas moins un film que je prendrai plaisir à revoir.

Sortie en salles le 22 avril.

by Miss Bobby