concours_transformers_the last knight

concours_transformers_the last knight

Concours : Transformers – The Last Knight

Le dernier Transformers – The Last Knight arrivera dans vos salons le 02 novembre 2017. Vous avez intérêt à faire de la place, tout le monde ne rentrera pas !

Synopsis

The Last Knight fait voler en éclats les mythes essentiels de la franchise Transformers, et redéfinit ce que signifie être un héros. Humains et Transformers sont en guerre. Optimus Prime n’est plus là… La clé de notre salut est enfouie dans les secrets du passé, dans l’histoire cachée des Transformers sur Terre. Sauver notre monde sera la mission d’une alliance inattendue : Cade Yeager, Bumblebee, un Lord anglais et un professeur d’Oxford. Il arrive un moment, dans la vie de chacun, où l’on se doit de faire la différence. Dans Transformers: The Last Knight, les victimes deviendront les héros. Les héros deviendront les méchants. Un seul monde survivra : le leur… ou le nôtre.

Pour sa sortie en vidéo, je vous propose un joli concours :

2 DVD

concours_tranformers_the last knight

2 Blu-ray™

concours_transformers_the last knight

1 Blu-Ray 4K

concours_transformers_the last knight

Pour tenter votre chance, il suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 16 Novembre pour participer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

Ce jeu concours est maintenant terminé.

 © 2017 Paramount Pictures. Tous Droits Réservés.

by Miss Bobby
Transformers - the last knight_film

Transformers - the last knight_filmBon, on en est au combien là ? Cinquième c’est ça ? Je commence à avoir du mal à suivre. À mon grand regret, ça y est, mon engouement (et mon amour) pour Transformers s’essouffle. Un peu comme une relation qui s’éteint doucement. Quoi qu’on puisse dire sur cette franchise, je l’aimais bien avec Shia – j’ai pété un câble en cours de route – Labeouf. Il y avait une certaine innocence dans le premier volet et puis c’était la découverte, les premiers émois avec Bumblebee (pour le coup, je suis toujours amoureuse de Bumblebee même si la Camaro choisit pour The Last Knight a beaucoup moins de gueule). Revenons à nos moutons, enfin à nos robots.

Autobots contre Decepticons, ça ne change pas. Il aurait été judicieux de revoir les films précédents, car il me semblait que Megatron était mort à un moment donné, non ? Corrigez-moi si je me trompe. Pourquoi cette perte d’amour dans cette relation qui dure depuis 10 ans ? Eh bien c’est un peu le fouillis quand même ! Normalement, si mes souvenirs sont bons, les robots débarquent sur Terre dans le premier film. C’est bien cela ? Là, on apprend que les mecs étaient déjà là depuis un petit moment, notamment auprès d’Arthur et les chevaliers de la table ronde, que Bumblebee a fait la guerre (ah bon ?). Je vous spoile un peu, mais ça n’a pas vraiment d’importance dans la manière où je vous tourne ça. D’accord, en fait, on nous ment depuis le début en somme ! Une fois que vous aurez raccroché tous les wagons (et il est long le train !), vous pourrez apprécier 2h30 de spectacle son et lumière. L’installation est longue, très longue, je devrais même dire les installations. On nous lance sur une piste d’un gros sujet en plein au milieu du film, qui en fait ne sera jamais traitée. C’est juste une ouverture pour le film qui suivra. C’est douteux. Soit. Comme d’habitude, les ¾ des personnages ne servent à rien, quoi que non ! Mauvaise langue que je suis : l’actrice, Laura Haddock, n’est pas qu’une potiche ! Hourra ! Bravo Michael (Bay), il était temps après cinq films ! Sinon les autres…humpf. On parle d’Anthony Hopkins dans Transformers ou il n’y a que moi que ça « choque » ? Toujours trois tonnes de robots, néanmoins, on se mélange moins les pinceaux. Ca pète toujours autant dans tous les sens (manquerait plus que Michael Bay perde sa patte).

En fait, Transformers – The last Knight n’a rien d’innovant, ne repousse pas les limites de l’incroyable, il mélange les quatre précédents films pour en faire un cinquième : vous verrez qu’il y a plein de références cinématographiques, mais également aux derniers volets. On aurait pu raccourcir, 2h30 de Transformers en Imax 3D, ça fatigue les yeux et la tête (bonjour, je m’appelle Michael, et je vous bourrine le crâne). Accordez-vous une petite sieste après le film, vous l’aurez bien mérité. J’oubliais, ça reste un divertissement sympathique.

PS : Pour ceux qui le verront en VOSTFR, prêtez bien attention aux voix des robots, un acteur français bien connu s’y cache !

Sortie en salles le 28 Juin 2017.

by Miss Bobby
Deauville 2015 - Jour 8 - Michael Bay

Oui, le festival est terminé et pourtant, je continue mon journal de bord. Je me dis que je dois bien le finir pour les rares personnes qui l’ont suivi. Jour 8, le jour où Michael Bay a fait péter le tapis rouge. Je rencontrais en chair et en os (et bizarrement, pas en métal) le papa de Transformers. Vous connaissez mon affection pour la franchise. C’est comme Keanu Reeves pour Matrix, ce sont des petits accomplissements pour moi. Deux films en compétition et une première à la clef : Babysitter, Dope et Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E.

BABYSITTER

Et encore un film sans plus ! J’ai dû forcer ma mémoire à me souvenir du film tant il est marquant. Grossomodo, c’est une jeune fille qui rejoint une famille en plein divorce. Le père est réalisateur et la mère actrice. Ils ont eu deux enfants, dont un adolescent. On suit son arrivée, les changements qu’elle opère malgré elle sur le jeune garçon et sur la famille. À part ça, quel est le message ? Eh bien je le cherche toujours. Babysitter n’est pas mauvais et ce range dans la catégorie que j’aime appeler de « films bobo » où le titre en jette par sa typo trendy/hype, ses couleurs filtrées façon Instagram. J’avais eu le même effet avec Day out of days, où le concept bobo était poussé plus loin. Soit. Et du coup, dans cette même veine de faire de jolies images Pinterest au cinéma, on se retrouve sans fin. Encore. Je ne comprendrais décidément jamais ce cinéma esthétique, au propos vague, où la déduction du message s’associe au vécu du spectateur : vous serez touchés, car probablement, l’histoire fera écho à votre avis. Et si vous ne l’êtes pas, eh bien tant pis, vous n’aviez qu’à avoir une jeune nounou noire (je précise, cela a son importance dans le film) dans votre enfance ! Donc encore une fois, Babysitter c’est beau, pas trop mal construit, assez intéressant par moments, mais qui vous laissera sur le bord de la route à la fin.

CONFÉRENCE DE PRESSE DE MICHAEL BAY

D’après les propos de Michael Bay en conférence de presse, les détraqueurs diront qu’on comprend mieux son cinéma, ses montages et sa manière de filmer. Il ne prépare pas ses films avec un storyboard, il préfère tout penser dans sa tête, même pour le montage et ne tourne que le nécessaire. Il n’aime pas les cinéastes qui font beaucoup tourner la caméra, créant des heures de rush non utilisées. Il ne voit pas l’utilité du e-cinéma, pour lui, les films doivent être découverts sur grand écran la première fois, et non sur un petit écran, comme les jeunes le font sur leur téléphone ou leur tablette. Il a également évoqué sa collaboration avec Aerosmith, pour lesquels il avait déjà réalisé un clip avant Armageddon. Après la réalisation de ce dernier, il a vu avec Jerry Bruckeimer pour que le groupe rejoigne ce film, créant au passage l’un des plus gros morceaux d’Aerosmith. On en déduit donc que Liv Tyler n’était pas présente au générique d’Armageddon à cause de son papa (Steven Tyler, chanteur d’Aerosmith), puisque le groupe s’est greffé bien après.

Deauville 2015 - Jour 8 - Michael Bay

DOPE

C’est le film en compétition qui m’a le plus plu. Un jeune noir récupère par mégarde un sac rempli de drogue et ne sait pas quoi en faire, lui qui est un gentil geek à la base, bien sous tous rapports, amoureux du R’n’B des années 90. Dope est un film intelligent qui joue sur les préjugés et notamment que nous sommes conditionnés pour que, selon une description, notre imagination associe une image particulière, sciemment ancrée par la société dans notre catalogue de clichés. Je ne vous aurais pas dit que ce garçon était noir, vous n’auriez pas forcément imaginé ce geek de cette manière. Sur une bande-originale particulièrement entraînante, Dope nous mène par le bout du nez, nous donnant ce que nous voulons bien recevoir et ne provoquant jamais en nous un sourcillement de doute. Malin ! Une belle découverte emmenée par des jeunes acteurs très prometteurs.

AGENTS TRÈS SPÉCIAUX : CODE U.N.C.L.E.

Non, je ne m’attarderai pas sur le fait qu’à chaque fois que je vois Henry Cavill, j’ai un petit filet de bave au bord des lèvres. Encore moins lorsqu’il porte un costume autre que celui de Superman. Un film que j’ai réellement apprécié et qui me laisse dans une impasse sur le papier. Je ne sais absolument pas quoi écrire dessus, si ce n’est que Guy Ritchie s’offre quelques effets que j’aime beaucoup (et qui avaient déjà titillé ma rétine dans les Sherlock Holmes), une très belle retranscription des années 60 tant sur le fond que sur la forme : des décors, en passant par les costumes, le montage, la réalisation et même jusqu’aux sous-titres. Des dialogues très drôles et subtils où les deux beaux gosses (l’autre c’est Armie Hammer) se tirent dans les pattes à coups de joutes humoristiques. Agents très spéciaux : Code U.N.C.L.E. s’apparente aux vieux films d’espionnage, où les maîtres-mots sont classe, glamour et humour. Un trio d’acteur (n’oublions pas la part féminine avec Alicia Vikander) qui prend à l’écran, dans un film qui ne tombe pas dans la facilité.

41è Festival du Cinéma Américain de Deauville

41è Festival du Cinéma Américain de Deauville

Ça y est ! Ça commence à sentir bon et ça se précise doucement. Mon impatience a fait son apparition et j’ai vraiment hâte d’y être.

Dans ce que nous savons déjà :

Le président du jury sera le réalisateur Benoit Jacquot.

Le film d’ouverture sera Everest de Baltasar Kormákur avec la présence de l’équipe du film. Je ne vous cache pas que j’ai fait un début de syncope à cette annonce, car il y a une petite chance que Jake Gyllenhaal soit présent. Vous voyez un peu mon état émotif ?

Le film de clôture sera Sicario de Denis Villeneuve.

Un hommage sera consacré à Orson Welles. Je vais peut-être pouvoir en profiter, n’ayant pas pu lors du Champs Elysées Film Festival.

Également un hommage à Terrence Malick et Keanu Reeves, qui fera le déplacement. Neo va venir !! Je ne sais pas si vous imaginez ?!

Hommage à Ian McKellen. Gandalf et Magneto quand même ! En sa présence.

Hommage à Orlando Bloom. Je pense que certaines de mes copines vont me détester ! En sa présence aussi… Il en va de même pour l’actrice Patricia Clarkson.

Et bim, hommage à monsieur Michael Bay, papa de Bad Boys et Transformers (entre autres). Si vous vous souvenez, je suis fan de Transformers… Et il sera là en plus !!!

Certains films sont déjà au programme : Jamais entre amis de Leslye Headland avec la venue d’Alison Brie (Troy and Abed in the morrrning), Le Prodige d’Edward Zwick, Life d’Anton Corbijn, et Les chansons que mes frères m’ont apprises de Chloé Zhao.

On espère que d’ici la conférence de presse le 24 août, nous aurons de nouvelles informations. En attendant, nous spéculons et nous trépignons ! Une fois que vous aurez goûté à votre premier Festival de Deauville, vous n’aurez qu’une envie : recommencer !

Gardez un œil ouvert aux annonces sur le site officiel et n’oubliez pas que le Festival est ouvert au public.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Logo-Transformers

Miss Bobby_Logo-Transformers

Ah je sens qu’il va en faire plaisir plus d’un ce concours. Pour la sortie en DVD, Blu-Ray et Blu-Ray 3D ce 26 novembre de Transformers : L’âge de l’extinction, je vous propose un concours pour gagner 2 DVDs et 2 Blu-Ray. D’ailleurs, si vous avez manquer mon test Blu-Ray, je vous recommande d’y jeter un œil, vous verrez que cela vaut vraiment le coup de participer à ce concours !

Synopsis

Quatre ans après les événements mouvementés de « Transformers : La Face cachée de la Lune », un groupe de puissants scientifiques cherche à repousser, via des Transformers, les limites de la technologie.
Au même moment, un père de famille texan, Cade Yeager, découvre un vieux camion qui n’est autre qu’Optimus Prime. Cette découverte va lui attirer les foudres d’un certain Savoy, dont le but est d’éliminer les Transformers. Pendant ce temps, le combat entre les Autobots et les Décepticons refait surface…

Miss Bobby_Optimus Prime

Pour tenter votre chance, il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 10 décembre pour jouer.

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

Doublez vos chances en rejoignant :

La page Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD

Le compte Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD

© 2014 Paramount Pictures Corporation. Tous Droits Réservés.

HASBRO, TRANSFORMERS et tous les personnages s’y rapportant sont des marques déposées de Hasbro.

© 2014 Hasbro. Tous Droits Réservés.

by Miss Bobby
Miss Bobby_Blu-Ray - TRANSFORMERS L'AGE DE L'EXTINCTION

Miss Bobby_Blu-Ray - TRANSFORMERS L'AGE DE L'EXTINCTION Bumblebeeeeeee mon robot chouchou par excellence que j’attendais avec impatience de retrouver dans Transformers : L’Âge de l’extinction. C’est chose faite. Comment se sont passées les retrouvailles ? Était-ce enflammé ? Passionné ? Je vais tout vous révéler (Voici, sort de ce blog !).

Il y a des filles qui sont toutes excitées à l’idée de s’acheter un sac Vuitton, moi, je suis dans le même état avec Transformers. Je fais partie de ces personnes qui aimeraient s’offrir une Camaro (au prix du joujou, vaut mieux un sac Vuitton, mais je trouve ça moins joli). Et dans mes rêves les plus fous, ma voiture se changerait en Transformers pendant que je la conduis, le tout dans un ralenti de malade, et…. Aaaahhh. Michael (Bay) qu’as-tu fait de moi ?! Je suis un monstre !

Pendant ce temps-là, sur Terre…

Passons ce léger moment d’égarement (vraiment léger) pour en venir aux faits. Par où commencer ? Je laisse de côté mon manque total d’objectivité lorsqu’il s’agit d’Autobots pour me concentrer sur les défauts, car malgré mon amour inconditionnel pour la bande à Optimus Prime, j’ai trouvé des choses qui m’ont déplue (serai-je en voie de guérison ?).

L’extrême générosité de Michael Bay est une qualité qui lui a fait défaut. Ainsi ce Transformers : L’Âge de l’extinction aurait pu être largement scindé en deux films, d’une part à cause de sa longueur et d’autre part, pour son nombre de problématiques. Il y en a trop, certaines trop travaillées, d’autres pas assez, du coup, Michael fini par nous perdre et fatalement on décroche. C’est le souci quand on veut en donner beaucoup (Michael, serais-tu un amant exceptionnel ?!) et c’est dommage.

Pour ma part, j’aimais ce lien qui liait Sam Witwicky à Bumblebee : c’était sa première voiture, il y était très attaché, toujours présente quand il le fallait, il y avait même ce respect entre lui et Optimus. Je ne l’ai pas retrouvé dans le film, peut-être à cause de la trame qui veut que ce soit les Transformers contre les humains, pourtant Cade (Mark Wahlberg) prouve bien qu’il est du côté des robots. Mais rien ne se passe, même si chacun sauve les miches de l’autre, le lien ne prend pas. Je vais leur apprendre ce que c’est que d’aimer sa voiture, tu vas voir !

En ce qui concerne les changements, adios Shia Labeouf, bonjour Mark Wahlberg qui nous fait du Wahlberg, pas de quoi se retourner le cerveau. Comme d’habitude, on a toujours des personnes qui ne servent à rien et la cruche de service est toujours là. Faut bien des enjeux pour papa Wahlberg, quasi inutiles pour les spectateurs. Les mecs se rinceront l’œil, voyons le bon côté des choses.
Bumblebee a subit quelques améliorations, aussi bien esthétiques que caractérielles : il est plus foufou et plus drôle, mais moins présent à l’image (on ne peut pas tout avoir). Michael Bay se lâche sur les explosions tout au long du film.

En gros, un film qui aurait pu en faire deux, trop d’intrigues, des plans un peu brouillon parfois, un Bumblebee pas assez présent. Mais bon, je lui pardonne à Michael, parce que ça déchire les Transformers.

Bonus :

– Bay en action

– L’évolution dans l’extinction : making of en 8 parties

– Juste un film énorme de plus

– Une touche de design

– T.J. Miller : hippie fermier

– Bandes-annonces

Il est fou Michael Bay, il est fou ! Déjà trois heures de bonus, vous ne risquez pas de vous ennuyer, vous serez ensuite incollable sur les robots. Monsieur Bay fait partie de ses réalisateurs qui préfèrent recréer le vrai plutôt que de passer par le numérique. À un moment, il y passe, il est bien obligé (oui, j’ai été déçue d’apprendre que Bumblebee n’existait pas sous sa forme robot, mais seulement en version Camaro). Il recrée tout, transforme tout : les voitures sont modifiées pour leur donner une réelle personnalité en fonction du robot qu’elle « incarne », les décors sont monumentaux (recréer Hong Kong en plein Detroit , bien sûr !), il fait tout péter… en vrai, il inonde tout… en vrai, il fait exploser des passerelles… en vrai (à la demande de la ville en plus : « vous pouvez filmer à cet endroit et si vous pouviez détruire ces passerelles au passage s’il vous plaît. Merci »). La phrase qui revient souvent de la bouche de l’équipe de tournage : « encore un autre jour dans le monde de Michael Bay ». Des bonus fascinants sur la construction d’un énorme blockbuster.

Sortie en vidéo le 26 novembre

by Miss Bobby
Miss Bobby_Ninja_Turtles

Miss Bobby_Ninja_Turtles Quand on me dit Tortues Ninja, je pense à mon enfance, à Numerobis, aux pizzas et au temps passé devant la télé à regarder la série animée. Alors forcément, la crainte mise de côté quant à l’annonce d’un nouveau film, c’était aussi l’espoir de retomber en enfance, dans mes souvenirs, dans ce fameux générique et dans ce cri de guerre : Kowabungaaaaa !

Ça donne quoi cette nouvelle génération de tortues sous hormones à la sauce 2014 et laissées à l’anglaise : Ninja Turtles ?

Sur la papier, on retrouve ce qui a fait recette par le passé : des tortues, un rat, une journaliste, un méchant et de l’aventure (et des pizzas aussi). Sur l’image, ça se complique : du 3D, une patte à la Michael Bay (producteur), l’action part dans tous les sens sur certaines séquences qu’il en est difficile de suivre qui fait quoi. La caméra s’affole de trop, parfois même sur des plans rapprochés, l’œil ne suit plus et bonjour le mal de crâne (j’y ai échappé, heureusement). Vraiment dommage, car il y a des scènes d’action qui méritent des plans larges et plus de stabilité. Megan Fox n’a toujours pas pris de cours de comédie, pourtant, son rôle d’April O’Neil n’est pas compliqué, mais on n’y croit pas une seule seconde.

Les tortues en image de synthèse sont pour le moins réussies, en revanche, je n’ai pas compris ce qui s’est passé avec Splinter : la production a eu un problème de budget, donc ils n’ont pas pu utiliser les mêmes effets visuels et par conséquent, ils ont pris une marionnette en papier mâché pour faire le rat ? Car il est tout de même très moche (pas la peine de me dire que c’est normal, vu que c’est un vieux rat, non ! Il est mal réalisé, c’est tout !). J’ai eu mal aux yeux à chaque fois qu’il était à l’écran.

Ninja Turtles est bien comme divertissement, pour les nostalgiques du dessin animé, pour les bons souvenirs. On essaiera d’oublier le côté bâclé et « j’ai envie d’en mettre trois tonnes à l’image ».

Sortie en salles le 15 octobre

by Miss Bobby

Transformers : L'Âge de_l'extinction Bumblebeeeeeee mon robot chouchou par excellence que j’attendais avec impatience de retrouver dans Transformers : L’Âge de l’extinction. C’est chose faite. Comment se sont passées les retrouvailles ? Était-ce enflammé ? Passionné ? Je vais tout vous révéler (Voici, sort de ce blog !).

Il y a des filles qui sont toutes excitées à l’idée de s’acheter un sac Vuitton, moi, je suis dans le même état avec Transformers. Je fais partie de ces personnes qui aimeraient s’offrir une Camaro (au prix du joujou, vaut mieux un sac Vuitton, mais je trouve ça moins joli). Et dans mes rêves les plus fous, ma voiture se changerait en Transformers pendant que je la conduis, le tout dans un ralenti de malade, et…. Aaaahhh. Michael (Bay) qu’as-tu fait de moi ?! Je suis un monstre !

Pendant ce temps-là, sur Terre…

Passons ce léger moment d’égarement (vraiment léger) pour en venir aux faits. Par où commencer ? Je laisse de côté mon manque total d’objectivité lorsqu’il s’agit d’Autobots pour me concentrer sur les défauts, car malgré mon amour inconditionnel pour la bande à Optimus Prime, j’ai trouvé des choses qui m’ont déplue (serai-je en voie de guérison ?).

L’extrême générosité de Michael Bay est une qualité qui lui a fait défaut. Ainsi ce Transformers : L’Âge de l’extinction aurait pu être largement scindé en deux films, d’une part à cause de sa longueur et d’autre part, pour son nombre de problématiques. Il y en a trop, certaines trop travaillées, d’autres pas assez, du coup, Michael fini par nous perdre et fatalement on décroche. C’est le souci quand on veut en donner beaucoup (Michael, serais-tu un amant exceptionnel ?!) et c’est dommage.

Pour ma part, j’aimais ce lien qui liait Sam Witwicky à Bumblebee : c’était sa première voiture, il y était très attaché, toujours présente quand il le fallait, il y avait même ce respect entre lui et Optimus. Je ne l’ai pas retrouvé dans le film, peut-être à cause de la trame qui veut que ce soit les Transformers contre les humains, pourtant Cade (Mark Wahlberg) prouve bien qu’il est du côté des robots. Mais rien ne se passe, même si chacun sauve les miches de l’autre, le lien ne prend pas. Je vais leur apprendre ce que c’est que d’aimer sa voiture, tu vas voir !

En ce qui concerne les changements, adios Shia Labeouf, bonjour Mark Wahlberg qui nous fait du Wahlberg, pas de quoi se retourner le cerveau. Comme d’habitude, on a toujours des personnes qui ne servent à rien et la cruche de service est toujours là. Faut bien des enjeux pour papa Wahlberg, quasi inutiles pour les spectateurs. Les mecs se rinceront l’œil, voyons le bon côté des choses.
Bumblebee a subit quelques améliorations, aussi bien esthétiques que caractérielles : il est plus foufou et plus drôle, mais moins présent à l’image (on ne peut pas tout avoir). Michael Bay se lâche sur les explosions tout au long du film.

En gros, un film qui aurait pu en faire deux, trop d’intrigues, des plans un peu brouillon parfois, un Bumblebee pas assez présent. Mais bon, je lui pardonne à Michael, parce que ça déchire les Transformers.

Sortie en salles le 16 juillet.

by Miss Bobby

Miss Bobby_Concours_Transformers

Bumblebeeeeeeeeeee… Pardon. Comprenez mon engouement : une Camaro qui se transforme en robot géant extraterrestre tout gentil, ayant ce regard de caniche, je craque. Oui, messieurs, dames ! Et j’assume ! Ne cherchez pas la fan absolue (ou presque) de Transformers, c’est moi !

Le 16 juillet sortira le nouveau Transformers : l’Âge de l’extinction. Shia Labeouf a fait place à Mark Wahlberg (Cade), Nicola Peltz (Tessa) et Jack Reynor (Shane). C’est toujours Michael Bay aux commandes.

Synopsis

Quatre ans après les événements mouvementés de « Transformers : La Face cachée de la Lune », un groupe de puissants scientifiques cherchent à repousser, via des Transformers, les limites de la technologie. 
Au même moment, un père de famille texan, Cade Yeager, découvre un vieux camion qui n’est autre qu’Optimus Prime. Cette découverte va lui de attirer les foudres d’un certain Savoy, dont le but est d’éliminer les Transformers. Pendant ce temps, le combat entre les Autobots et les Décepticons refait surface…

Pour cet événement, je vous fais gagner de très beaux cadeaux :

1 souris USB

Miss Bobby_Souris_Transformers

1 haut-parleur

Miss Bobby_Haut-parleur_Transformers

1 clavier Bluetooth

Miss Bobby_Clavier_Transformers

Il vous suffit de répondre aux questions qui suivent en vous aidant de la bande-annonce. Vous avez jusqu’au 20 juillet pour jouer.

N’hésitez pas à suivre Transformers : L’Âge de l’extension sur :

Facebook (www.facebook.com/transformers.lefilm

Twitter (https://twitter.com/Transformers_FR #Transformers)

Et sur le site (www.transformers-lefilm.fr)

LES PARTICIPATIONS PAR COMMENTAIRE NE SERONT PAS ACCEPTÉES.

[Vous pouvez aussi me suivre sur Facebook : https://www.facebook.com/MissBobbyD et sur Twitter : https://twitter.com/MissBobbyD]

Copyright Long Version – ©2014 Paramount Pictures. All Rights Reserved. Ou Short Version – ©2014 Par. Pics.

by Miss Bobby